Point Nemo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Point Némo)

Point rouge au milieu de la mer bleue, quelques terres émergées en vert apparaissent sur les bords du cercle.
Projection orthographique de la Terre, centrée sur le pôle maritime d'inaccessibilité, dans l’océan Pacifique.

Le point Nemo (d'après le capitaine Nemo, héros de Vingt Mille Lieues sous les mers de Jules Verne, du latin nemo, personne) est le pôle maritime d'inaccessibilité, c'est-à-dire le point de l'océan le plus éloigné de toute terre émergée. C'est une application du problème du plus grand cercle vide en mathématiques. Il a été officiellement calculé en 1992 par l'ingénieur géodésien canado-croate Hrvoje Lukatela[1].

Le nom de « point Nemo » est également utilisé, notamment par la presse internationale pour désigner une vaste zone du Pacifique Sud, située au large des côtes chiliennes et utilisée comme vaste cimetière de matériel astronautique pour accueillir les restes de « vaisseaux spatiaux obsolètes encore contrôlables »[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

L'îlot Motu Nui est une des terres les plus proches du point Nemo.

Ce point est situé dans l'océan Pacifique sud, par 48° 52′ 32″ S, 123° 23′ 33″ O[3]. Les terres émergées les plus proches sont :

Les humains les plus proches du pôle maritime d'inaccessibilité sont régulièrement les occupants de la Station spatiale internationale[4],[5] ; celle-ci tourne en effet en orbite entre 330 et 410 km environ au-dessus de la surface du globe, alors que la première terre habitée est éloignée de 2 700 km environ. À la surface de la planète, certains navigateurs du Vendée Globe se rapprochent aussi du point Nemo[6]. Le vol Auckland-Santiago du Chili est le vol qui se rapproche le plus du point Nemo[réf. nécessaire].

Ce point est également utilisé comme « décharge spatiale » en raison de son éloignement de tout lieu habité. Ce cimetière aurait déjà accueilli 250 à 300 engins spatiaux en fin de vie, dont la station spatiale soviétique Mir (120 tonnes), ainsi que les restes de la station spatiale chinoise Tiangong-1[7],[8].

Utilisation dans l'art et la littérature[modifier | modifier le code]

Localisation de R'lyeth dans les œuvres de Lovecraft et Delerth par rapport au point Nemo.

Le point Nemo est relativement proche de la ville fictive de R'lyeh imaginée par H. P. Lovecraft[5]. Dans sa nouvelle L'Appel de Cthulhu, Lovecraft situe R'lyeh par 47° 09′ S, 126° 43′ O. L'écrivain et anthologiste américain August Derleth place, quant à lui, la cité à 49° 51′ S, 128° 34′ O dans sa nouvelle « The Black Island ».

Une partie de l'intrigue du roman L'Île du Point Némo, de Jean-Marie Blas de Roblès, se déroule au point Nemo. Celui-ci fait également allusion au bloop et à Cthulhu.

L'île de Plastic Beach dans l'univers de Gorillaz, groupe virtuel, créé notamment par Damon Albarn, se situe au point Nemo[5].

Dans Point Nemo, pièce de théâtre de Jeanne Frenkel créée par la Compagnie de la Comète, le point Nemo est une métaphore de l'éloignement intérieur d'une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer et ne présente donc qu'un rapport indirect avec le point géographique qui n'est évoqué que de façon métaphorique[9].

Le site du musée d'art moderne de la ville de Paris évoque une exposition dénommée « Point Nemo 2016 » créée et organisée par le dessinateur et sculpteur Laurent Le Deunff en indiquant des coordonnées différentes (45° 52′ 06″ S, 123° 23′ 06″ O)[10].

Point Némø est le nom d'un album du chanteur français Côme[11]. C'est également le titre d'une chanson de Renan Luce (4e piste dans son album Renan Luce) et d'un rap du chanteur français Melan, sur son album Abandon sauvage[12], celui-ci reprenant les coordonnées évoquées lors de l'exposition au MAM de Laurent Le Deunff en 2016[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Point Nemo is the most remote oceanic spot – yet it’s still awash with plastic », sur theguardian.com, (consulté le ).
  2. « La zone la plus isolée du globe accueille les restes de vaisseaux spatiaux obsolètes encore contrôlables », sur leparisien.fr (consulté le 11 mars 2019).
  3. « Point Nemo », sur lukatela.com, (consulté le ).
  4. Baptiste Denis, « Le mot du jour : Point Nemo », sur ouest-france.fr, 21 décembre 2016 (consulté le 30 janvier 2017).
  5. a b et c (en) Ella Davies, « The place furthest from land is known as Point Nemo », sur BBC, .
  6. « Parfois des albatros me suivent 2/3 jours, le dernier du Vendée Globe Sébastien Destremau raconte sa course 19 janvier 2017 », sur 20minutes.fr.
  7. « Le point Nemo, gigantesque cimetière des vaisseaux spatiaux caché au fond du Pacifique », sur ouest-france.fr (consulté le 11 mars 2019).
  8. « Le point nemo l'endroit le plus isolé du monde est également un cimetière spatial », La Libre Belgique, avril 2018.
  9. « Point Nemo conception et mise en scène de Jeanne Frenkel et Cosme Castro », sur theatredublog.unblog.fr, consulté le 12 mars 2019.
  10. « Point Nemo, 2016 - Laurent Le Deunff - Livret en famille » [PDF], musée d'Art moderne de la Ville de Paris, juin 2016 (consulté le 13 septembre 2019).
  11. La sortie de l'album Point Némø de Côme, sur idolesmag.com (consulté le 12 mars 2019).
  12. Liste des albums de Melan, sur chartsinfrance.net (consulté le 12 septembre 2019).
  13. YouTube, « Melan-Point Nemo » [vidéo], consulté le 13 septembre 2019.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]