Pierre Chassé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chassé.
Pierre Chassé
Alias
Ludo
Naissance
Clamart
Décès (à 74 ans)
Sainte-Foy-lès-Lyon
Nationalité Française
Pays de résidence France
Activité principale
Militaire
Autres activités
Résistant des maquis de l'Ain
Distinctions
chevalier de la légion d'honneur décret 29/12/1948, officier de la légion d'honneur décret 31/12/1993
Conjoint
Noémi Chassé, née Augagneur
Famille

Pierre Chassé alias Ludo, né le à Clamart et mort le à Sainte-Foy-lès-Lyon, est un militaire et résistant français ayant fait partie des Maquis de l'Ain et du Haut-Jura[1]

Exode et engagement militaire[modifier | modifier le code]

Employé chez l'agent de change Hayaux du Tilly à Paris en 1939, il fuit à vélo en direction d'Oudon en Loire-Atlantique au cours de l'Exode de juin 1940[2].

En janvier 1941, Pierre Chassé rejoint la zone libre et s’engage à Toulon pour une unité d’Afrique du Nord mais doit abandonner ce projet 48 heures plus tard. Il intègre alors le 20e bataillon de chasseurs alpins de l'Armée d'Armistice[2], situé à Digne.

Le 27 Novembre 1941, l’armée d’armistice est dissoute. De retour à Paris, il retrouve son emploi d'avant-guerre.

Résistance[modifier | modifier le code]

En avril 1943, Pierre Chassé refuse d'effectuer le S.T.O et prend le maquis.

Après un passage à Grenoble, Pierre Chassé arrive en septembre 1943 à Lamoura (Jura) et intègre l’École des Cadres des Maquis de la Région Militaire R1 (Rhône-Alpes)[1].

Le 11 novembre 1943, il participe au défilé des maquis de l’Ain à Oyonnax organisé par Henri Romans-Petit, en tant que responsable des Groupe franc chargé de la protection du défilé[3]. C'est lui qui reçoit à l'entrée d'Oyonnax la gerbe en forme de grande croix de Lorraine « Un peu encombrant et pas très discret, ce "paquet" quand on se balade seul sur une route ! ». Lorsque les maquisards seront en place, il remettra la gerbe à Julien Roche et se placera à gauche de la garde d'honneur du drapeau[4].

Le 24 janvier, il participe à l'attaque du lac de Sylans où cinq gendarmes allemands sont attaqués dans leurs deux voitures et qui entraîne la mort de trois d'entre eux[5],[e 1].

Le 8 février 1944, Pierre Chassé est grièvement blessé de deux balles de mitrailleuse lors de l'offensive allemande contre la ferme de la Montagne à L'Abergement-de-Varey[6]. Il est hospitalisé à la clinique de Bourg-en-Bresse avant de réintégrer le maquis[1].

Remis de sa blessure Pierre Chassé est nommé adjoint du lieutenant NAUCOURT (de son vrai nom Elisée alban DARTHENAY, Saint-Cyrien de la PRomotion Liautey. Mi-mars ils sont à la tête d'un Groupe de Maquisard qui installe dans un camp près du lac Genin (au-dessus de Charix-le-Haut, Ain) fin mars 1944, doit l'évacuer le 1er avril suite à un accrochage avec une unité allemande sur la RN au bord du lac de Sylans (Nantua) pour rejoindre un campement à la ferme des Mottets près des Moussières et de Belleydoux dans le Jura. Le 7 avril 1944 le lieutant NAUCOURT est capturé, torturé, exécuté à Sièges; Il n'a pas parlé pendant son martyr. Le sous-lieutenant Pierre Chassé combat à la tête de la "Compagnie Naucourt" qui intègre la "Compagnie Lorraine".

En août 1944, il participe au côté des troupes américaine à la bataille de Meximieux[2].

À la Libération, il s'engage au 99e Régiment d'Infanterie Alpine dont il assure le commandement de la 4e compagnie[5] sur le front des Alpes jusqu'à sa démobilisation en décembre 1945[1].

Références[modifier | modifier le code]

  • Patrick Veyret, Histoire secrète des Maquis de l'Ain : Acteurs et enjeux, Châtillon-sur-Chalaronne, La Taillanderie, , 399 p. (ISBN 978-2-8762-9325-0, OCLC 758781485)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  1. p. 102.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Centre d'Histoire de la Résistance et de la déportation : biographie de Pierre Chassé.
  2. a, b et c tanguy.resistance.free.fr : le journal de Pierre Chassé.
  3. Pierre Marcault, « Organisation du défilé des maquis de l'Ain » [PDF], sur maquisdelain.org (consulté le 3 juin 2013).
  4. maquisdelain.org : L'événement phare de l'automne 1943: Le défilé du 11 novembre 1943 à Oyonnax.
  5. a et b maquisdelain.org : biographie de Pierre Chassé
  6. [PDF] [1]), Récit le l'attaque de la ferme de la montagne, le 8 février 1944, par Owen Denis Johnson.