Orthorexie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Une alimentation saine se caractériserait par la consommation de produits frais, naturels, et le refus d'aliments raffinés, industriels ou transformés.

L’orthorexie (du grec orthos, « correct », et orexis, « appétit ») est un ensemble de pratiques alimentaires, caractérisé par la volonté obsessionnelle d’ingérer une nourriture saine et le rejet systématique des aliments perçus comme malsains (malbouffe)[1].

Ce terme a été créé en 1997 par le Dr Steven Bratman qui propose de considérer cette pratique comme un trouble des conduites alimentaires (anorexie, boulimie)[2]. Il affirme que, dans de rares cas, ce comportement peut se transformer en une fixation si extrême qu'elle peut conduire à une malnutrition ou un isolement social. L’orthorexie « ne fait pas l’objet d’une reconnaissance officielle qui la classerait parmi les troubles du comportement alimentaire comme l’anorexie ou la boulimie »[3]. Elle n'est pas mentionnée dans le manuel de référence en psychiatrie, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM)[1]. Pourtant, ce terme a été largement repris par les grandes firmes de l’industrie agroalimentaire comme Danone et Nestlé[4].

En 2009, Ursula Philpot, présidente de l'Association diététique britannique et maître de conférences à l'Université métropolitaine de Leeds (en) (nom officiel Leeds Beckett University), décrit les personnes sujettes à l'orthorexie comme étant « uniquement soucieuses de la qualité des aliments qu'elles ingèrent, de raffiner et de restreindre leur alimentation en fonction de leur avis sur les aliments qui sont vraiment « purs » », contrairement à l'anorexie mentale ou la boulimie par exemple, qui se concentre sur la quantité des aliments consommés ou leur valeur énergétique[5]. Tout écart entraîne un sentiment de culpabilité voire une autopunition[6].

Définition[modifier | modifier le code]

Selon Bratman, l’orthorexie concerne l’attitude vis-à-vis du choix de la nourriture ingérée[2]. La personne orthorexique pousse à l'extrême l'idée d'une saine alimentation en planifiant longuement cette dernière pour réduire sa consommation de matières grasses, sel, sucre, produits de synthèses ou toute autre substance qu'elle considère nuisible à sa santé[2] (voir par exemple le cas du régime sans gluten). En plus de planifier leur alimentation afin de réduire la consommation de matières grasses, salées et sucrées, l’individu orthorexique suit parfois un programme rigide d’exercice, avec le but de perdre du poids et/ou d’atteindre cette image « saine » qu’il cherche. Ce qu’une personne atteinte d’orthorexie ne considère souvent pas est le fait que leur obsession en lien à une alimentation saine et à l’exercice excessif atteint un niveau si extrême que leurs pratiques sanitaires finissent par leur causer du mal. Selon l'EUFIC, une organisation cofinancée par l'industrie agroalimentaire, la personne orthorexique suit des règles alimentaires de plus en plus contraignantes qui peuvent éventuellement, notamment, conduire à un isolement social par l'incapacité d'effectuer une activité de sustentation dans un cadre non-contrôlé[7]. La tolérance zéro du point de vue alimentaire peut, dans les cas extrêmes, affecter chacun des actes et susciter une perte de l’appétit de vivre.

D’après Patrick Denoux, maître de conférences en psychologie interculturelle à l’université de Toulouse-Le Mirail, il y a une spirale du risque imaginé. La réduction de ce risque par le contrôle accroît la peur du risque[8].

En France, le professeur Christophe Cellier, gastro-entérologue à l’hôpital européen Georges-Pompidou, commente :

« A priori, il n’y a pas de danger à suivre [un régime sans gluten]. Une étude épidémiologique publiée récemment dans le British Medical Journal par des chercheurs de l’université Columbia montre peut-être un léger risque supplémentaire de maladie cardiovasculaire. Mais le problème se trouve dans l’excès, ce qu’on appelle l’orthorexie : certaines personnes finissent par adopter des régimes très restrictifs, sans gluten, puis sans lait, etc., qui peuvent se révéler dangereux[9]. »

En 2010, Camille Adamiec réalise un mémoire de Master II qui aborde l'orthorexie et qui sera repris, notamment, par Danone[10]. Quant à elle, la thèse d'Adamiec est primée par la Fondation Nestlé France dans le cadre de son appel 2013-2015 « Comprendre ». Adamiec considère le concept d'orthorexie trop rigide dans la définition qu'en donne Bratman. Elle constate que les questions d'alimentation et de santé sont centrales dans la vie des individus et permettent de construire leur identité et leur rapport au monde[11],[12]. Après des entretiens de terrain, Adamiec nuance ses premiers constats énoncés dans son mémoire basés sur des informations et des données trouvées sur des forums et des blogs. Elle conclut que les orthorexiques « ne se sentent ni exclus, ni en souffrance », mais que « cette éthique de vie les aide à gérer leurs inquiétudes, à les rendre plus heureux et à aller mieux ». Elle voit l'orthorexie plutôt comme un choix de mode de vie. De plus, elle considère que le terme d’orthorexie est déjà galvaudé et propose de trouver une nouvelle terminologie pour qualifier ces pratiques[13].

L'orthorexie ne figure pas dans le manuel de référence en psychiatrie, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM)[1]. Aujourd'hui, intégrer l'orthorexie au DSM est en réflexion[14], l'orthorexie étant à présent tant reconnue comme une réalité clinique par les professionnels de terrain[15] que comme un objet d'étude par la communauté scientifique. On retrouve ainsi, par exemple, des centaines d'études référencés du sujet sur le site de référence Pubmed[16].

Test de Bratman sur l'orthorexie[modifier | modifier le code]

Selon Bratman, un test sous forme de questionnaire[7],[17] permet de mettre en lumière une tendance orthorexique[18] : « En répondant « oui » à 4 ou 5 des questions ci-dessous, vous révélez qu’en ce qui concerne votre alimentation, mieux vaudrait avoir une attitude plus détendue. En répondant « oui » à toutes les questions, vous montrez que vous êtes complètement obsédé par le fait de manger sain. ». Bratman lui-même n'avait pas pour objectif de créer une nouvelle pathologie à part entière[18], mais voulait alerter sur l'émergence de ce comportement. :

  • Passez-vous plus de 3 heures par jour à penser à votre régime alimentaire ?
  • Planifiez-vous vos repas plusieurs jours à l'avance ?
  • La valeur nutritionnelle de votre repas est-elle à vos yeux plus importante que le plaisir de le déguster ?
  • La qualité de votre vie s'est-elle dégradée, alors que la qualité de votre nourriture s'est améliorée ?
  • Êtes vous récemment devenu(e) plus exigeant(e) avec vous-même ?
  • Votre amour-propre est-il renforcé par votre volonté de manger sain ?
  • Avez-vous renoncé à des aliments que vous aimiez au profit d'aliments « sains » ?
  • Votre régime alimentaire gêne-t-il vos sorties, vous éloignant de votre famille et de vos amis ?
  • Éprouvez-vous un sentiment de culpabilité dès que vous vous écartez de votre régime ?
  • Vous sentez-vous en paix avec vous-même et pensez-vous bien vous contrôler lorsque vous mangez sain ?

Depuis les études ont démontré que ce test ne permet pas de diagnostiquer l'orthorexie[19]. D'autres test et échelles sont aujourd'hui utilisées ; leur fiabilité est également relative[19].

Depuis les premiers écrits de Bratman, les cas relevés par les professionnels[15] et par la communauté scientifique[20],[21],[22],[23],[24] ont orienté la recherche vers deux grandes directions : considérer l'orthorexie comme une nouvelle pathologie ou comme une forme atypique d'un autre trouble.

L'orthorexie comme une nouvelle pathologie[modifier | modifier le code]

À l'issue des travaux de Bratman, une partie de la communauté scientifique a considéré que l'orthorexie était une nouvelle pathologie à part entière[19]. Les travaux se sont alors orienté vers la création d'outils diagnostiques pour discriminer l'orthorexie. L'objectif était également de pouvoir réaliser des calculs de prévalence pour mieux connaître celle-ci.

L'ORTO-15 : Le premier test pour mesurer et aborder l'orthorexie[modifier | modifier le code]

L'ORTO-15 est un test créé sur les bases du test de Bratman par l'équipe italienne de Donnini[25]. Le test comporte 15 questions sur les habitudes alimentaires inspirées avec 4 réponses possibles (selon une échelle de Likert). Un score global inférieur à 40 permet de poser le diagnostic d’orthorexie. Ce test sera traduit dans de nombreuses langues, dont le français[26]. De nombreuses études vont alors utiliser l'ORTO-15 pour examiner la prévalence de l'orthorexie en fonction de l'âge[27], du sexe[28] ou encore de l'image corporelle[29].

Malheureusement, malgré une étude initiale validant les qualités psychométriques de l'ORTO-15[30], il apparaîtra que celui-ci ne permet pas réellement de discriminer l'orthorexie d'autres types de pathologies[31]. Ainsi de nombreuses études réalisées avec cet outil ont amené des résultats contradictoires[19].

De nouveaux outils encore peu utilisés[modifier | modifier le code]

De nouveaux outils de mesure ont alors vu le jour pour tenter de pallier les faiblesses de l'ORTO-15, parmi ceux-ci on retrouve : le Eating Habits Questionnaire (EHQ)[32], la Düsseldorfer Orthorexie Skala (DOS)[33], l'Orthorexia Nervosa Inventory (ONI)[34], le Test of Orthorexia Nervosa (TON-17)[35], et la Teruel Orthorexia Scale (TOS)[36].

En France, l'échelle française d'orthorexie (EFO-12) a récemment vu le jour, celle-ci semblerait posséder de bonnes qualités psychométriques, des études supplémentaires sont nécessaires pour répliquer et confirmer ces résultats[37]. L'EHQ[38] et la DOS[39], les deux questionnaires les plus utilisés après l'ORTO-15, ont également été traduits et validés en population française.

Le diagnostic actuel de l'orthorexie : des critères qualitatifs[modifier | modifier le code]

La volonté de baser l'étude de l'orthorexie grâce à des outils diagnostiques est pour l'instant insuffisante. Les connaissances cliniques de celle-ci sont encore trop faibles pour pouvoir construire des outils suffisamment précis et pertinents[19].

En 2016, Bratman propose des critères qualitatifs[40] pour aborder l'orthorexie, sur le modèle utilisée par le DSM. Il représente aujourd'hui le diagnostic le plus reconnu concernant l'orthorexie[19].

Critères qualitatifs de diagnostic de l’orthorexie[modifier | modifier le code]

Critère A  :

Obsession concernant l’alimentation saine, définie par des théories ou des croyances nutritionnelles dont les détails peuvent varier. Cette obsession est marquée par des troubles émotionnels démesurés lors de choix alimentaires percus comme « malsains ». La perte de poids peut être le résultat des choix alimentaires, mais n’est pas l’objectif principal. Ce critère est repérable par les éléments suivants :

- comportement compulsif et/ou préoccupation mentale à propos de pratiques alimentaires restrictives ou encourageant certains choix alimentaires qui sont perçus par le sujet comme permettant de développer un état de santé optimal ;

- la violation des règles alimentaires que le sujet s’est imposée cause une angoisse exagérée de maladie, une sensation d’impureté et/ou une sensation physique négative, accompagnée d’angoisse et de honte ;

- les restrictions alimentaires s’intensifient au cours du temps et peuvent amener à l’exclusion d’un groupe alimentaire entier et impliquer de fréquentes et graves pratiques « de nettoyage »visant à purifier ou détoxifier l’organisme. Cette intensification mène généralement à une perte de poids, mais le désir de perdre du poids est absent/caché ou subordonné à l’idéal d’une alimentation« saine »;

Critère B :

Le comportement compulsif et les préoccupations mentales deviennent cliniquement préjudiciables dans les domaines suivants :

- malnutrition, importante perte de poids ou toutes autres complications médicales dues aux restrictions alimentaires ;

- troubles émotionnels ou atteintes dans les relations sociales, professionnelles ou dans les autres domaines de vie, générés par les croyances ou les comportements liés à l’alimentation« saine » ;

- image corporelle, estime de soi, sentiment d’identité et/ou de satisfaction personnelle influencé excessivement par le respect du comportement alimentaire « sain » défini par le sujet.

L'orthorexie comme une forme atypique d'un trouble déjà connu[modifier | modifier le code]

Les errances diagnostiques et le fait que l'orthorexie soit proche d'autres troubles, notamment l'anorexie et les troubles obsessionnels, a amené une certaine partie de la communauté scientifique à considérer l'orthorexie comme étant une forme atypique de ces troubles[19]. Par ailleurs, il s'agit également pour une certaine partie de la communauté scientifique de lutter contre une forme de pathologisation de la société[19], ou chaque comportement du quotidien serait envisagé sous un angle médical et potentiellement pathologique[41].

Une forme atypique d'anorexie[modifier | modifier le code]

Les points communs entre l'orthorexie et l'anorexie sont nombreux : le caractère restrictif de l’anorexie se retrouve fréquemment dans les cas d’orthorexie rapportés. On retrouve une importante perte de poids avec des carences mettant en jeu leur santé[42]. Il s'agit également du sentiment de culpabilité lors de la transgression des règles qu’ils se sont imposées[43]. Les traits de personnalités tels que le perfectionnisme, les traits obsessionnels (rigidité, rituels. . .) sont également partagés, tout comme la perturbation de l’image corporelle[43].

L'orthorexie pour sortir de l'anorexie... ou y entrer[modifier | modifier le code]

On repère souvent un comportement orthorexique qui apparaît avant l'apparition de l'anorexie ou à l'inverse, pour sortir de l'anorexie. Ainsi, pour certains auteurs, l’orthorexie pourrait être une forme d’« anorexie socialement acceptée »[44],[45], ou à l’inverse une porte d’entrée, un pré-syndrome anorexique[46].

Plus globalement une forme atypique de trouble alimentaire[modifier | modifier le code]

Une catégorie du DSM regroupe les formes atypiques de troubles alimentaires[47]. Il pourrait alors être possible de considérer l'orthorexie comme relevant de cette catégorie. L'orthorexie a pu être rapproché du trouble d'évitement alimentaire ou de néophobie [48], sans convaincre réellement.

Une forme atypique de trouble obsessionnel[modifier | modifier le code]

L’orthorexie partage en effet de nombreux traits communs avec les problématiques obsessionnelles[49] : l’aspect rituel lié à la préparation des repas, de fausses croyances, des compulsions qui apaisent l'angoisses, une personnalité rigide et perfectionniste. L’orthorexie pourrait ainsi être considérée comme une problématique obsessionnelle dont l’alimentation serait l’objet[50].

Orthorexia Nervosa & Healthy Orthorexia[modifier | modifier le code]

Au fil des recherches, une distinction s'est faîte sur le concept d'orthorexie, distinguant l'orthorexie nerveuse, comme trouble à l'healthy orthorexia[51] (orthorexie saine), comme mode de vie choisi et non pathologique. L'Healthy orthorexia est liée à des émotions positives alors que l’orthorexia nervosa à des émotions négatives[51]. Cette distinction se base sur un nouvel outil le Teruel Orthorexia Scale[52].

Ces travaux rejoignent les travaux sociologiques de C. Adamiec, qui relevait que l'orthorexie étant souvent lié à des choix personnels liés à une dimension morale et non pathologique[53].

Orthorexie et Réseaux sociaux[modifier | modifier le code]

Les réseaux sociaux ont été reconnus comme pouvant favoriser l'émergence de l'orthorexie[54],[55].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Orthorexia: Can Healthy Eating Be a Disorder? ».
  2. a b et c « L’orthorexie, ou l’obsession du « manger sain » », sur http://sante-az.aufeminin.com, Santé AZ, .
  3. « Questions à Camille Adamiec - Doctorante de la Faculté des sciences sociales » [PDF], Université de StrasbourgCerin Nutrinews Hebdo.
  4. Théo Ribeton, « Flexitariens : et si on arrêtait les flexiconneries ? », Les Inrockuptibles, .
  5. (en) Amelia Hill, « Healthy food obsession sparks rise in new eating disorder », sur The Guardian The Observer, .
  6. Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - orthorexie », sur www.larousse.fr (consulté le )
  7. a et b « L’orthorexie nerveuse – quand manger trop sain devient malsain », Le Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation (EUFIC), .
  8. Patrick Denoux, « Nouvelles obsessions alimentaires : "L’orthorexie, une névrose culturelle ?" (publication originale) », sur http://www.agrobiosciences.org, .
  9. Jeanne Cavelier, « Régime sans gluten : « Aucun bénéfice clair n’a été démontré » », sur LeMonde.fr, .
  10. Camille Adamiec, « L’orthorexie : l’obsession du manger sain », Objectif Nutrition la lettre de l'institut Danone, no 106,‎ (lire en ligne).
  11. [vidéo] Interview de Camille Adamiec Lauréate des Bourses de Recherche 2013, Fondation Nestlé France 2013 sur YouTube.
  12. « Cultures et Société en Europe : Savoirs et pratiques autour du « manger sain » » de Camille Adamiec, Université de Strasbourg FRE 3578, 2013.
  13. Anne-Isabelle Bischoff, « L’orthorexie, nouvelle pratique ou trouble alimentaire ? », sur Journal électronique interne de l'université de Strasbourg.
  14. (en) « 10th National Congress of the Italian Society for the Study of Eating Disorders (SISDCA): “The Clinical Competence in the treatment of Eating Disorders & Obesity (ED&O)” Rome, 9–11 March 2017 », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 22, no 3,‎ , p. 563–598 (ISSN 1124-4909 et 1590-1262, DOI 10.1007/s40519-017-0388-7, lire en ligne, consulté le )
  15. a et b « Fréquence de symptômes orthorexiques chez les patients de cabinets diététiques », PrimaryCare, vol. 11, no 04,‎ , p. 59–60 (ISSN 1662-6273 et 1662-6281, DOI 10.4414/pc-f.2011.08795, lire en ligne, consulté le )
  16. (en) « orthorexia - Search Results - PubMed », sur PubMed (consulté le )
  17. Odile Chabrillac, Arrêter de tout contrôler, Jouvence Maxi-pratiques, 09/04/2014
  18. a et b (en) Steven Bratman, Health food junkies: overcoming the obsession with healthful eating, Broadway Books,
  19. a b c d e f g et h Alexandre Chapy, « Orthorexie : évolution historique et état des lieux actuel », Cahiers de Nutrition et de Diététique, vol. 55, no 4,‎ , p. 165–175 (ISSN 0007-9960, DOI 10.1016/j.cnd.2020.06.002, lire en ligne, consulté le )
  20. Janel D. Hunter et David F. Crudo, « Unintended Consequences of Restrictive Diets: Two Case Reports and a Review of Orthorexia », Clinical Pediatrics, vol. 57, no 14,‎ , p. 1693–1695 (ISSN 0009-9228 et 1938-2707, DOI 10.1177/0009922818795905, lire en ligne, consulté le )
  21. Ryan M. Moroze, Thomas M. Dunn, J. Craig Holland et Joel Yager, « Microthinking About Micronutrients: A Case of Transition From Obsessions About Healthy Eating to Near-Fatal “Orthorexia Nervosa” and Proposed Diagnostic Criteria », Psychosomatics, vol. 56, no 4,‎ , p. 397–403 (ISSN 0033-3182, DOI 10.1016/j.psym.2014.03.003, lire en ligne, consulté le )
  22. (en) Kristen DeBois et Sheryl L. Chatfield, « Misinformation, thin-ideal internalization, and resistance to treatment: an interpretive phenomenological analysis of the experience of orthorexia nervosa », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 26, no 6,‎ , p. 1963–1973 (ISSN 1590-1262, DOI 10.1007/s40519-020-01049-5, lire en ligne, consulté le )
  23. Colleen Reichmann et Jennifer Rollin, « Orthorexia », dans The Inside Scoop on Eating Disorder Recovery, Routledge, (ISBN 978-1-003-02248-0, lire en ligne), p. 94–102
  24. Rui Lopes, Raquel Melo et Bernardo Dias Pereira, « Orthorexia nervosa and comorbid depression successfully treated with mirtazapine: a case report », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 25, no 1,‎ , p. 163–167 (ISSN 1590-1262, DOI 10.1007/s40519-018-0539-5, lire en ligne, consulté le )
  25. (en) L. M. Donini, D. Marsili, M. P. Graziani et M. Imbriale, « Orthorexia nervosa: A preliminary study with a proposal for diagnosis and an attempt to measure the dimension of the phenomenon », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 9, no 2,‎ , p. 151–157 (ISSN 1124-4909 et 1590-1262, DOI 10.1007/bf03325060, lire en ligne, consulté le )
  26. Camille Babeau, Tristan Le Chevanton, Sabrina Julien-Sweerts et Aurélie Brochenin, « Structural validation of the ORTO-12-FR questionnaire among a French sample as a first attempt to assess orthorexia nervosa in France », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 25, no 6,‎ , p. 1771–1778 (ISSN 1590-1262, DOI 10.1007/s40519-019-00835-0, lire en ligne, consulté le )
  27. (en) Erika Leung, Keith Murdock, Richard Lustig et Heath Wilt, « A Case of Hyperosmolar Hyperglycemic State Caused by Ischemic Pancreatitis », International Journal of Biomedicine, vol. 4, no 3,‎ , p. 159–161 (ISSN 2158-0510 et 2158-0529, DOI 10.21103/article4_3_crep1, lire en ligne, consulté le )
  28. Nancy S. Koven et Rina Senbonmatsu, « A neuropsychological evaluation of orthorexia nervosa », Open Journal of Psychiatry, vol. 03, no 02,‎ , p. 214–222 (ISSN 2161-7325 et 2161-7333, DOI 10.4236/ojpsych.2013.32019, lire en ligne, consulté le )
  29. (en) Marta A. Barnes et Marie L. Caltabiano, « The interrelationship between orthorexia nervosa, perfectionism, body image and attachment style », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 22, no 1,‎ , p. 177–184 (ISSN 1124-4909 et 1590-1262, DOI 10.1007/s40519-016-0280-x, lire en ligne, consulté le )
  30. (en) L. M. Donini, D. Marsili, M. P. Graziani et M. Imbriale, « Orthorexia nervosa: Validation of a diagnosis questionnaire », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 10, no 2,‎ , e28–e32 (ISSN 1124-4909 et 1590-1262, DOI 10.1007/bf03327537, lire en ligne, consulté le )
  31. (en) Benjamin Missbach, Barbara Hinterbuchinger, Verena Dreiseitl et Silvia Zellhofer, « When Eating Right, Is Measured Wrong! A Validation and Critical Examination of the ORTO-15 Questionnaire in German », PLOS ONE, vol. 10, no 8,‎ , e0135772 (ISSN 1932-6203, PMID 26280449, PMCID PMC4539204, DOI 10.1371/journal.pone.0135772, lire en ligne, consulté le )
  32. (en)Gleaves DH, Graham EC, Ambwani S. Measuring‘‘Orthorexia’’: development of the eating habits ques-tionnaire. Int J Educ Psychol Assess 2013;2:1—18.
  33. (de) Friederike Barthels, Frank Meyer et Reinhard Pietrowsky, « Die Düsseldorfer Orthorexie Skala–Konstruktion und Evaluation eines Fragebogens zur Erfassung ortho-rektischen Ernährungsverhaltens », Zeitschrift für Klinische Psychologie und Psychotherapie, vol. 44, no 2,‎ , p. 97–105 (ISSN 1616-3443 et 2190-6297, DOI 10.1026/1616-3443/a000310, lire en ligne, consulté le )
  34. (en) Crystal D. Oberle, Alessandro S. De Nadai et Aspen L. Madrid, « Orthorexia Nervosa Inventory (ONI): development and validation of a new measure of orthorexic symptomatology », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 26, no 2,‎ , p. 609–622 (ISSN 1590-1262, DOI 10.1007/s40519-020-00896-6, lire en ligne, consulté le )
  35. Aleksandra M. Rogowska, Aleksandra Kwaśnicka et Dominika Ochnik, « Development and Validation of the Test of Orthorexia Nervosa (TON-17) », Journal of Clinical Medicine, vol. 10, no 8,‎ , p. 1637 (ISSN 2077-0383, PMID 33921511, PMCID 8069172, DOI 10.3390/jcm10081637, lire en ligne, consulté le )
  36. Juan Ramón Barrada et María Roncero, « Bidimensional Structure of the Orthorexia: Development and Initial Validation of a New Instrument », Anales de Psicología, vol. 34, no 2,‎ , p. 283 (ISSN 1695-2294 et 0212-9728, DOI 10.6018/analesps.34.2.299671, lire en ligne, consulté le )
  37. Marie Dajon, Lionel Delpech et Jean-Luc Sudres, « Validation de l’Échelle Française d’Orthorexie », L'Évolution Psychiatrique, vol. 86, no 1,‎ , p. 191–205 (ISSN 0014-3855, DOI 10.1016/j.evopsy.2020.09.001, lire en ligne, consulté le )
  38. (en) Valérie Godefroy, Laura Trinchera et Géraldine Dorard, « Optimizing the empirical assessment of orthorexia nervosa through EHQ and clarifying its relationship with BMI », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 26, no 2,‎ , p. 649–659 (ISSN 1590-1262, DOI 10.1007/s40519-020-00909-4, lire en ligne, consulté le )
  39. Clotilde Lasson, Friederike Barthels et Patrick Raynal, « Psychometric evaluation of the French version of the Düsseldorfer Orthorexia Skala (DOS) and prevalence of orthorexia nervosa among university students », Eating and weight disorders: EWD, vol. 26, no 8,‎ , p. 2589–2596 (ISSN 1590-1262, PMID 33565005, DOI 10.1007/s40519-021-01123-6, lire en ligne, consulté le )
  40. (en) Thomas M. Dunn et Steven Bratman, « On orthorexia nervosa: A review of the literature and proposed diagnostic criteria », Eating Behaviors, vol. 21,‎ , p. 11–17 (ISSN 1471-0153, DOI 10.1016/j.eatbeh.2015.12.006, lire en ligne, consulté le )
  41. Thierry Gutknecht, « Pour penser la médicalisation de nos sociétés », Le sociographe, vol. N°72, no 4,‎ , p. 36 (ISSN 1297-6628 et 2107-0636, DOI 10.3917/graph.072.0036, lire en ligne, consulté le )
  42. Sang Won Park, Jeong Yup Kim, Gang Ji Go et Eun Sil Jeon, « Orthorexia Nervosa with Hyponatremia, Subcutaneous Emphysema, Pneumomediastimum, Pneumothorax, and Pancytopenia », Electrolytes & Blood Pressure, vol. 9, no 1,‎ , p. 32 (ISSN 1738-5997, DOI 10.5049/ebp.2011.9.1.32, lire en ligne, consulté le )
  43. a et b Lisa R.R. Lilenfeld, Stephen Wonderlich, Lawrence P. Riso et Ross Crosby, « Eating disorders and personality: A methodological and empirical review », Clinical Psychology Review, vol. 26, no 3,‎ , p. 299–320 (ISSN 0272-7358, DOI 10.1016/j.cpr.2005.10.003, lire en ligne, consulté le )
  44. Friederike Barthels, Frank Meyer, Thomas Huber et Reinhard Pietrowsky, « Orthorexic eating behaviour as a coping strategy in patients with anorexia nervosa », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 22, no 2,‎ , p. 269–276 (ISSN 1124-4909 et 1590-1262, DOI 10.1007/s40519-016-0329-x, lire en ligne, consulté le )
  45. Connie Musolino, Megan Warin, Tracey Wade et Peter Gilchrist, « ‘Healthy anorexia’: The complexity of care in disordered eating », Social Science & Medicine, vol. 139,‎ , p. 18–25 (ISSN 0277-9536, DOI 10.1016/j.socscimed.2015.06.030, lire en ligne, consulté le )
  46. Katherine A. Halmi, Federica Tozzi, Laura M. Thornton et Scott Crow, « The relation among perfectionism, obsessive-compulsive personality disorder and obsessive-compulsive disorder in individuals with eating disorders », International Journal of Eating Disorders, vol. 38, no 4,‎ , p. 371–374 (ISSN 0276-3478 et 1098-108X, DOI 10.1002/eat.20190, lire en ligne, consulté le )
  47. A. E. Dingemans et E. F. van Furth, « [EDNOS is an eating disorder of clinical relevance, on a par with anorexia and bulimia nervosa] », Tijdschrift Voor Psychiatrie, vol. 57, no 4,‎ , p. 258–264 (ISSN 0303-7339, PMID 25904429, lire en ligne, consulté le )
  48. E.M. Ucar, S. Sevim et M. Kizil, « Is there a link to food neophobia and orthorexia nervosa? », Clinical Nutrition, vol. 37,‎ , S120 (ISSN 0261-5614, DOI 10.1016/j.clnu.2018.06.1453, lire en ligne, consulté le )
  49. Anna Brytek-Matera, Susanna Pardini, Justyna Modrzejewska et Adriana Modrzejewska, « Orthorexia Nervosa and its association with obsessive–compulsive disorder symptoms: initial cross-cultural comparison between Polish and Italian university students », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity,‎ (ISSN 1590-1262, DOI 10.1007/s40519-021-01228-y, lire en ligne, consulté le )
  50. Izabela Łucka, Dorota Janikowska-Hołoweńko, Patyk Domarecki et Teresa Plenikowska-Ślusarz, « Orthorexia nervosa - a separate clinical entity, a part of eating disorder spectrum or another manifestation of obsessive-compulsive disorder? », Psychiatria Polska, vol. 53, no 2,‎ , p. 371–382 (ISSN 0033-2674 et 2391-5854, DOI 10.12740/pp/onlinefirst/85729, lire en ligne, consulté le )
  51. a et b Friederike Barthels, Juan R. Barrada et María Roncero, « Orthorexia nervosa and healthy orthorexia as new eating styles », PLOS ONE, vol. 14, no 7,‎ , e0219609 (ISSN 1932-6203, DOI 10.1371/journal.pone.0219609, lire en ligne, consulté le )
  52. Juan Ramón Barrada et María Roncero, « Bidimensional Structure of the Orthorexia: Development and Initial Validation of a New Instrument », Anales de Psicología, vol. 34, no 2,‎ , p. 283 (ISSN 1695-2294 et 0212-9728, DOI 10.6018/analesps.34.2.299671, lire en ligne, consulté le )
  53. Adamiec C. Devenir sain. Des morales alimentaires aux écologies de soi. Broché; 2016.
  54. « Orthorexie », sur Alexandre Chapy (consulté le )
  55. (en) Pixie G. Turner et Carmen E. Lefevre, « Instagram use is linked to increased symptoms of orthorexia nervosa », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 22, no 2,‎ , p. 277–284 (ISSN 1590-1262, PMID 28251592, PMCID PMC5440477, DOI 10.1007/s40519-017-0364-2, lire en ligne, consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :