Phare de l'île aux Marins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Phare de l'île aux Marins
Phare de l'île aux Marins.jpg
Phare de l'île aux Marins
Localisation
Coordonnées
Adresse
Histoire
Construction
Désactivation
Statut patrimonial
Gardienné
non
Visiteurs
non
Architecture
Hauteur
7 m
Largeur
2 mVoir et modifier les données sur Wikidata

Géolocalisation sur la carte : Amérique du Nord

(Voir situation sur carte : Amérique du Nord)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Saint-Pierre-et-Miquelon

(Voir situation sur carte : Saint-Pierre-et-Miquelon)
Point carte.svg

Le phare de l'île aux Marins, aussi appelé phare de la Pointe-Leconte, du nom de la pointe éponyme où il est bâti, est un petit phare métallique situé au sud-ouest de l'île aux Marins, une petite île inhabitée face au port de Saint-Pierre, le chef lieu et principale agglomération de l'archipel français de Saint-Pierre-et-Miquelon. Le phare balisait la passe du Suet, l'entrée sud du port saint-pierrais.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le phare est une tour ronde métallique de 7 mètres de haut par 2 mètres de large[1] et entièrement peinte en rouge, avec devant la lanterne une étroite coursive extérieure. Il comportait un feu fixe et à deux secteurs rouge et blanc d'une portée de 7 milles[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce feu a été construit en 1876[1], époque où l'île aux Marins était encore habitée avec une activité de pêche locale, et où le port de Saint-Pierre était très fréquenté par les nombreux navires terre-neuvas venus pêcher la morue sur les grands Bancs de Terre-Neuve. Le port de Saint-Pierre se situait à une position stratégique, à l'ouest des Grands-Bancs et à l'est du débouché du golfe du Saint-Laurent.

Le phare fut maintenu en activité jusqu’à l’interdiction de la navigation dans la passe en 1961.

Il a fait l'objet de l'édition d'un timbre en 1992, dans une série sur les phares de l'archipel[3]. Il est fortement dégradé par l'air marin et les périodes de gel, avec un acier fortement corrodé et un béton éclaté. Certaines vitres de la lanterne sont brisées[1] et son escalier intérieur est condamné[1]. Il est retenu pour bénéficier du loto du patrimoine en mars 2019[4], le premier édifice du territoire de Saint-Pierre-et-Miquelon à bénéficier de ce dispositif.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]