Régime sans gluten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Épi de blé

Un régime sans gluten est un régime alimentaire excluant les aliments à base de gluten, qui est un composé protéique retrouvé dans de nombreux céréales comme le blé, l'orge ou le seigle.

Le régime sans gluten est généralement motivé par des affections médicales comme la maladie cœliaque (intolérance au gluten) ou même dans certains cas l'allergie au blé. Pour les personnes diagnostiquées intolérantes au gluten, un régime alimentaire strictement sans gluten constitue à ce jour le seul traitement efficace[1].

Des débats scientifiques sont en cours autour des recherches concernant une éventuelle sensibilité au gluten non-cœliaque. Certains pensent que manger sans gluten serait meilleur pour la santé pour l'ensemble de la population, mais les études scientifiques actuelles ne soutiennent pas une telle affirmation[2].

Motivations[modifier | modifier le code]

Allergie au blé[modifier | modifier le code]

Dans certains cas, une allergie au blé est une bonne raison pour adopter une alimentation sans gluten. Une faible proportion de la population (surtout de très jeunes enfants) présente des symptômes typiques d'allergie après consommation de blé ou de dérivés. Dans une allergie, les symptômes se manifestent juste après la consommation du produit, et on peut détecter des immunoglobulines spécifiques. Le blé figure sur la liste des allergènes reconnus par l'Union européenne, dont l'étiquetage différencié est obligatoire[3]. Plusieurs composants du blé peuvent être à la source de l'allergie, les protéines (dont le gluten, mais pas seulement) jouant un rôle principal[4]. L'allergie au blé des très jeunes enfants peut disparaître progressivement avec l'âge[5].

Maladie cœliaque[modifier | modifier le code]

Article principal : Maladie cœliaque.

Certaines personnes présentent une intolérance au gluten appelée maladie cœliaque.

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune s'attaquant aux villosités de l'intestin grêle, en présence de gluten, et pour laquelle le seul traitement médicalement accepté est un régime sans gluten[1],[6]. Selon les estimations, la maladie touche 1 % des adultes dans le monde[7], de plus en plus de personnes en sont atteintes[8], mais à cause de la rare manifestation des symptômes, on estime que seuls 5 à 10 % des cas sont diagnostiqués[9]. Chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque, la quantité de gluten tolérable peut varier d'une personne à l'autre. Bien qu'il n'y ait pas de preuve pour établir une quantité seuil, une ingestion de moins de 10 mg de gluten par jour peut causer des altérations histologiques[10].

L’intolérance au gluten se manifeste chez l’adulte par une fatigue chronique provoquée par des carences vitaminiques, des troubles gastro-intestinaux (douleurs abdominales, digestion difficile, diarrhée, selles molles, reflux gastro-œsophagien), des problèmes articulaires, des troubles neurologiques, dermatologiques, stomatologiques, etc. La dermatite herpétiforme peut être liée à la consommation de gluten[11].

La maladie cœliaque est souvent associée au blé, plus spécifiquement, au groupe de protéines appelés les prolamines, ou gluten. En France, l'AFDIAG (Association française des intolérants au gluten) est un soutien pour tous les cœliaques. La SBC asbl (société belge de la cœliaquie asbl), en Belgique, l'A.L.I.G. (association luxembourgeoise des intolérants au gluten), au Grand-Duché de Luxembourg, et l'ARC (Association Suisse Romande de la Coeliakie), en Suisse, remplissent le même rôle.

En dépit de la mode récente des régimes sans gluten, la prévalence de cette maladie (de l'ordre d'1 % de la population) ne semble pas avoir augmenté[12].

Sensibilité non cœliaque au gluten[modifier | modifier le code]

La sensibilité non-cœliaque au gluten (en) est décrite comme la combinaison d'un ensemble de symptômes (y compris neurologiques et intestinaux) qui régressent quand le sujet adopte une alimentation sans gluten, après que la maladie cœliaque et l'allergie au blé aient été exclues[13],[14]. L'ingestion de gliadine (un composant du gluten) est responsable des symptômes dans la maladie cœliaque et, au moins dans certains cas, dans la sensibilité non cœliaque au gluten[15]. Des recherches plus récentes ont visé à identifier les éventuels agents déclencheurs d'une réponse chez les patients atteints de sensibilité non cœliaque au gluten, ce qui peut impliquer le gluten, les FODMAP, les α-amylase/trypsin inhibitors (en) ou d'autres substances[16]. En particulier, les chercheurs ont montré que certains patients autodiagnostiqués comme sensibles au gluten ne l'étaient en fait pas et que leurs symptômes s'amélioraient avec une alimentation faible en FODMAP[17]. Les patients autodiagnostiqués sensibles au gluten auraient remarqué une réduction des symptômes, que ce soit en adoptant une alimentation sans gluten ou un régime faible en FODMAP, ce qui correspond dans les deux cas à éliminer le blé[18]. Par conséquent, le débat porte sur le fait de savoir si devrait être utilisée l'expression « sensibilité non cœliaque au gluten » ou « sensibilité non cœliaque au blé »[19]. De manière générale, cette NCGS demeure une entité symptomatique encore obscure pour les médecins et toucherait une population beaucoup plus réduite que celle des autodiagnostiqués[20] ; beaucoup doutent même de son existence réelle[2].

La sensibilité au gluten chez ces personnes pourrait être principalement due à l'effet nocebo[21],[22]. Une autre explication serait une sensibilité à des glucides fermentescibles, les FODMAP[23], ou à une alimentation trop riche en protéines (notamment dans le cas de régimes pauvres en graisses et sucres, et donc peu rassasiants et constitués essentiellement de protéines ou de nutriments peu digestes).

Une autre explication tient dans la teneur en gluten de la junkfood (ou « malbouffe ») : la plupart des aliments de junkfood étant riches en gluten (burgers, frites industrielles, pizzas, céréales, pâtes, sandwiches…), l'arrêt de ces aliments et leur remplacement par une alimentation plus équilibrée et de meilleure qualité entraîne généralement une amélioration de l'état de santé[24]. C'est cette amélioration qui est ensuite revendiquée par l'industrie du gluten-free comme effet bénéfique de leur régime, alors qu'elle n'a aucun rapport avec le gluten lui-même[2]. Corinne Peirano, diététicienne et nutritionniste, analyse ainsi : « Lorsqu’on se met au régime sans gluten, on se sent mieux. Forcément. Mais l’absence de gluten n’y est pas forcément pour quelque chose. Comme le regard sur l’assiette change, on améliore son contenu, on mange plus diversifié, plus de végétaux, moins de glucides qui fermentent, moins de cochonneries aussi. »[25], mais à terme le risque de carence entraîné par un régime sans aliments contenant du gluten tend à avoir des effets clairement nocifs[12],[25].

Régime à la mode[modifier | modifier le code]

Les régimes sans gluten sont devenus populaires au milieu des années 2010, et mis sur le devant de la scène par des célébrités comme Miley Cyrus[26], Lady Gaga, Jennifer Aniston, Novak Djokovic[27] ou encore Gwyneth Paltrow[28]. Le livre Wheat Belly, qui présente le blé comme un « poison chronique », a connu un grand succès de vente dès le premier mois de sa publication en 2011[29], et a constitué un des points de départ de cet effet de mode.

Autour de cette croyance en des effets délétères du gluten, s'est rapidement développé toute une industrie extrêmement lucrative (estimée à environ 60 millions d'euros rien qu'en France, et en expansion de 30 % par an[25]), abondamment appuyée par la presse publicitaire et notamment les journaux féminins[25], vite relayés par des best-sellers paramédicaux et le développement d'un certain nombre de médias spécialisés et de réseaux sociaux[25], touchant parfois jusqu'aux pratiques à risque de dérive sectaire[30], ainsi que des escroqueries. De manière plus problématique, le régime sans gluten a aussi été présenté comme un traitement miracle contre des maladies graves comme l'autisme[31], maladie incurable, encore mal comprise et cible récurrente de charlatans. De plus en plus de gens achètent de la nourriture sans gluten « parce qu'ils pensent que ça les aidera à perdre du poids, parce qu'il ont l'impression de se sentir mieux ou parce qu'ils croient à tort qu'ils sont sensibles au gluten »[32], même si aucune étude médicale n'a jamais attesté de tels résultats[25]. La Food and Drug Administration (FDA) américaine a ainsi précisé qu’« aucun avantage nutritionnel n’était avéré pour une personne qui n’a pas de sensibilité au gluten »[24].

De nombreuses chaînes de l'agro-industrie (des grandes surfaces à Éric Kayser), ainsi que certains chefs, ont récemment développé des menus « gluten free » pour satisfaire à cette mode, moyennant souvent des prix somptuaires, rarement justifiés par autre chose que l'effet de mode[33]. En dehors des allergies, aucun de ces produits n'a cependant démontré d'effet bénéfique sur la santé par rapport à un produit de qualité identique contenant du gluten[2], voire au contraire puisque les régimes sans gluten présentent des risques de carences[12]. Ainsi, selon Carol M. Shilson, directeur du Centre de recherche de la maladie cœliaque (Center for Celiac disease research), « Le régime sans gluten n'est pas une bonne chose, à moins qu'il ne soit prescrit par un médecin »[34]. Manger sans gluten n'est actuellement pas reconnu comme un moyen de manger plus sainement ou de perdre du poids[12],[35].

En France, le professeur Christophe Cellier, gastro-entérologue à l’hôpital européen Georges-Pompidou, commente :

« aucun bénéfice clair n’a été démontré pour lutter contre d’autres maladies que la maladie cœliaque, pas même pour les sportifs, malgré la tendance lancée par le tennisman Novak Djokovic.
A priori, il n’y a pas de danger à suivre ce régime. Une étude épidémiologique publiée récemment dans le British Medical Journal par des chercheurs de l’université Columbia montre peut-être un léger risque supplémentaire de maladie cardiovasculaire. Mais le problème se trouve dans l’excès, ce qu’on appelle l’orthorexie [l’obsession de manger sainement] : certaines personnes finissent par adopter des régimes très restrictifs, sans gluten, puis sans lait, etc., qui peuvent se révéler dangereux.[36] »

Plusieurs sociologues se sont penchés sur ce phénomène. Claude Fischler, de l'EPHE, analyse ainsi que « la tendance est à l’individualisation, aux États-Unis, en particulier, et à la médicalisation des repas »[25], c'est-à-dire au contrôle par des groupes industriels de l'alimentation des citoyens, sous des prétextes médicaux fallacieux. « C’est une offense de refuser un plat lorsqu’on partage un repas. En France plus qu’ailleurs. Mais prétendre une maladie cœliaque ou une hypersensibilité au gluten, c’est une façon commode de dire qu’on ne mangera pas de pâtes ou de céréales »[25]. L'intolérance au gluten serait ainsi un simple prétexte pour dissimuler un comportement orthorexique[37], ou affecter une distinction sociale dans sa manière d'être par un mécanisme de consommation ostentatoire[24].

C'est notamment pour ces raisons que certains humoristes américains se sont amusés à tourner en ridicule la prétention des « gluten-free addicts », comme par exemple l'épisode « Gluten Free Ebola » de la série South Park[38].

Arguments et critique[modifier | modifier le code]

Validité scientifique[modifier | modifier le code]

Il n'existe aucune étude scientifique sérieuse prouvant qu'un régime sans gluten est meilleur pour la santé s'il est pratiqué hors intolérance médicale avérée, mais à moyen terme un risque de carence nutritionnelle peut être à craindre[12].

Pour autant, si diminuer sa consommation de « malbouffe » en ayant une alimentation plus variée est bénéfique[25], manger sans gluten n'a pas d'effet miracle prouvé et coûte beaucoup plus cher (2 à 5 fois le prix normal)[33].

Mise en cause des agro-industriels[modifier | modifier le code]

Les défenseurs du régime sans gluten dénoncent un lobbying de la part des agro-industriels afin de décrédibiliser cet effet de mode, qui diminue significativement la consommation de blé en Occident[39]. Cependant, le régime sans gluten est lui-même devenu un puissant lobby industriel avec ses médias, ses stars, ses best-sellers, ses ramifications dans l'agro-système, sa communication parfois opaque et surtout son importance financière[25], et l'argument peut donc aisément être retourné[33].

Comme traitement médical contre l'autisme[modifier | modifier le code]

Certaines personnes ont avancé que le gluten pourrait avoir une responsabilité dans l'autisme, mais les preuves de l'efficacité de ce régime contre l'autisme sont actuellement considérées comme non convaincantes[40]. Des études, dont une de l'Université de Rochester, ont montré que ce régime alimentaire populaire (régime sans gluten) ne montrait pas de réel bénéfice chez les enfants autistes qui n'avaient pas de troubles digestifs particuliers[31].

L'autisme, handicap incurable et encore mal compris, est de fait régulièrement la cible de charlatans, s'appuyant sur la fragilité émotionnelle des familles touchées pour vendre toutes sortes de recettes miracle[41].

Risques[modifier | modifier le code]

Selon des chercheurs de l'université de Harvard qui ont étudié ce régime via trois études rassemblant 200 000 personnes sur 30 ans, ce régime pourrait augmenter les risques de diabète de type 2[42].

Une étude en prépublication[43] américaine récente publiée dans Epidemiology laisse penser que les consommateurs nord-américains d'aliments sans gluten sont plus imprégnés de certains métaux lourds ou métalloïdes toxiques que les autres (légèrement à très légèrement pour le plomb, cadmium ou mercure, mais très significativement pour l'arsenic [44] (risque doublé[43]), peut-être à cause de la farine de riz, substitut très fréquent aux farines classiques dans ces produits, souvent trop riche en arsenic[43]. Cette étude doit encore faire l'objet d'une validation par les pairs. Or, en 2016, 25 % des Américains seraient des consommateurs réguliers de sans-gluten[45]. L'arsenic et le mercure sont suspectés d'augmenter le risque de cancer et de certaines autres maladies chroniques[46],[47],[48].

L'imposition d'un régime de ce type sans avis médical peut faire courir un risque de malnutrition, en particulier aux enfants. Par exemple, un nourrisson est mort de malnutrition en Belgique en 2017 après avoir été nourri au lait végétal par des parents de sensibilité « vegan », ayant préjugé sans avis médical que leur enfant était allergique au lactose et au gluten[49].

Autorisation de mise sur le marché[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Union européenne[modifier | modifier le code]

Synthèses scientifiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Jessica R Biesiekierski et Julie Iven, « Non-coeliac gluten sensitivity: piecing the puzzle together », United European Gastroenterol J., vol. 3, no 2,‎ , p. 160–165 (DOI 10.1177/2050640615578388, lire en ligne).
  • (en) P. R. Shewry et S. J. Hey, « Do we need to worry about eating wheat? », Nutr Bull., vol. 41, no 1,‎ , p. 6-13 (DOI 10.1111/nbu.12186, lire en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Lamacchia C, Camarca A, Picascia S, Di Luccia A, Gianfrani C, « Cereal-based gluten-free food: how to reconcile nutritional and technological properties of wheat proteins with safety for celiac disease patients », Nutrients, vol. 6, no 2,‎ , p. 575–90 (PMID 24481131, PMCID 3942718, DOI 10.3390/nu6020575)
  2. a, b, c et d (en) Dr Jason Wu, « Don’t believe the hype on gluten-free food », sur georgeinstitute.org.au, .
  3. Règlement 1169/2011 Annexe II
  4. Wheat allergy
  5. The natural history of wheat allergy
  6. (en) Giada De Palma, Inmaculada Nadal, Maria Carmen Collado et Yolanda Sanz, « Effects of a gluten-free diet on gut microbiota and immune function in healthy adult human subjects », British Journal of Nutrition, vol. 102, no 8,‎ , p. 1154–1160 (DOI 10.1017/S0007114509371767, lire en ligne)
  7. Green PH, Cellier C, « Celiac disease », N Engl J Med, vol. 357, no 17,‎ , p. 1731–43. (PMID 17960014, DOI 10.1056/NEJMra071600)
  8. (en) Anderson B, « Coeliac disease: new tests, new genes and rising prevalence », Medicine Today, vol. 12, no 6,‎ , p. 69–71. (lire en ligne)
  9. (en) Peter Jaret, « The Truth About Gluten », WebMD, WebMD (consulté le 30 mars 2014)
  10. (en) Akobeng AK, Thomas AG, « Systematic review: tolerable amount of gluten for people with celiac disease », Aliment. Pharmacol. Ther., vol. 27, no 11,‎ , p. 1044–52 (PMID 18315587, DOI 10.1111/j.1365-2036.2008.03669.x)
  11. "Dermatitis herpetiformis" sur Medline Plus, U.S. National Library of Medicine
  12. a, b, c, d et e (en) P. R. Shewry et S. J. Hey, « Do we need to worry about eating wheat? », Nutr Bull., vol. 41, no 1,‎ , p. 6-13 (DOI 10.1111/nbu.12186, lire en ligne).
  13. P Mooney, I Aziz et D Sanders, « Non-celiac gluten sensitivity: clinical relevance and recommendations for future research », Neurogastroenterology & Motility, vol. 25, no 11,‎ , p. 864-871 (PMID 23937528, DOI 10.1111/nmo.12216)
  14. P Nijeboer, H Bontkes, C Mulder et G Bouma, « Non-celiac gluten sensitivity. Is it in the gluten or the grain? », Journal of gastrointestinal and liver disorders, vol. 22, no 4,‎ , p. 435-40 (PMID 24369326)
  15. A Vojdani et D Perlmutter, « Differentiation between Celiac Disease, Nonceliac Gluten Sensitivity, and Their Overlapping with Crohn’s Disease: A Case Series », Case Reports in Immunology, vol. 2013,‎ , p. 1–9 (DOI 10.1155/2013/248482)
  16. « Non-celiac gluten sensitivity: the new frontier of gluten related disorders », Nutrients, vol. 5, no 10,‎ , p. 3839–3853 (ISSN 2072-6643, PMID 24077239, DOI 10.3390/nu5103839)
  17. J Biesiekierski, S Peters, E Newnham, O Rosella, J Muir et P Gibson, « No effects of gluten in patients with self-reported non-celiac gluten sensitivity after dietary reduction of fermentable, poorly absorbed, short-chain carbohydrates », Gastroenterology, vol. 145, no 2,‎ , p. 320-8. (PMID 23648697, DOI 10.1053/j.gastro.2013.04.051)
  18. (en) Gibson PR, Shepherd SJ, « Evidence-based dietary management of functional gastrointestinal symptoms: The FODMAP approach », Journal of Gastroenterology and Hepatology, vol. 25, no 2,‎ , p. 252–8 (PMID 20136989, DOI 10.1111/j.1440-1746.2009.06149.x)
  19. (en) A Carroccio, G Rini et P Mansueto, « Non-celiac wheat sensitivity is a more appropriate label than non-celiac gluten sensitivity », Gastroenterology, vol. 146, no 1,‎ , p. 320-1. (PMID 24275240, DOI 10.1053/j.gastro.2013.08.061)
  20. (en) Jessica R Biesiekierski et Julie Iven, « Non-coeliac gluten sensitivity: piecing the puzzle together », United European Gastroenterol J., vol. 3, no 2,‎ , p. 160–165 (DOI 10.1177/2050640615578388, lire en ligne).
  21. (en) Biesiekierski JR, Muir JG, Gibson PR. « Is gluten a cause of gastrointestinal symptoms in people without celiac disease? » Curr Allergy Asthma Rep. 2013 Dec;13(6):631-8. doi: 10.1007/s11882-013-0386-4
  22. (en) Biesiekierski JR et al. « No Effects of Gluten in Patients With Self-Reported Non-Celiac Gluten Sensitivity After Dietary Reduction of Fermentable, Poorly Absorbed, Short-Chain Carbohydrates » Gastroenterology. 2013;145(2):320-328
  23. Non celiac gluten sensitivity
  24. a, b et c Isabelle Artus, « Le régime sans gluten, un nouveau snobisme ? », sur psychologies.com.
  25. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Julie Lastérade, « Le régime sans gluten : la solution à tout ? », sur Grazia, .
  26. Gluten-Free, Whether You Need It or Not. New York Times.
  27. « De plus en plus de sportifs au « sans gluten » : effet de mode ou recherche de performance ? », sur nutrition.fr (consulté le 7 septembre 2016)
  28. « Le régime sans gluten : la nouvelle tendance des stars ! », sur medisite.fr.
  29. David Quick, « 'Wheat Belly' continues its run on NYT Best Seller list, but is demonizing wheat and gluten justified? », The Post and Courier, (consulté le 16 décembre 2012)
  30. Chantai Gatignon (MIVILUDES), « Les dérives sectaires liées à l'alimentation et à la nutrition », sur cippad.com, .
  31. a et b « Popular Autism Diet Does Not Demonstrate Behavioral Improvement »
  32. « Gluten-free diet fad: Are celiac disease rates actually rising? », CBS News, (consulté le 6 décembre 2013)
  33. a, b et c « Bonne nouvelle : la bouffe sans gluten n’est pas meilleure pour votre santé », sur munchies.vice.com, .
  34. « La maladie cœliaque ou allergie au gluten: la mode du "sans gluten" est démystifiée », sur www.noble-house.tk.
  35. Gaesser GA, Angadi SS, « Gluten-free diet: imprudent dietary advice for the general population? », J Acad Nutr Diet, vol. 112, no 9,‎ , p. 1330–3 (PMID 22939437, DOI 10.1016/j.jand.2012.06.009)
  36. Jeanne Cavelier, « Régime sans gluten : « Aucun bénéfice clair n’a été démontré » », sur LeMonde.fr, .
  37. « L’orthorexie nerveuse – quand manger trop sain devient malsain », Le Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation (EUFIC),
  38. Josh Mordell, « South Park: 'Gluten Free Ebola' », The A.V. Club,
  39. « Le Nouvel Obs prit en flagrant délit de Propagande Boulangère ! », sur www.dur-a-avaler.com (consulté le 22 février 2016)
  40. Millward C, Ferriter M, Calver S, Connell-Jones G, « Gluten- and casein-free diets for autistic spectrum disorder. », Cochrane Database Syst Rev, no 2,‎ , CD003498 (PMID 18425890, DOI 10.1002/14651858.CD003498.pub3)
  41. « Autism Rights Watch - nos propositions à la MIVILUDES pour mieux lutter contre les dérives sectaires dans la santé et les universités », sur derive-sectaire.fr, .
  42. « Évincer le gluten augmenterait le risque de diabète de type 2 »
  43. a, b et c Bulka, Catherine M, Davis Matthew A, Karagas Margaret R, Ahsan Habibul MD & Argos Maria (2017) The Unintended Consequences of a Gluten Free Diet ; Epidemiology:, 15 février 2017 ; doi: 10.1097/EDE.0000000000000640 (prépublication, contenu à confirmer)
  44. Loury R (2017) Sans gluten, c’est plus de métaux lourds, publié le 16 février 2017
  45. Mintel Group, Ltd. “Half of Americans Think Gluten-Free Diets are a Fad While 25% Eat Gluten-Free Foods.” http://www.mintel.com/press-centre/food-and-drink/half-of americans-think-gluten-free-diets-are-a-fad-while-25-eat-gluten-free-foods/. Accessed August 1, 2016
  46. Davis MA, Mackenzie TA, Cottingham KL, Gilbert-Diamond D, Punshon T & Karagas MR (2012). Rice consumption and urinary arsenic concentrations in U.S. children. Environ Health Perspect ; 120(10):1418-1424
  47. Zhang H, Feng X, Larssen T, Qiu G, Vogt RD (2010). In Inland China, Rice, Rather than Fish, Is the Major Pathway for Methylmercury Exposure. Environ Health Perspect. ; 118(9): 1183–1188
  48. Karagas MR, Choi AL, Oken E, Horvat M, Schoeny R, Kamai E, Cowell W, Grandjean P & Korrick S (2012) Evidence on the human health effects of low-level methylmercury exposure. Environ Health Perspect. ;120(6):799-806
  49. Laurence Moisdon, « Belgique : un bébé est mort après avoir été nourri au lait végétal », sur www.allodocteurs.fr, .