Ostrea edulis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ostrea edulis (Linnaeus, 1758) est le nom scientifique de l'huître plate sauvage indigène européenne, autrefois également nommée Ostrea boblayei (Deshayes, 1835), Ostrea taurica (Krynicki 1837); Ostrea adriatica (Lam.-Middendorff, 1848).

Toutes les huîtres plates élevées en France sont des Ostrea edulis même si, selon les gisements, elles peuvent revêtir une apparence ou acquérir des saveurs différentes[1].

Son élevage était déjà connu des Romains qui auraient importé cette pratique en France. Des années 2000 à 2005, on en a produit en France environ 2 000 t/an pour une valeur de 10 M€. On la cultivait autrefois à partir de jeunes huîtres pêchées dans la nature qu'on engraissait sur des parcs judicieusement placés.

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : cycle de vie.

Comme la majorité des invertébrés benthiques, les huîtres plates ont un cycle de vie bentho-pélagique où une phase adulte sessile succède à une phase de vie larvaire planctonique pélagique (avec différents stades, larve trochophore, véligère, phase de pédivéligère qui voit la larve plonger au fond, passant de la phase nageante à une phase rampante)[2].

Particularité chez les huîtres plates, elles ont une fécondation interne : l'huître femelle émet ses gamètes en interne dans sa cavité palléale, tandis que le mâle répand sa laitance dans l'eau où la femelle, en la filtrant, les récolte. Les œufs fécondés donnent naissance à des larves microscopiques dans la poche incubatrice. De laiteuse blanche, l'huître devient « ardoisée » en raison de la couleur grise des centaines de millions de larves contenues dans cette poche. Après une période d'incubation qui dure entre 8 et 10 jours, et dépendant de la température, les larves véligères sont émises dans l'eau pour une vie pélagique. Les larves pédivéligère compétentes sélectionnent et explorent leur substrat avant de s'y fixer par le byssus et de s'y métamophoser (phase de colonisation du substrat appelée recrutement)[3].

Élevage[modifier | modifier le code]

Débarquement de collecteurs d'huîtres plates, type « boudin de moules » (Bretagne-Sud, France)

Au XIXe siècle, des procédés de captage ont été développés, mais la surexploitation par la pêche à pied a causé une forte régression de l'espèce qui a entièrement disparu sur une grande partie du littoral[4]. De plus, les conditions d'élevage et peut-être une certaine perte de biodiversité ainsi que l'introduction de germes ou parasites par les transports intercontinentaux ont provoqué de dramatiques épizooties (1920, 1970, 1980) et la faillite de nombreux producteurs. Espèce introduite dont l'origine est inconnue[5], le parasite Marteilia refringens est notamment responsable, entre 1970 et 1977, de la chute de production ostréicole de 75 % (« maladie des abers » ) en étant à l'origine d'une grande mortalité chez les naissains[6]. Dans les années 1980, le parasite Bonamia ostreae lui assène presque le coup de grâce en étant à l'origine d'une grande mortalité chez les adultes[7]. Il est possible que la pollution ait aussi fragilisé les individus face à leurs parasites. Cette huître est remplacée à la fin du XIXe siècle par l'huître creuse portugaise

Vulnérabilité[modifier | modifier le code]

Huîtres plates de Cancale
Bateau à fonds plat, aussi nommé barge ostréicole (Bretagne-Sud, France)

Comme les moules sauvages et beaucoup plus qu'elles, les huîtres plates ont besoin d'être protégées de la surpêche et de la pollution. Il leur faut une eau riche en nutriments, mais suffisamment propre et oxygénée.
Parmi les nouveaux facteurs de risque, le problème des dépôts de munitions immergées (ex : Quiberon, Cancale) préoccupe les experts, car les obus contiennent de nombreux polluants qui peuvent affecter les huîtres et la chaîne alimentaire.

Avec le réchauffement climatique, les espèces introduites concurrentes ou parasites pourraient encore affecter cette espèce alors qu'elle est loin d'avoir retrouvé ses populations normales.

Réintroduction[modifier | modifier le code]

Dans un bras de mer situé à l'est de l'Écosse cette espèce était présente depuis au moins la fin de la dernière glaciation (il y a 10 000 ans environ) et encore très présente il y a 150 ans, mais de 1860 à 1870 les pêcheurs en ont prélevé environ un demi-million d'huîtres par semaine (30 millions environ par an) jusqu'à les faire disparaitre, ensuite remplacées par des espèces originaires du Pacifique, échappées d'exploitation ostréicoles. Un projet de réintroduction d'environ 4 millions d'huitres de cette espèce, dit programme DEEP (acronyme de Dornoch Environmental Enhancement Project) est porté par l'université Heriot-Watt d'Édimbourg (Royaume-Uni), la société de conservation marine du Royaume-Uni, appuyé par une distillerie (Glenmorangie) qui compte sur ces huitres pour mieux épurer ses rejets en mer [8].

Un programme (projet FOREVER[9]) incluant une connaissance zootechnique et génétique de l'espèce, lancé en 2018, vise à restaurer cette activité à partir de naissains captés en Bretagne (baie de Quiberon et rade de Brest)[10],[11]. Le captage se déroule sur des structures de captage métallique (2 m de haut pour 3 m de côté) immergées en eau profonde et garnies de boudins de coquilles de moules. Une fois les naissains d’huître plate fixées sur les coquilles de moules, l'ensemble est extrait du filet plastique afin d'obtenir un mélange de débris de coquilles et de petites huîtres. Le tout est remis en élevage (dans le jargon « semée ») en eau profonde, où elles resteront 2 à 3 ans avant d'atteindre la taille commercialisable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fruits de la Mer - L'huître plate », sur https://www.fruitsdelamer.com, (consulté le 1er mars 2018)
  2. Albert Lucas, Bioénergétique des animaux aquatiques, Masson, , p. 101.
  3. (en) P. R. Walne, « Observations on the Fertility of the Oyster (Ostrea Edulis) », Journal of the Marine Biological Association of the United Kingdom, vol. 44, no 2,‎ , p. 293-310 (DOI 10.1017/S002531540002484X).
  4. La reconstitution des gisements naturels d'huîtres plates (Ostrea Edulis Linné) en Morbihan (1943-1954)
  5. Berthe F.C.J., Le Roux F., Adlard R.D. & Fjgueras A. 2004 - Martetliosis in moiJuscs : A review. Aquat. Living Resour, n° 17, p. 433 - 448
  6. Goulletquer P & Héral M., 1997. Marine molluscan production trends in France from fisheries to aquaculture. NOAA Tech Rep. NMFS, 129, 137
  7. Yves Pichot, Michel Comps, Gilbert Tige, Henri Grizel et Marie-Agnès Rabouin, « Recherches sur Bonamia ostreae gen. n., sp. n., parasite nouveau de l'huître plate Ostrea edulis L », Revue des Travaux de l'Institut des Pêches Maritimes, vol. 43, no 1,‎ , p. 131-140.
  8. Rouat S (2018)[SEAActu17h-20180924 Réintroduction d'huîtres disparues depuis plus de 100 ans en Ecosse] |Science et Avenir | 24.09.2018
  9. Flat Oyster RecoVery
  10. « Ifremer. L’huître plate a fait salle comble », sur letelegramme.fr, .
  11. Florian Bardou, « En Corse et en Bretagne, l’huître plate domestiquée pour mieux la préserve », Libération, 29 juillet 2019.

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :