Patrick Clervoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Patrick Clervoy
Patrick Clervoy.jpg
Patrick Clervoy par Bahi-Agence Publics
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Patrick Clervoy, né le à Longeville-lès-Metz (Moselle), est un médecin psychiatre français[1], professeur agrégé du Val-de-Grâce et ancien titulaire de la chaire de psychiatrie et de psychologie médicale appliquées aux armées. Il est spécialiste du stress et du traumatisme psychique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa scolarité commença à Nice où il effectua sa maternelle. Après des études secondaires au Collège militaire de Saint-Cyr l'École, il poursuit ses études à l'École du service de Santé des Armées de Bordeaux, de 1977 à 1984.

Affecté au 41e RI, il effectue ses deux premières missions en République centrafricaine, lors de l'opération Épervier en 1986, avant de partir en Guyane en 1988. Il est ensuite affecté à l'Hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce, et à l'École du Val-de-Grâce de 1989 à 1994. Patrick Clervoy est envoyé au centre hospitalier des armées Scrive à Lille de 1995 à 1997, puis de nouveau affecté à l'Hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce de 1997 à 2002. Il effectue une mission en Bosnie-Herzégovine avec la SFOR en 1998. De 2002 à 2015, il travaille à l'Hôpital d'instruction des armées Sainte-Anne à Toulon. Il effectue une mission en Afghanistan, au cours de l'opération Pamir, en 2011. C’est d'ailleurs en Afghanistan, qu’il pense avoir trouvé les raisons de son engagement[2]. En 2013, Patrick Clervoy effectue une dernière mission au Mali, au cours de l'opération Serval. Depuis 2015, de retour à la vie civile, Patrick Clervoy exerce la médecine libérale.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Fils de Jean Clervoy, officier de l'Armée de l'air et pilote de chasse, et de Mireille Lemonde[3], Patrick Clervoy est le frère jumeau de Jean-François Clervoy, spationaute français à l'agence spatiale européenne.

Carrière scientifique[modifier | modifier le code]

Patrick Clervoy a été chef du service de psychiatrie de l'Hôpital d'instruction des armées Sainte-Anne. Il a été également chargé d’enseignement à l’École du Val-de-Grâce. Il a par ailleurs effectué des travaux de recherche sur le stress et les états post-traumatiques, en association avec l'Institut de recherche biomédicale des armées. Le professeur Clervoy a été membre du groupe de travail OTAN sur le stress et le soutien psychologique dans les opérations militaires modernes. Il a également été membre de la Société française de médecine des armées et membre titulaire de la Société médico-psychologique.

En 2007, Patrick Clervoy forge une notion, qu'il baptise le « syndrome de Lazare », qu'il imagine comme un dérèglement relationnel prolongé, entre une personne ayant traversé une épreuve traumatique intense et son environnement familial et professionnel proche[4]. En 2009, il s'intéresse aux psychologues, médecins et psychiatres qui œuvrent sur le terrain, souvent dans l'urgence[5].

En , Patrick Clervoy livre son journal de bord, sur le vif, des dix semaines qu’il a passées à l’hôpital militaire de Kaboul[6]. L'ouvrage est primé l'année suivante[7].

En 2013, Patrick Clervoy explore les forces obscures qui, quel que soit le degré de civilisation, font de chaque être humain, un bourreau en puissance[8]. À partir des travaux de Solomon Asch, de ceux de Stanley Milgram et ceux de Philip Zimbardo, Clervoy montre les mécanismes inconscients de la violence collective, de la Saint Barthélémy à la prison d'Abu Ghraïb, du génocide arménien à la guerre du Vietnam, des femmes tondues à la Libération au nettoyage ethnique en Ex-Yougoslavie, de la tauromachie aux bizutages. Cet ouvrage a été primé en 2014[9].

En 2018 il publie une étude sur les phénomènes à l’œuvre dans la guérison, particulièrement la dimension peu exploitée de la force vitale telle que l'avait décrite, dès le XIXe siècle Charles Lasègue et qui avait été à l'origine du mouvement vitaliste en médecine.

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Henri Ey - Cinquante ans de psychiatrie en France,  éd. Les empêcheurs de penser en rond, 1997.
  • Petits moments de l’histoire de la psychiatrie en France (avec Maurice Corcos),  éd. EDK, 2005.
  • Le syndrome de Lazare - Traumatisme psychique et destinée,  éd. Albin Michel, 2007.
  • Les PSY en intervention,  éd. Doin, 2009.
  • Dix semaines à Kaboul - Chroniques d'un médecin militaire,  éd. Steinkis, 2012.
- Prix Jacques-de-Fouchier de l’Académie française 2013.
  • L'effet Lucifer : du décrochage du sens moral à l'épidémie du mal : des bourreaux ordinaires, Paris, CNRS éditions, , 328 p. (ISBN 978-2-271-07670-0, OCLC 862707922)
  • Traumatismes et blessures psychiques, éd. Lavoisier Médecine Sciences, 2016.
  • Tous choqués (co-écrit avec Anne-Isabelle Tollet)  éd. Tallandier, 2016
  • Les pouvoirs de l'esprit sur le corps, éd. Odile Jacob, 2018
  • Au bord du monde : journal d'un médecin militaire en Afghanistan, roman graphique avec Samuel Figuière, éd. Steinkis, (ISBN 978-2368462669)
  • Vérité ou mensonge, La docilité au mensonge des autres, éd. [Odile Jacob], (ISBN 9782738152558)

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Spécificités françaises » in Le patriotisme, Inflexions, vol. 26, no. 2, 2014, pp. 37-41.

Contributions à des ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les suppliciés de la Grande Guerre, dans La folle histoire des idées folles en psychiatrie (dir Boris Cyrulnik et Patrick Lemoine) éd. Odile Jacob 2016
  • L'entrée en dissidence, dans Le soldat XXe – XXIe siècle (dir François Lecointre) éd. Gallimard coll. Folio histoire 2018

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Clervoy sur franceinter.fr
  2. Afghanistan : parole d’engagé sur rfi.fr.
  3. Jacques Lafitte et Stephen Taylor, Who's Who in France, J. Lafitte, , p. 502
  4. Le « syndrome de Lazare sur albin-michel.fr
  5. Les psy en intervention sur unitheque.com
  6. Dix semaines à Kaboul - Chroniques d'un médecin militaire sur steinkis.com.
  7. Prix Jacques de Fouchier 2013 sur academie-francaise.fr.
  8. L'effet Lucifer ; Des bourreaux ordinaires sur cnrseditions.fr.
  9. Prix Pierre Simon - Thérèse Delpech Ethique et société sur prix-pierre-simon.com.
  10. décret du 7 juillet 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]