Pascal Koupaki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (août 2015).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Pascal Koupaki
Image illustrative de l'article Pascal Koupaki
Fonctions
Secrétaire général à la Présidence de la République du Bénin
En fonction depuis le
Président Patrice Talon
Premier ministre du Bénin

(2 ans 2 mois et 11 jours)
Président Thomas Boni Yayi
Prédécesseur Adrien Houngbédji (indirectement)
Successeur Lionel Zinsou (indirectement)
Biographie
Nom de naissance Pascal Irénée Koupaki
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Cotonou (AOF)
Nationalité béninoise
Parti politique NC
Diplômé de Université nationale du Bénin
Université Panthéon-Sorbonne

Pascal Koupaki
Premiers ministres du Bénin

Pascal Koupaki, né le 1er mai 1951 à Cotonou, est un homme d'État béninois. Il a occupé le poste de Premier ministre du [1] au [2], sous la présidence de Thomas Boni Yayi.

Il était auparavant ministre du Développement depuis mai 2006[3].

Le 6 avril 2016, il est nommé ministre d'État et secrétaire général à la Présidence de la République par le président Patrice Talon nouvellement élu[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une maîtrise en sciences économiques, planification, économétrie et statistiques à l’université nationale du Bénin, il obtient en 1977 un diplôme d'études supérieures spécialisées en analyse de projets à l'Institut d'études de développement économique et social de l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, puis le diplôme supérieur en banque et finance, spécialisation théories macroéconomiques, banque, monnaie et crédit au Centre de formation de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), institution au sein de laquelle il occupera de 1979 à 1990 plusieurs fonctions telles que celles d'économiste principal, de directeur et d'assistant du gouverneur.

De décembre 1990 à décembre 1993, il a été directeur adjoint de cabinet du Premier ministre de la Côte d’Ivoire. De février à septembre 1994, il a été directeur au secrétariat général de la Commission bancaire de l'Union monétaire Ouest africaine. En septembre 1994, il devient conseiller du directeur adjoint du Fonds monétaire international. En avril 1996, il est nommé directeur de cabinet du Premier ministre du Bénin. En 1998, après la démission de ce dernier, Pascal Koupaki retourne à la BCEAO, où il poursuivra sa carrière occupant les postes de directeur des études, de directeur du développement des études économiques et de la monnaie et de conseiller spécial du gouverneur. À ce dernier titre, il était membre du Gouvernement de la BCEAO jusqu'à son départ définitif de la banque, en avril 2006.

Le président de la République du Bénin, élu en avril 2006, le nomme ministre du Développement, de l'Économie et des Finances. En juin 2007, il devient ministre d'État chargé de la Prospective, du Développement, de l'Évaluation des politiques publiques et de la Coordination de l'action gouvernementale. En mai 2011, il est nommé Premier ministre chargé de la Coordination de l'action gouvernementale, de l'Évaluation des Politiques publiques, du Programme de dénationalisation et du Dialogue social. Il occupe cette fonction jusqu'en août 2013.

Pascal Koupaki termine 5e (sur 33 candidats) de la présidentielle 2016 avec 5,85 % des voix[5],[6].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Initiateur du concept de la Nouvelle Conscience, il en a écrit deux livrets que sont :

  • Ce que je crois[7]
  • Le chemin de la conscience[8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]