Ostrea edulis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ostrea edulis (Linnaeus, 1758) est le nom scientifique de l'huître plate sauvage indigèe européenne, autrefois également nommée Ostrea boblayei (Deshayes, 1835), Ostrea taurica (Krynicki 1837); Ostrea adriatica (Lam.-Middendorff, 1848).

Toutes les huîtres plates élevées en France sont des Ostrea edulis même si, selon les gisements, elles peuvent revêtir une apparence ou acquérir des saveurs différentes[1].

Son élevage était déjà connu des Romains qui auraient importé cette pratique en France. Des années 2000 à 2005, on en a produit en France environ 2 000 t/an pour une valeur de 10 M€. On la cultivait autrefois à partir de jeunes huîtres pêchées dans la nature qu'on engraissait sur des parcs judicieusement placés.

Élevage[modifier | modifier le code]

Débarquement de collecteurs d'huîtres plates, type « boudin de moules » (Bretagne-Sud, France)

Au XIXe siècle, des procédés de captage ont été développés, mais la surexploitation par la pêche à pied a causé une forte régression de l'espèce qui a entièrement disparu sur une grande partie du littoral[2]. De plus, les conditions d'élevage et peut-être une certaine perte de biodiversité ainsi que l'introduction de germes ou parasites par les transports intercontinentaux ont provoqué de dramatiques épizooties (1920, 1970, 1980) et la faillite de nombreux producteurs. Il est possible que la pollution ait aussi fragilisé les individus face à leurs parasites.

Un programme incluant une connaissance zootechnique et génétique de l'espèce vise à restaurer cette activité à partir de naissains captés en Bretagne (Baie de Quiberon).

Le captage se déroule sur des structures de captage métallique (2 m de haut pour 3 m de côté) immergées en eau profonde et garnies de boudins de coquilles de moules. Une fois les naissains d’huître plate fixées sur les coquilles de moules, l'ensemble est extrait du filet plastique afin d'obtenir un mélange de débris de coquilles et de petites huîtres. Le tout est remis en élevage (dans le jargon « semée ») en eau profonde, où elles resteront 2 à 3 ans avant d'atteindre la taille commercialisable.

Un fort pourcentage des huîtres mises en élevage ne survivra pas à sa 2e année pour cause de maladie.

Vulnérabilité[modifier | modifier le code]

Huîtres plates de Cancale
Bateau à fonds plat, aussi nommé barge ostréicole (Bretagne-Sud, France)

Comme les moules sauvages et beaucoup plus qu'elles, les huîtres plates ont besoin d'être protégées de la surpêche et de la pollution. Il leur faut une eau riche en nutriments, mais suffisamment propre et oxygénée.
Parmi les nouveaux facteurs de risque, le problème des dépôts de munitions immergées (ex : Quiberon, Cancale) préoccupe les experts, car les obus contiennent de nombreux polluants qui peuvent affecter les huîtres et la chaîne alimentaire.

Avec le réchauffement climatique, les espèces introduites concurrentes ou parasites pourraient encore affecter cette espèce alors qu'elle est loin d'avoir retrouvé ses populations normales.

Réintroduction[modifier | modifier le code]

Dans un bras de mer situé à l'est de l'Écosse cette espèce était présente depuis au moins la fin de la dernière glaciation (il y a 10 000 ans environ) et encore très présente il y a 150 ans, mais de 1860 à 1870 les pêcheurs en ont prélevé environ un demi-million d'huîtres par semaine (30 millions environ par an) jusqu'à les faire disparaitre, ensuite remplacées par des espèces originaires du Pacifique, échappées d'exploitation ostréicoles. Un projet de réintroduction d'environ 4 millions d'huitres de cette espèce, dit programme DEEP (acronyme de Dornoch Environmental Enhancement Project) est porté par l'université Heriot-Watt d'Édimbourg (Royaume-Uni), la société de conservation marine du Royaume-Uni, appuyé par une distillerie (Glenmorangie) qui compte sur ces huitres pour mieux épurer ses rejets en mer [3].



Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fruits de la Mer - L'huître plate », sur https://www.fruitsdelamer.com, (consulté le 1er mars 2018)
  2. La reconstitution des gisements naturels d'huîtres plates (Ostrea Edulis Linné) en Morbihan (1943-1954)
  3. Rouat S (2018)[SEAActu17h-20180924 Réintroduction d'huîtres disparues depuis plus de 100 ans en Ecosse] |Science et Avenir | 24.09.2018

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :