Philippe Rochat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rochat.
Philippe Rochat
Philippe Rochat.JPG
Philippe Rochat en 2014.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web
Distinctions

Philippe Rochat, né le au Sentier et mort le à Cheseaux-sur-Lausanne[1], est un chef cuisinier suisse, patron du Restaurant de l’Hôtel de Ville à Crissier qui a obtenu 3 étoiles au Guide Michelin de 1997 à 2012 et une note de 19 au guide Gault&Millau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Rochat nait le au Sentier, dans la Vallée de Joux, d'un père vaudois, André Rochat, et d'une mère italienne, Angelina Locatelli. À la suite du décès de sa mère des suites d'un cancer alors qu'il a neuf ans, son père se remarie et déménage à Romont, où il reprend un café. En 1968, à quatorze ans, Philippe Rochat commence un apprentissage de cuisinier au Buffet de la Gare de Romont, tenu par le père d'un de ses amis d'école, Marcel Cavuscens.

À partir de 1972, il travaille dans différents palaces, et passera six ans à Zurich, tout d'abord au Savoy Baur en Ville, puis au Baur au Lac. Le 1er juillet 1980, il commence à travailler sous les ordres de Frédy Girardet, au Restaurant de l’Hôtel de Ville à Crissier. Après avoir tourné à tous les postes de la cuisine, il est promu chef de cuisine en 1989.

En 1995, il épouse la marathonienne Franziska Rochat-Moser, puis, le 1er décembre 1996, il reprend le restaurant à la suite du retrait de Frédy Girardet. Le restaurant perd temporairement sa 3e étoile au Guide Michelin, mais il la retrouvera rapidement en 1997.

En 1999, il reçoit le titre de « Cuisinier de l'année » décerné par le Gault&Millau suisse, et en 2000, le Gault&Millau français écrit « Crissier abrite toujours le meilleur restaurant du monde ».

En mars 2002, Franziska Rochat-Moser décède lors d'un accident de montagne ; après une pause en Laponie, Philippe Rochat reprend en main le restaurant, et se lance dans divers projets, incluant « Flaveurs », un livre de recettes qui sera édité en 2003. En 2006, il reçoit l'insigne de chevalier de l'ordre national du Mérite qui lui est remise par Philippe Douste-Blazy, le ministre français des Affaires étrangères à l'époque. En 2012, il remet son restaurant à Benoît Violier, son chef de cuisine. En 2013, il reçoit un doctorat honoris causa de l'université de Tours (France)[2]

Le 8 juillet 2015 au matin, il meurt des suites d'un malaise lors d'une balade à vélo[1].

Sources[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • Philippe Rochat, Véronique Zbinden et Pierre-Michel Delessert, Flaveurs, Éditions Pierre-Marcel Favre, Lausanne, 2003 (ISBN 2-8289-0750-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le chef étoilé Philippe Rochat est décédé », sur arcinfo.ch, (consulté le 8 juillet 2015)
  2. Dossier de presse sur le site de l'IEHCA

Liens externes[modifier | modifier le code]