Phare du cap Lévi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Phare du Cap Lévi)
Phare du cap Lévi
Image dans Infobox.
Le phare et les logements.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Histoire
Construction
Électrification
1937
Automatisation
Patrimonialité
Gardienné
Non
Visiteurs
Non
Architecture
Hauteur
28 m
Hauteur focale
36 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Élévation
36,85 m
Matériau
Équipement
Lanterne
Lampe halogène 650 W
Optique
Type STPB en verre moulé à 4 panneaux, focale 0,375 m,
Monture en aluminium
Portée
20 milles (37 km)
Feux
rouge à éclats, 5 s
Aide sonore
Non
Identifiants
ARLHS
Localisation sur la carte de la Manche
voir sur la carte de la Manche
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le phare du cap Lévi est situé au cap Lévi, sur la commune de Fermanville, dans la Manche.

Le cap Lévi ferme à l'est la rade de Cherbourg et est prolongé en mer par les haut-fonds de Biéroc où se forment de puissants courants, le raz du cap Lévi. À la suite de nombreux naufrages, dont celui de la frégate La Résolue en , la construction d'un phare est décidée en 1850. Ce phare constitue le relais entre les phares de Goury et de Gatteville.

Deux phares y ont successivement été construits : le premier, datant de 1858, est dynamité par l'armée allemande en  ; le second a été allumé le .

Historique[modifier | modifier le code]

Premier phare du cap Lévi.

En 1850, l'ingénieur J. de Serry dessine, sous la supervision de Charles-Félix Morice de la Rue une tour carrée en granite rose de Fermanville et gris de Montfarville. Sa hauteur est limitée à 31 mètres pour ne pas gêner la vue des guetteurs de la vigie située sur une petite hauteur environ 500 mètres en arrière[1]. La construction commence au début de l'année 1854. En raison d'un conflit entre l'État et l'entrepreneur Lévesque portant sur le coût du chantier, le contrat est cassé en 1856, réattribué à l'entrepreneur Baude qui achève les travaux en 1858. Le phare est allumé le de cette année[1].

En 1901, avec l'installation d'une cuve à mercure permettant de faciliter le mouvement de la lanterne et donc d'en augmenter la puissance, la première optique à feu fixe blanc et éclats rouges est remplacé par une optique à éclats rouges d'une portée de 30 km par temps clair et 12 km par temps de brume[1]. Après avoir utilisé comme combustible de l'huile végétale, puis minérale puis des vapeurs de pétrole, le phare est électrifié en 1937.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le phare est utilisé par la Kriegsmarine comme poste d'observation pour surveiller les pêcheurs[2]. Son feu est démonté en 1941 et envoyé à Paris[3]. À la fin du mois de [4], les Allemands en déroute font exploser la tour. Les Allemands partis, un feu provisoire est mis en place sur les ruines, dans l'attente de la reconstruction.

Les plans du nouveau phare sont confiés aux architectes René Levavasseur et Jacques Chauliat. Ils gardent le principe de la base carrée mais en incurvant les faces vers l'intérieur. L'ouvrage est bâti, en 1947, 100 mètres en arrière de l'ancien phare et mesure 28 mètres de haut.

Le phare fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [5].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Phare du cap Lévi.

Premier phare[modifier | modifier le code]

Le premier phare du cap Lévi est une tour de forme quadrangulaire de 31 m de haut. Sur la face nord est accolée une tourelle demi-cylindrique abritant l'escalier. Le dernier de ses six étages comporte un couronnement en encorbellement, soutenant la lanterne abritée sous une coupole cylindrique de tôle et de vitrages rouges.

Le matériau utilisé est le granite rose de Fermanville (carrière de port Pignot) et le granite de Montfarville[1].

  • Architecte : J. de Serry (1854)
  • Constructeurs : Lévesque puis Baude
  • Hauteur au dessus de la mer : 35 m
  • Hauteur : 31,70 m
  • Hauteur focale : 33 m
  • Optiques
    • 1858 : feu fixe blanc à éclats rouges toutes les 3 minutes (4e ordre)
    • 1901 : feu à éclats rouges de 5 secondes, focale 0,25 m à 4 panneaux (3e ordre) / Installation de la cuve à mercure
  • Électrification : 1937

Second phare[modifier | modifier le code]

Le second phare du cap Lévi est une tour de forme quadrangulaire à faces incurvées, concaves, maçonnées en pierre de granite rose. Le dernier étage est un couronnement circulaire vitré, au-dessus duquel est installé la lanterne. Les bâtiments d’habitation et d’exploitation sont séparés de la tour.

  • Architecte : René Levavasseur et Jacques Chauliat
  • Constructeurs : Clot
  • Hauteur au dessus de la mer : 36,85 m
  • Hauteur : 28 m
  • Hauteur focale : 33 m
  • Optiques
    • 1948 : feu à éclats rouges de 5 secondes, focale 0,25 m à 4 panneaux (3e ordre)
    • actuel : feu à éclats rouges de 5 secondes, focale 0,375 m à 4 panneaux (3e ordre)
  • Automatisation : 1975

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Ingouf-Knocker 1999, p. 65.
  2. Ingouf-Knocker 1999, p. 52.
  3. Comité régional du patrimoine maritime normand, « Le phare du cap Lévy », sur patrimoine-maritime-normand.org (consulté le ).
  4. Les sources indiquent les 21, 24, 25 ou le 28 juin.
  5. « Notice n°PA50000064 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Ingouf-Knocker, Fermanville : Commune du Cotentin, Lassy, Paoland Connaissance, coll. « Recouvrance », , 128 p. (ISBN 2-910967-15-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]