Phare de l'îlet de Petite-Terre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Phare de l'îlet de Petite-Terre
Phare de Petite Terre crop.jpg

Le phare de Petite Terre

Localisation
Coordonnées
Adresse
Terre de BasVoir et modifier les données sur Wikidata
La Désirade
Flag of France.svg France
Histoire
Construction
Automatisation
1974
Statut patrimonial
Gardienné
non
Visiteurs
non
Architecture
Hauteur
20 mètres
Élévation
35 mètres au-dessus de la mer
Équipement
Lanterne
Feu fixe
Portée
15 milles (24,14 km)
Localisation sur la carte de Guadeloupe
voir sur la carte de Guadeloupe
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Petites Antilles
voir sur la carte des Petites Antilles
Red pog.svg

Le phare de l'îlet de Petite-Terre est le plus ancien[1] phare de la Guadeloupe. Il est situé sur l’île de Terre-de-Bas (dans les îles de la Petite-Terre), au sud-sud-ouest de l'île de La Désirade (dans la commune de même nom), et au sud-est de la Pointe des Châteaux à Saint-François sur l'île de la Guadeloupe.

L'îlet de Petite-Terre n'est plus habité depuis qu'en 1972[2] les derniers habitants ainsi que le gardien du phare et sa famille ont quitté l'île, le phare ayant été automatisé.

Le phare fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [3]. Depuis que ce petit coin de paradis est classé réserve naturelle le phare et son sol d'assiette c'est-à-dire son enclos en pierres sèches, la citerne, les appentis qui servaient d'habitat et de cuisine, sont protégés [4].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1826, la famille Thionville originaire de La Désirade se voit accorder par le Roi de France, la concession de l'île[5]. En contrepartie, les Thionville doivent assurer le passage des bateaux au large de Petite Terre afin qu'il ne s'échouent pas. Ils doivent par exemple allumer de grands feux de bois tous les soirs pour signaler l'île aux marins.

Le commerce maritime et la pêche s'étant intensifiés entre les îles et l’Europe, le travail de balisage et de signalisations des terres est vite devenue une priorité. C'est pour cette raison que fut érigé en 1840 le premier phare de la Guadeloupe sur l’îlet de Petite-Terre.

Géographie[modifier | modifier le code]

« L’îlet de la Petite-Terre » (également appelé « Terre-de-Bas » ou officiellement « Terre-de-Bas de la Petite-Terre ») est l’île la plus au sud de la commune de La Désirade dont elle fait partie administrativement. C'est également la plus grande des deux îles de la Petite-Terre, celle située au sud (l'autre îlet étant celui de « Terre-de-Haut » ou officiellement « Terre-de-Haut de la Petite-Terre »).

Ces îles de la Petite-Terre, toutes deux aujourd’hui inhabitées, se situent également à une dizaine de kilomètres au sud-est de la Pointe des Châteaux à Saint-François sur l'île de la Guadeloupe.

Entre ces deux îlets, une étroite passe accessible par l'ouest entre les récifs du Mouton, donne accès à un lagon préservé et protégé permettant le mouillage des navires et l'accostage devant des plages de sable fin, l'est du lagon étant fermé par des récifs dangereux pour la navigation.

C'est sur la plus grande des deux îles (Terre-de-Bas) que se situe le phare, sur sa côte est face aux récifs coralliens.

Phare actuel[modifier | modifier le code]

La construction a commencé en 1838. Le 9 juillet de l'an 1840 le phare est mis en service.

La tour, qui mesure 20 mètres de hauteur, est de section circulaire. Le phare est bâti en pierres. Il a été automatisé en 1972.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]