Masseur-Kinésithérapeute

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Physiothérapeute)
Masseur-kinésithérapeute
Image dans Infobox.
Diverses pratiques de physiothérapeutes
Présentation
Appellation
Masseur-kinésithérapeute : France, Belgique
Physiothérapeute : Québec, Suisse
Secteur
Métiers voisins
Compétences
Diplômes requis
France : Bac +5[1]
Belgique : Bac +4[2]
Suisse : Bac +3[3]
Québec : Bac +4[4]
Évolutions de carrière
Fonction
Salaire
France : 1 258,12 € net SMIC (2021)[5]
Belgique : 1 600 [6]
Suisse : Fr. 4 900.- [7]
Québec : 3 400 $[8]
Codes
CITP
ROME (France)
J1404

Un masseur-kinésithérapeute, ou physiothérapeute, est le professionnel de santé qui pratique la physiothérapie. Dans la plupart des cas, il travaille en collaboration avec une équipe multidisciplinaire composée de thérapeutes en réadaptation physique, médecins, infirmiers, psychomotriciens, ergothérapeutes, orthophonistes, audiologistes, psychologues et de travailleurs sociaux.

En France[modifier | modifier le code]

Kinesitherapeute

En France, la physiothérapie est pratiquée par des masseurs-kinésithérapeutes.

Formation initiale[modifier | modifier le code]

La formation initiale des masseurs-kinésithérapeutes se déroule actuellement sur 5 ans : une première année universitaire validée suivi de quatre ans en Institut de formation en masso-kinésithérapie (IFMK)[9]. La sélection est régie par l'arrêté du [10]. Peuvent être admis en première année d'études préparatoires au diplôme d'État de masseur-kinésithérapeute, dans la limite des places autorisées :

  • les étudiants ayant validé la première année commune aux études de santé (PACES) ;
  • les étudiants ayant validé la première année de licence en sciences mention « sciences et techniques des activités physiques et sportives » (STAPS) ;
  • les étudiants ayant validé une première année de licence dans le domaine sciences, technologies, santé.

Il est également possible d'entrer dans un IFMK par l'intermédiaire de passerelles, ce mode d'admission est régi par l'arrêté du [11]. Ainsi peuvent être admis sur dossier et entretien, dans la limite de place égale à 5 % du quota d'entrée :

  1. Les titulaires d'un des diplômes mentionnés ci-après : - diplôme d'État d'infirmier ; - diplôme d'État de pédicure-podologue ; - diplôme d'État d'ergothérapeute ; - diplôme d'État de psychomotricien ; - diplôme d'État de manipulateur d'électroradiologie médicale et diplôme de technicien supérieur en imagerie médicale et radiologie thérapeutique ; - certificat de capacité d'orthophoniste ; - certificat de capacité d'orthoptiste ; - diplôme de formation générale en sciences médicales ; - diplôme de formation générale en sciences maïeutiques ; - diplôme de formation générale en sciences odontologiques ; - diplôme de formation générale en sciences pharmaceutiques ;
  2. Les titulaires d'une licence dans le domaine sciences, technologies, santé et les titulaires d'une licence en sciences mention « sciences et techniques des activités physiques et sportives » (STAPS) ;
  3. Les titulaires d'un diplôme reconnu au grade de master.

Il existe également une passerelle pour les sportifs de haut niveau (arrêté du [12]). L'ENKRE (École nationale de kinésithérapie et rééducation) à Saint-Maurice accueille ainsi 20 étudiants provenant de trois facultés STAPS chaque année[réf. souhaitée]. Elle propose aussi tous les ans l'entrée à 10 sportifs de haut niveau, qui peuvent suivre la formation en poursuivant leur pratique sportive ;

La quarantaine d'instituts de formation en massokinésithérapie (IFMK), qui forment chaque année 2 700 jeunes professionnels de santé, ont des statuts juridiques différents : privé à but lucratif, associatif ou public. En France il existe également 4 établissements (Lyon, Paris, Villejuif, Limoges) formant des personnes atteintes de déficiences visuels au métier de masseur-kinésithérapeute. La formation initiale hors du secteur public est relativement onéreuse. Les frais d'inscriptions s'élèvent en moyenne à 3 500 /an mais sont très variables d'un institut à l'autre (181  à 8 850  selon les instituts). La formation est organisée dans chaque institut par un directeur ou directeur technique (cadre de santé masseur-kinésithérapeute) assisté de cadres de santé MK formateurs. Les études sont sur le mode de l'alternance, les étudiants étant pour la moitié de leur temps en pratique auprès de patients et pour moitié en cours théorique et travaux pratiques en institut de formation.

La formation se compose de deux cycles de deux ans. Le premier cycle est consacré aux fondamentaux, à l’ingénierie de la kinésithérapie et à des savoirs transversaux (anglais, méthodologie, etc.). Le second cycle est plus pré professionnel car il approfondit les thèmes précédents et prépare à l’exercice. La formation dure au total 6 670 heures dont 1 980 heures pour la formation théorique et pratique, 1 470 heures de formation à la pratique masso-kinésithérapique et 3 220 heures environ de travail personnel[13]. À l'issue des 4 années d'études et après validation du contrôle continu (sur 60 points), le candidat est présenté aux épreuves du diplôme d'État qui se résume depuis 2008 à la soutenance d'un mémoire (sur 60 points). La remise de ce diplôme d'État (au moins 60/120 en totalisant les épreuves écrites et mémoire) par la DRJSCS autorise l'exercice professionnel.

L'articulation entre les dispositifs de formation actuels et le système européen universitaire suscite des débats, notamment sur la question de la création d'une quatrième année d'étude et son éventuelle équivalence au grade universitaire de master. Le , les ministères de la santé et de l'enseignement supérieur ont annoncé la reconnaissance des 4 années de formation de kinésithérapie, ainsi que la généralisation d'une première année universitaire, annonçant de fait la suppression du concours privé.

Formation continue[modifier | modifier le code]

Les kinésithérapeutes peuvent bénéficier, pour maintenir leurs connaissances, de formation continue tout au long de leur exercice professionnel, soit dans le cadre universitaire, soit par le biais d'organismes de formation associatifs ou à but lucratif.

Outre le maintien des connaissances ou l'acquisition de nouvelles compétences, ces formations permettent d'accéder à des niveaux d'expertise dans les domaines juridiques, ergonomique, social… Ainsi, la kinésithérapie étend actuellement son champ dans les domaines de l'éducation, la prévention et l'orientation au-delà de ses classiques actions curatives et palliatives, aussi bien dans les secteurs de la santé, du social que du sport et du « bien-être ».

Après au moins quatre ans d'exercice à temps plein, un masseur-kinésithérapeute peut prétendre à accéder à un Institut de formation de cadre de santé, lui offrant des perspectives professionnelles d'encadrement et/ou de formation. Ces cadres de santé kinésithérapeutes peuvent également prétendre ensuite à des grades de cadres supérieurs ou des directeurs de soins, après concours, dans la filière rééducation dont ils sont issus.

Exercice de la profession[modifier | modifier le code]

Manifestation de kinésithérapeutes à Paris le devant le ministère de la Santé pour « une meilleure reconnaissance de leur métier ».

En France, la profession de masseur-kinésithérapeute est règlementée et définie dans le Livre III Titre II du Code de la santé publique. Le Conseil de l'Ordre des masseurs kinésithérapeutes est chargé, par la loi, de veiller au maintien des principes de moralité, de probité, de compétences indispensables à l’exercice de la masso-kinésithérapie et à l’observation, par tous ses membres, des droits, devoirs et obligations professionnels, ainsi que des règles édictées par le code de déontologie. L’ordre défend l’honneur et l’indépendance de la profession de masseur-kinésithérapeute.

En France, la plupart des masseurs-kinésithérapeutes (près de 80 %) exercent à titre libéral, seuls ou en association dans des cabinets. La profession, majoritairement masculine, d'une moyenne d'âge d'une quarantaine d'années, se féminise, surtout dans le secteur salarié. Des professionnels exercent en centres de rééducation fonctionnelle ou en secteur hospitalier public ou privé.

Le salaire moyen d'un kinésithérapeute travaillant dans le secteur public hospitalier est compris entre 1 600 € et 3 000 € par mois en fonction de l'ancienneté. Dans le secteur libéral les revenus dépendent du nombre de patients et du montant des investissements à réaliser[13].

Dans le cadre d'une rééducation un patient ne pouvais consulter un masseur-kinésithérapeute que s'il disposait d'une prescription médicale jusqu'en 2020. Depuis 2020, l'accès direct aux kinésithérapeutes est possible en cas de lumbago ou d'entorse de cheville[14]. En 2022, l'accès direct sera généralisé pour toute pathologie dans 6 départements tests[15].

Ces soins sont partiellement remboursés par la Sécurité sociale (la part restante est éventuellement prise en charge par la complémentaire santé). Un patient peut consulter directement un masseur-kinésithérapeute dans le cadre d'une prise en charge préventive, de bien-être ou esthétique (ces soins ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale).

Au Québec[modifier | modifier le code]

Au Québec, deux types de professionnels peuvent pratiquer la physiothérapie :

Ne peut s'appeler physiothérapeute qui veut, le terme étant légalement réservé aux physiothérapeutes membres de l'Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ). Seuls les thérapeutes en réadaptation physique et les physiothérapeutes peuvent pratiquer la physiothérapie dans la province de Québec. Toute personne prétendant offrir des services de physiothérapie sans être membre de l'OPPQ pourrait être poursuivie en justice pour pratique illégale.

Pour avoir accès à la profession de physiothérapeute, un individu doit, en premier lieu, compléter un baccalauréat ès sciences ainsi qu'une maîtrise ès sciences dans une université reconnue. Il doit ensuite devenir membre de l'Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ) pour recevoir son permis de pratique. Au Québec, plusieurs universités, comme l'Université de Montréal (ville de Montréal), l'Université de Sherbrooke (ville de Sherbrooke), l'Université McGill (ville de Montréal) et l'Université Laval (ville de Québec), offrent des programmes de physiothérapie. Normalement, pour être admis dans un tel programme, il est impératif d'avoir complété un diplôme d'études collégiales (DEC) ès sciences de la nature, ès sciences pures et appliquées, ès sciences de la santé ou ès techniques de réadaptation physique. Une personne détenant un diplôme universitaire ès sciences peut également être admise dans le programme, sous certaines conditions.

En Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse romande, le terme physiothérapeute, parfois abrégé « physio », est synonyme du terme « kinésithérapeute », qui est très peu usité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.kine-services.com/kine-services/kine_etudes2.htm
  2. http://www.kine-services.com/kine-services/kine_belge.htm
  3. http://www.euroguidance-france.org/fr/263/etudier-en-europe/suisse/etudes-de-kine-en-suisse.html
  4. http://kine-en-force.over-blog.fr/article-canada-et-mk-48441605.html
  5. http://www.metiersdelasante.com/kine/fiche_kine_salaire.htm
  6. « Comparez votre salaire », sur WageIndicator subsite collection (consulté le ).
  7. http://www.physioswiss.ch/download/online/Lohnempfehlungen_und_Kontakte_Suisse_Romande_2010%5B1%5D-1.pdf
  8. « Vous avez recherché metier de kine physiotherapeute - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada », sur S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada (consulté le ).
  9. Décret n° 2015-1110 du 2 septembre 2015 relatif au diplôme d'Etat de masseur-kinésithérapeute, (lire en ligne)
  10. Arrêté du 16 juin 2015 relatif à l'admission dans les instituts préparant au diplôme d'Etat de masseur-kinésithérapeute (lire en ligne)
  11. Arrêté du 2 septembre 2015 relatif au diplôme d'Etat de masseur-kinésithérapeute (lire en ligne)
  12. « Arrêté du 26 août 2010 relatif aux dispenses d'épreuves accordées aux sportifs de haut niveau pour l'admission dans les instituts de formation en pédicurie-podologie, en ergothérapie et en psychomotricité et aux modalités spécifiques d'admission dans les instituts de formation en masso-kinésithérapie | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  13. a et b « Kinésithérapeute », sur CIDJ (consulté le )
  14. « Arrêté du 6 mars 2020 sur la douleur lombaire aiguë », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le )
  15. « L'accès direct aux kinés et orthophonistes sans prescription médicale validé par les députés », sur egora.fr, (consulté en )