Lac Genin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac Genin
Loin de son maximum
Loin de son maximum
Administration
Pays Drapeau de la France France
Subdivision Haut-Bugey, Ain, Rhône-Alpes
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 14″ N 5° 41′ 53″ E / 46.22056, 5.6980646° 13′ 14″ Nord 5° 41′ 53″ Est / 46.22056, 5.69806  
Superficie 8,15 ha
Longueur 380 m
Largeur 330 m
Altitude 850 m
Profondeur
 · Maximale
 
18 m
Hydrographie
Alimentation Source submergée
Émissaire(s) Perte karstique de l'Embouteillou

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac Genin

Géolocalisation sur la carte : Charix

(Voir situation sur carte : Charix)
Lac Genin

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Lac Genin

Le lac Genin est un lac de moyenne altitude du massif du Jura. Il se situe au milieu d'une forêt typiquement jurassienne, composée de sapins, d'épicéas et de feuillus. Le site est surnommé « le petit Canada du Haut-Bugey » et est classé site pittoresque depuis le 1er mars 1935[1].

Le lac est situé sur les communes d'Oyonnax, Charix et Échallon, dans le Haut-Bugey.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Vue sur le village de Giron et les monts Jura depuis un belvédère surplombant le Lac
  • Altitude : 850 m ;
  • Surface : 8,15 ha ;
  • Longueur maximale : 380 m ;
  • Largeur maximale : 330 m ;
  • Profondeur maximale : 24 m ;

Géologie[modifier | modifier le code]

Ce lac est situé dans une dépression du synclinal de Charix orienté NNE-SSW et segmenté par des fractures NW-SE. Il est alimenté par les eaux de ruissellement et des venues d’eaux souterraines. Le trop-plein s’écoule vers le Sud par un réseau souterrain dont l’entrée est bien visible. L’origine de la dépression est probablement karstique avec surcreusement ultérieur du glacier jurassien et dépôt de sédiments argileux imperméables.

Climat et hydrologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'au milieu du XXe siècle, le lac était entouré de plusieurs fermes où l'on cultivait et exploitait les champs et prairies alentour. Aujourd'hui, toutes sont en ruines.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Maubourg, La Cornaille, Oyonnax, Roman,‎ 1985, 190 p., p. 31

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]