Pierre Papadiamandis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Papadiamandis (né en 1937 à Paris), ou simplement Diamandis, est un pianiste et compositeur français d'origine grecque. Il est surtout connu pour ses nombreuses compositions, près de 200[1], pour Eddy Mitchell, dont les succès La dernière séance et Couleur menthe à l'eau. Il a aussi collaboré avec des artistes comme Grace Jones, Ray Charles, Michel Delpech ou bien encore Céline Dion. Il a plusieurs fois été récompensé par la SACEM.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il nait en 1937 à Paris et grandit au 9 rue Parmentier à Nogent-sur-Marne. Né de parents originaires d'Anatolie, il reste un grand amateur de musique grecque et turque, surtout le blues des pêcheurs du Pirée.

Il commence à apprendre le piano à 5 ans, avant de se passionner pour le jazz. Dans sa jeunesse il est membre d'un groupe de musiciens, puis plus tard il se produit dans des boites de nuit parisiennes, parallèlement il est cadreur pour Gaumont.

En 1964, il intègre l'orchestre d'Eddy Mitchell en tant que pianiste pour interpréter Toujours un coin qui me rappelle dans un concert à Bobino[2].

En 1966, après avoir fait la première partie de James Brown en accompagnement d'Antoine, il propose à Eddy Mitchell une composition, qu'il écrit avant les concerts[2], qui deviendra J’ai oublié de l’oublier. La chanson est un succès et marque le début d'une longue collaboration qui perdure depuis cinquante ans, durant lesquels il compose pour le chanteur quelques deux cent chansons.
De 1967 à 1970, Pierre travaille avec Eddy Mitchell mais, faute de succès (exception faite du titre Alice), recommence à accompagner d'autres artistes au piano. Il commence aussi à écrire pour d'autres chanteurs avec Bye-Bye Lily de Dick Rivers.

En 1971, il compose pour Eddy Mitchell les hits C'est facile et En revenant vers toi (qui a failli être interprétée par Elvis Presley[réf. nécessaire]). Il part aussi en tournée, qui passe par le Canada et le Japon, avec Michel Delpech, pour qui il compose Que Marianne était jolie.

En 1972, marié, il décide d'arrêter les tournées et de se consacrer pleinement à sa famille et à la composition de chanson. La même année, il écrit avec Eddy Mitchell la chanson Comme un lion en hiver pour Johnny Hallyday[3], (album : Country, Folk, Rock).

Pierre Papadiamandis a également composé la musique de la série Téléchat.

Discographie[modifier | modifier le code]

Interprète[modifier | modifier le code]

  • 1976 : De quoi rêver (Claude Righi - Papadiamandis), Barclay
  • 1976 : Je suis un père (Anouk Kopelman - Papadiamandis), Barclay
  • 1977 : L’amour en Cadillac (Claude Moine - Papadiamandis), Philips/Phonogram
  • 1977 : L’envoûtement (Anouk Kopelman - Papadiamandis), Philips/Phonogram
  • 1978 : Une jolie poupée de satin (Anouk Kopelman - Papadiamandis), Philips/Suzie Music
  • 1978 : Un p’tit Mickey (Eddy Mitchell - Pierre Papadiamandis), Philips/Suzie Music

Compositeur[modifier | modifier le code]

Pour Eddy Mitchell[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Anouk
  • 1977 : Avant de te connaître (Anne Kopelman - Pierre Papadiamandis), Philips
  • 1977 : Le cœur en vacances (Anne Kopelman - Pierre Papadiamandis), Philips
Blues Trottoir
Ray Charles & Dee Dee Bridgewater
Da Capo
Michel Delpech
Céline Dion
Jacqueline Dulac
  • 1966 : Il pleut sur les amandes (Michelle Senlis - Claude Delecluse - Pierre Papadiamandis), RCA Victor
  • 1981 : S.O.S. amitiés « Today is not my day » (Claude Moine - Pierre Papadiamandis), EM Records
Chris Gennaro
  • 1982 : J’reste et tu pars (Anouk Kopelman - Pierre Papadiamandis), Disc’AZ
Françoise Hardy
  • 1977 : L’impasse (Françoise Hardy - Pierre Papadiamandis), Pathé-Marconi/EMI
Grace Jones
  • 1975 : I need a man ! (Paul Slade - Pierre Papadiamandis), Orfeus
  • 1975 : Again and again (Grace Jones - Pierre Papadiamandis), Orfeus
  • 1977 : Sorry (Grace Jones - Pierre Papadiamandis), Orfeus/Sofrason
  • 1977 : That’s the trouble (Grace Jones - Pierre Papadiamandis), Orfeus/Sofrason
Line et Willy
  • 1968 : Tout l’or du monde (Anouk Kopelman - Pierre Papadiamandis), Disc’AZ/Discodis
Christian Morin
  • 1981 : Marie spleen (Pierre Papadiamandis), Flarenasch/WEA
  • 1981 : Sugar song (Pierre Papadiamandis), Flarenasch/WEA
  • 1982 : Back again (Pierre Papadiamandis), Disc’AZ
  • 1982 : I’ll never forget you (Pierre Papadiamandis), Disc’AZ
Bernard Notti
  • 1974 : Vous, les drapeaux (Anne Kopelman - Bernard Notti - Pierre Papadiamandis), RCA Victor
  • 1974 : Lisa (Anne Kopelman - Pierre Papadiamandis), RCA Victor
Gil Now
Juliette Marsat
  • 1968 : Pour qui (Anouk Kopelman - Pierre Papadiamandis), Vogue/Série Fashion
Dick Rivers
  • 1971 : Bye bye Lily (Anouk Kopelman - - Pierre Papadiamandis), RCA Victor
  • 1971 : Fais justice toi-même (Yves Dessca - Vline Buggy - Pierre Papadiamandis), RCA Victor
  • 1971 : Pour l’impossible (Yves Dessca - Pierre Papadiamandis), RCA Victor
Téléchat
  • 1982 : La Chanson de Groucha (Roland Topor - Pierre Papadiamandis), Adès
  • 1982 : La Chorale de téléchat (Roland Topor - Pierre Papadiamandis), Adès

Musiques de film[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Pierre Achard, Eddy Mitchell - Pierre Papadiamandis Palmarès 1996, sur le portail de la SACEM. (Consulté le 26 avril 2008)
  2. a et b (fr) Thierry Gandillot et Eric Libiot, "Eddy et son Papa" in L'Express, du 8 mai 2003.
  3. D'après (fr) Frédérick Blais, Papadiamandis, Pierre, sur le site Les auteurs et les compositeurs de la chanson française. (Consulté le 26 avril 2008)