Cynthia Fleury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleury et Perkins.
Cynthia Fleury
Cynthia Fleury - Septembre 2018.jpg
Cynthia Fleury en septembre 2018
Biographie
Naissance
(44 ans)
Époque
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction
Œuvres principales
La Fin du courage
Les Pathologies de la démocratie

Cynthia Fleury (civilement Fleury-Perkins), née en 1974 [1], est une philosophe et psychanalyste française, Professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers, titulaire de la Chaire "Humanités et Santé"[2]. Elle a longtemps enseigné la philosophie politique (en qualité de research fellow et associate professor) à l'American University of Paris[3], et a été également chercheur au Muséum national d'histoire naturelle[3]. Depuis 2017, elle est professeur associé à l'École nationale supérieure des mines de Paris (Mines-ParisTech) et dirige également la chaire de philosophie à l'hôpital Sainte-Anne (GHT Paris - psychiatrie et neurosciences)[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Cynthia Fleury (au centre) lors d'une conférence de l'université de la Terre en 2011 (entre le psychothérapeute Christophe André et le psychologue Arnaud de Saint Simon).

Cynthia Fleury soutient en 2000 à l'université Paris-Sorbonne-Paris IV une thèse de doctorat en philosophie (métaphysique-ontologie) intitulée « La métaphysique de l'imagination »[5] sous la direction de Pierre Magnard. Son habilitation à diriger des recherches a porté sur La construction sociale de la vérité dans l'espace public à l'épreuve des NTIC (Aix-Marseille Université)[6].

En 2002, Cynthia Fleury fonde le Prix de philosophie[7] dont elle est secrétaire générale. Elle fut membre du comité de lecture de la revue Cités[3]. Elle collabore au site nonfiction.fr[3], notamment en tant que coordinatrice du pôle philosophie[8]. Elle s'intéresse par ailleurs au travail de l'artiste Philippe Pasqua, à propos duquel elle réalise une contribution, la même année[9]. Elle a fait également les préfaces d'ouvrages consacrés à Ron Arad[10] et à Aurèle[11].

De 2006 à 2009, elle est chercheur à l’Institut des sciences de la communication du CNRS[3] et, de 2007 à 2014, chercheur au laboratoire "Conservation des espèces, restauration et suivi des populations" (CERSP, devenu CESCO), au Muséum national d'histoire naturelle (MNHN/CNRS). En parallèle, elle fut aussi enseignante vacataire à l'Institut d'études politiques de Paris[3] et à l'École polytechnique[3]. Elle a également donné des cours en écoles de commerce, et notamment à HEC[3], et enseigné au pôle Léonard-de-Vinci de la Défense[12],[13].

Elle est membre fondatrice du Réseau international des femmes philosophes, parrainé par l'Unesco[14], ainsi que du Collectif Roosevelt[15]. Elle fut présidente et est actuellement vice-présidente d'EuropaNova[16], ainsi que présidente de son comité d'orientation. Elle est membre du conseil stratégique de la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme.

Elle est psychanalyste[réf. nécessaire] et membre de la cellule d'urgence médico-psychologique du SAMU de Paris (CUMP-Necker)[réf. nécessaire]. Elle est marraine du projet ICCARRE (traitement d'intermittence du sida)[réf. nécessaire].

Elle a été nommée en 2013 membre du Comité consultatif national d'éthique (CCNE), dont elle est le plus jeune membre[17]. Elle siège également au comité scientifique du Haut Conseil des biotechnologies[18]. Elle a été administratrice externe au conseil d'administration de Suez Environnement[19].

Elle tient une tribune libre, hebdomadaire, dans L'Humanité depuis 2003[20]. Elle est souvent invitée à la radio[21] et à la télévision [22], pour présenter ses livres et parler de thèmes tels que la résilience, la psychanalyse, la politique, la religion ou l'imagination. Elle apparaît aussi régulièrement dans de nombreux quotidiens nationaux et magazines hebdomadaires (L'OBS[23],[24], Le Monde[25], La Croix[26], Libération[27] Psychologies magazine[28], Le Figaro[29], Le Point[30], Marianne[12]...).

En 2016, Elle est titulaire de la Chaire de Philosophie à l'Hôpital Hôtel-Dieu[31].

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

En 2007, elle appelle à voter pour Ségolène Royal, dans un texte publié dans Le Nouvel Observateur, « contre une droite d’arrogance », pour « une gauche d’espérance »[32].

Elle soutient en 2018 le collectif européen Pacte Finance Climat, destiné à promouvoir un traité européen en faveur d'un financement pérenne de la transition énergétique et environnementale pour lutter contre le réchauffement climatique[33],[34].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • 2018 : Grand Prix du livre audio 2018 du CNL[35], pour Reconquérir le courage, Frémeaux & Associés
  • 2010 : Prix Afci du livre décerné par l'Association française de communication interne (Afci) pour La Fin du courage[36].

Distinction[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Directeur de publication[modifier | modifier le code]

  • 2006: Imagination, imaginaire, imaginal, Paris, éd. Presses universitaires de France, coll. "Débats", 192 p., (ISBN 978-2-13-054336-7)
  • 2008 : avec Yves Charles Zarka et Sylvie Taussig (dir.), L'Islam en France, Paris, éd. Presses universitaires de France, coll. « Quadrige / Essais, débats », 732 p. (ISBN 978-2-13-055727-2), hors-série de la revue Cités (2004)
  • 2012 : avec Anne-Caroline Prévot-Julliard (dir.), L'Exigence de la réconciliation. Biodiversité et société, Paris, éditions du Muséum national d'histoire naturelle/Fayard coll. « Le temps des sciences », 472  p. (ISBN 978-2-213-66859-8)
  • 2017 : avec Anne-Caroline Prévot-Julliard (dir.), Le souci de la nature. Apprendre, inventer, gouverner, Paris, CNRS éditions, 378  p. (ISBN 978-2-271-08817-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne-Laure Gannac, « Pourquoi je philosophe : Cynthia Fleury », Psychologies.
  2. Décret du 26 mars 2018 portant nomination, titularisation et affectation (enseignements supérieurs) (lire en ligne)
  3. a b c d e f g et h « Curriculum vitæ de Cynthia Fleury »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], sur le site de l'American University of Paris.
  4. Inovagora, « Cynthia Fleury inaugure une nouvelle Chaire de philosophie à l'hôpital avec le GHT Paris - Actualités - Centre Hospitalier Sainte Anne », sur www.ch-sainte-anne.fr (consulté le 9 décembre 2017)
  5. Voir sur sudoc.fr. et sur diffusiontheses.fr.
  6. « HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES (HDR) | Direction de la Recherche et de la Valorisation », sur recherche.univ-amu.fr (consulté le 9 décembre 2017)
  7. Voir sur liberation.fr.
  8. « L'équipe de nonfiction.fr », sur le site.
  9. Cynthia Fleury et Emmanuel Daydé (préf. Gérald Mathias), Philippe Pasqua : Les miroirs de l'âme, Fécamp, Benedictine Sa, .
  10. Ron Arad Architecture - Cynthia Fleury, Romain Cole, Henri-François Debailleu
  11. Aurèle - Cynthia Fleury, Georges Sebbag
  12. a et b « Cynthia Fleury, tête chercheuse », sur www.marianne.net.
  13. (en) « CV de Cynthia Fleury », sur le site de l'American University of Paris (consulté le 25 janvier 2016)
  14. « Réseau des femmes philosophes : les membres fondateurs », sur le site de l'Unesco.
  15. Collectif Roosevelt, site officiel.
  16. « Cynthia Fleury », sur onference-europa.eu.
  17. « Les membres Comité Consultatif National d'Ethique », sur www.ccne-ethique.fr (consulté le 25 janvier 2016)
  18. « Décret du 30 décembre 2014 portant nomination du président du Haut Conseil des biotechnologies, du président et des membres du comité scientifique et du président et des membres du comité économique, éthique et social », sur legifrance.gouv.fr.
  19. « Membres du Conseil d’Administration », sur www.suez-environnement.fr.
  20. [1]
  21. « Cynthia Fleury », sur France Inter.
  22. Mathieu Dejean, « Zemmour à “Ce soir (ou jamais !)” : les coulisses d’une invitation polémique », sur lesinrocks.com, .
  23. « "L'individu ne détruit pas la démocratie: il en est le dépositaire" », sur Bibliobs (consulté le 25 janvier 2016)
  24. « La «banalité du mal» vue par Alain Finkielkraut et Cynthia Fleury », sur Bibliobs (consulté le 25 janvier 2016)
  25. Propos recueillis par Olivier Schmitt, « Cynthia Fleury : », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  26. La-Croix.com, « Cynthia Fleury : « On va liquider la pensée en s’en remettant à une machine » », sur La Croix (consulté le 25 janvier 2016)
  27. « Cynthia Fleury: «Il y a du Narcisse blessé dans le pessimisme français» », sur Libération.fr (consulté le 25 janvier 2016)
  28. « Cynthia Fleury : « L’admiration protège le couple de la matérialité du quotidien » », sur psychologies.com.
  29. « Cynthia Fleury », sur plus.lefigaro.fr.
  30. « Cynthia Fleury : "Défendre la vie nous rend plus forts" », sur lepoint.fr.
  31. « Accueil - Chaire de philosophie Hôtel-Dieu », sur Chaire de philosophie Hôtel-Dieu (consulté le 25 janvier 2016)
  32. "Avant qu'il ne soit trop tard", tempsreel.nouvelobs.com, 13 mars 2007
  33. « Les Premiers signataires | Pacte Finance Climat », sur climat-2020.eu (consulté le 8 juillet 2018)
  34. Climat 2020, « Cynthia Fleury », (consulté le 8 juillet 2018)
  35. SUTTON Elizabeth - conseil en édition numérique et co-fondatrice IDBOOX, « Les lauréats du Grand Prix du Livre Audio - IDBOOX », sur www.idboox.com (consulté le 25 juin 2018)
  36. « « Le prix Afci 2010 du livre remis à Cynthia Fleury »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) », sur le site de l'Afci, 1er décembre 2010.
  37. Décret du 13 novembre 2014 portant promotion et nomination (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]