Neussargues-Moissac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moissac (homonymie).
Neussargues-Moissac
Vieux bourg de Neussargues
Vieux bourg de Neussargues
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement de Saint-Flour
Canton Murat
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Murat
Maire
Mandat
Ghyslaine Pradel
2014-2020
Code postal 15170
Code commune 15141
Démographie
Population
municipale
986 hab. (2012)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 45″ N 2° 58′ 37″ E / 45.1292, 2.976945° 07′ 45″ Nord 2° 58′ 37″ Est / 45.1292, 2.9769  
Altitude Min. 738 m – Max. 1 022 m
Superficie 13,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neussargues-Moissac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neussargues-Moissac

Neussargues-Moissac est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan auvergnat, la commune se nomme Nuçargue-Moissac [njyˈsargə mujˈsa].

Géographie[modifier | modifier le code]

Neussargues-Moissac est un petit village du Cantal, situé aux pieds des Monts du Cezallier.

Dressé près du village, le rocher de Laval est une masse magmatique âgée de 4,5 millions d'années.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la paroisse se nommait Moissac parce qu'il s'agissait d'un prieuré créé sur une terre qui lui avait été donnée en 804 par l'abbaye de Moissac (Tarn-et-Garonne)[1] dont Durand de Bredon sera abbé en 1047, tandis qu'Odilon de Mercœur était abbé de Cluny.

Le site est peuplée de façon beaucoup plus ancienne puisque, en amont de Moissac, la falaise de la Cuze domine un abri mésolithique et néolithique. Le village de Moissac était occupé dès les premiers siècles de notre ère par les Gallo-romains et un tertre funéraire avec plusieurs strates de sarcophages mérovingiens a été découvert au début du XXe siècle dans l'ancien pré à dîme marqué par une ancienne croix de cimetière de style baroque.

Jusqu'en 1901, la commune s'appelait simplement Neussargues.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 avril 2014 Pierre Dalle    
avril 2014 en cours Mme Ghyslaine Pradel[2] SE Conseillère départementale

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 986 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
810 497 589 613 630 637 656 658 610
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
641 583 556 675 681 897 900 790 831
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
905 1 140 1 118 1 039 1 177 1 202 1 309 1 372 1 320
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 257 1 252 1 213 1 186 1 231 1 030 980 973 986
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activités[modifier | modifier le code]

Gare de Neussargues

La gare de Neussargues a longtemps été un nœud ferroviaire important notamment avec une gare de bifurcation entre les lignes en direction de Béziers (dite ligne des Causses), et la ligne Figeac - Arvant reliant Clermont-Ferrand à Aurillac, mais cet aspect a fortement décliné aujourd'hui.

Les principales activités de la commune tournent actuellement autour de fabrique de sacs en plastique, de la carrière sous le rocher de Laval, d'une entreprise de fromagerie et des abattoirs municipaux.

Neussargues essaie également de développer le tourisme dans la commune, avec notamment la construction d'un camping équipé de chalets.

  • Taux de chômage (1999) : 8,6 %
  • Revenu moyen par ménage : 16 382 € par an

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'église est mentionnée dans un manuscrit du Xe siècle qui donne une copie de cette donation primitive. De son côté, Neussargues n'était qu'un hameau qui s'est développé au XIXe siècle avec la route nationale 122 et le chemin de fer.
  2. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 19 juillet 2014).
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  5. OM 022a - L'Ascension, pour orchestre [Paris /Neussargues, mai /juillet 1932 puis Monaco,mai /juillet 1933 > 9 février 1934].
  6. OM 022b - L'Ascension, pour orgue [Neussargues, été 1933 puis Paris, 1934].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]