Meulière (géologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pierre meulière)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meulière.
Meulière
Mur en pierre meulière, rue de la Chine, Paris.jpg
Mur en pierre meulière.
Type
Utilisation
Usage
Meule manuelle en pierre (en), pierre à bâtir, meuleVoir et modifier les données sur Wikidata

Une pierre meulière, ou meulière, est une roche sédimentaire siliceuse (ou roche siliceuse) utilisée jusqu'aux environs des années 1880 pour fabriquer des meules à grains, d'où son nom. Seules les parties les plus denses d'un banc de meulière, ne laissant pas s’échapper de grains à l’usure (à la différence du grès), peuvent convenir à la fabrication de meules[1].

Elle a longtemps été utilisée comme un excellent matériau de construction. La pierre est en effet à la fois extrêmement solide, insensible à l’altération de l’eau de pluie, imperméable et poreuse (meulière caverneuse, c’est-à-dire trouée comme de l'emmental). Cette structure vacuolaire lui communique un certain pouvoir d'isolation thermique et phonique, très apprécié[1]. Comme les autres pierres naturelles, son usage est beaucoup moins fréquent de nos jours, au profit de matériaux moins coûteux.

Formation[modifier | modifier le code]

La meulière résulte en général de la silicification irrégulière de calcaires ou de marnes lacustres, en masses irrégulières, arrondies ou anguleuses, massives et homogènes (meulière compacte) ou d'aspect bréchique, parfois alvéolaire (meulière caverneuse formée par dissolution du calcaire). Cette évolution géochimique complexe (appelée meuliérisation) lors d'une phase de continentalisation, proviendrait de la désilicification des argiles (altération pédologique des niveaux argileux) lors des périodes d'assèchement du lac, associée à une silicification climatique des calcaires ou des marnes[2].

Gisements et utilisations[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux gisements de meulière aux alentours de Paris, de meulière de Brie d’âge stampien[3] et la meulière de Montmorency d’âge chattien. Cette pierre a beaucoup servi à la construction, plutôt pour des édifices de qualité comme des ouvrages d'art ou des villas appelées meulières[4].

C'est une pierre qui marque le style architectural des communes environnant Paris. En effet, en Essonne, dans le Val-d'Oise (par exemple, près de la Forêt de Montmorency), les Yvelines, le Val-de-Marne, la Seine-et-Marne, les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis, beaucoup d'architectes ont utilisé la meulière pour des constructions, notamment du XIXe siècle aux années 1930. Le style qui en ressort est plus particulièrement caractéristique des bâtiments de style Art nouveau, avec notamment l'utilisation de fer forgé et souvent imbrications de céramique et de faïence sur les façades, qui viennent en compléter l'esprit architectural[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Patrick De Wever, Voyage d'un grain de sable, EDP Sciences, , p. 14.
  2. Alain Foucault, Jean-François Raoult, Fabrizio Cecca, Bernard Platevoet, Dictionnaire de Géologie, Dunod, , p. 254.
  3. « Meule : histoire et géologie des pierres meulières », futura-sciences.com (consulté le 14 mai 2015)
  4. a et b « Histoire de la maison en meulière », mameuliere.com (consulté le 14 mai 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]