Peter Hitchens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peter Hitchens
Description de l'image Peterhitchens.jpg.
Nom de naissance Peter Jonathan Hitchens
Naissance (64 ans)
Tas-Sliema Drapeau de Malte Malte
Nationalité britannique
Profession

Peter Jonathan Hitchens (né le ) est un journaliste et essayiste britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au début de sa carrière Hitchens a été correspondant à l'étranger pour le Daily Express. D'abord installé à Moscou, d'où il rendit compte des dernières jours de l'Union Soviétique, il fut transféré à Washington aux États-Unis où il demeura en poste jusqu'en 1995. Il continue de rendre compte régulièrement depuis l'étranger et en 2010 ses activités ont été saluées par le The Orwell Prize, prestigieux prix anglais de journalisme[1]. Son point de vue sur les affaires étrangères peut être décrit comme isolationniste : il s'est opposé aux interventions militaires britanniques en Afghanistan en 2001 et en Irak en 2003 car selon lui elles ne servaient pas les intérêts du Royaume-Uni. Plus généralement, il est opposé aux interventions internationales dans des sociétés dont les décideurs occidentaux ne comprennent suffisamment ni la langue, ni l'histoire, ni la culture. Souvent, argumente-t-il, de telles interventions font en définitive plus de mal que de bien.

Connu pour ses prises de position traditionalistes, Hitchens défend une morale fondée sur la responsabilité et la liberté individuelles au sein de l'espace public et s'est opposé à des projets gouvernementaux tels que l'introduction des cartes d’identité nationales, l'extension des périodes de garde à vue et la suppression du rôle des jurés dans les procès, car ils portent atteinte aux libertés individuelles.

En 2000, il a quitté le Daily Express car son nouveau patron, Richard Desmond, comptait aussi des magazine pour adultes dans son groupe médiathèque. Selon Hitchens, y rester aurait créé un conflit d'intérêt moral[2].

Peter Hitchens écrit dans le journal britannique The Mail on Sunday (en).

Il a publié plusieurs livres, dont les plus connus sont The Abolition of Britain, qui attaque les atteintes à la liberté sous prétexte de sécurité; A Brief History of Crime ("Une brève histoire du crime"), récit de l’échec des politiques libérales face à la criminalité; et The Broken Compass: How British Politics Lost its Way ("La boussole cassée: comment la politique britannique s'est perdue") où il rend compte de la dégradation et de la corruption des institutions. Dans The Rage Against God ("La Rage Contre Dieu") une réponse aux nouveaux athées, en partie fondée sur son parcours personnel, il affirme sa foi chrétienne et renie l'athéisme de sa jeunesse, tout en défendant de manière polémique la place de la foi dans la vie moderne.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Hitchens naît en 1951 à Malte où son père, officier de l'armée de la mer anglaise, était en poste. Son frère ainé était Christopher Hitchens (1949-2011), lui-même célèbre journaliste, écrivain et polémiste. Les deux frères, aux points de vue radicalement contraires en particulier sur la religion et sur les interventions militaires britanniques du début des années 2000, se sont fréquemment opposés. Christopher a affirmé que la racine de cette opposition était la question de l'existence de Dieu[3]. Peter a déclaré quant à lui "Nous sommes des individus différents, nous avons des vies différentes et des plaisirs entièrement différents, nous vivons sur des continents différents. Si nous n'étions pas frères nous ignorerions l'existence l'un de l'autre."[4] Les deux frères ont débattu publiquement à plusieurs occasions jusqu'à la mort de Christopher en 2011.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. New Statesman, 20 May 2010, Peter Hitchens wins Orwell Prize (En anglais)
  2. BBC News, 9 décembre 2000 Veteran columnist quits Express (En Anglais)
  3. Ian Katz, « When Christopher met Peter », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  4. Hannah Pool, « Question time: Peter Hitchens on the trouble with modern politics, his move from left to right, and the enduring rivalry with his brother Christopher », The Guardian,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]