Cynthia Fleury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleury.
Cynthia Fleury
Cynthia Fleury in Bordeaux.png

Cynthia Fleury après une conférence aux classes préparatoires du lycée Sainte-Marie Grand Lebrun de Bordeaux en 2011.

Naissance
(41 ans)
Nationalité
Principaux intérêts
Œuvres principales
La Fin du courage
Les Pathologies de la démocratie

Cynthia Fleury (civilement Fleury-Perkins), née en 1974[1],[2], enseigne la philosophie politique (en qualité de research fellow et associate professor) à l'American University of Paris[3], chercheur associé au Muséum national d’histoire naturelle[3], maître de conférences (vacataire) à l'Institut d'études politiques de Paris[3], psychanalyste et enseignante à l'École polytechnique[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Cynthia Fleury soutient en 2000 à l'université Paris-Sorbonne-Paris IV une thèse de doctorat en philosophie intitulée « La métaphysique de l'imagination »[4] sous la direction de Pierre Magnard.

De 2006 à 2009, elle est chercheur et chargée de mission à l’Institut des sciences de la communication du CNRS[3] et, depuis 2010, chercheur au laboratoire Conservation des espèces, restauration et suivi des populations (CERSP), au Muséum national d'histoire naturelle (MNHN/CNRS).

Elle tient une tribune libre, hebdomadaire, dans L'Humanité depuis 2003. Auteur de nombreux articles, elle est fréquemment invitée sur les plateaux de télévisions pour parler de thèmes tels que la politique, la religion ou l'imagination. Elle fut membre du comité de lecture de la revue Cités. Elle collabore au site nonfiction.fr, notamment en tant que coordinatrice du pôle philosophie[5].

Elle est membre fondatrice du Réseau international des femmes philosophes, parrainé par l'Unesco[6], ainsi que du Collectif Roosevelt[7]. Elle fut présidente et est actuellement vice-présidente d'EuropaNova, ainsi que présidente de son comité d'orientation. Elle est membre du conseil stratégique de la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme.

En 2002, Cynthia Fleury fonde le Prix de philosophie[8] dont elle est secrétaire générale.

En tant que psychanalyste, elle est membre de la cellule d'urgence médico-psychologique du SAMU de Paris (CUMP-Necker), marraine du projet ICCARRE (traitement d'intermittence du sida).

Elle a été nommée en 2013 membre du Comité consultatif national d'éthique (CCNE). Elle en est son plus jeune membre.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Cynthia Fleury (au centre) lors d'une conférence de l'université de la Terre en 2011.

Prix[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Prix Afci du livre décerné par l'Association française de communication interne (Afci) pour La Fin du courage[9]

Distinction[modifier | modifier le code]


Publications[modifier | modifier le code]

Directeur de publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne-Laure Gannac, « Pourquoi je philosophe : Cynthia Fleury », Psychologies.
  2. Cynthia Fleury, « Plage philo (3/7) : La vertu du courage », Madame Figaro, 19 juillet 2010.
  3. a, b, c, d et e Curriculum vitæ de Cynthia Fleury, sur le site de l'American University of Paris.
  4. Voir sur sudoc.fr.
  5. « L'équipe de nonfiction.fr », sur le site.
  6. « Réseau des femmes philosophes : les membres fondateurs », sur le site de l'Unesco.
  7. Collectif Roosevelt, site officiel.
  8. Voir sur liberation.fr.
  9. « Le prix Afci 2010 du livre remis à Cynthia Fleury », sur le site de l'Afci, 1er décembre 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]