Ordre maçonnique mixte international « le Droit humain »

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Droit humain.
Siège de l'Ordre maçonnique mixte international « le Droit humain », au 5, rue Jules-Breton, Paris 13e

L'Ordre maçonnique mixte international « le Droit Humain » est une obédience maçonnique créée à la fin du XIXe siècle.

Il regroupe environ 28 000 membres, présents dans plus de 60 pays dans le monde, et sur les cinq continents[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1880, douze loges maçonniques symboliques rompirent avec la Grande Loge centrale de France, rattachée au Suprême Conseil de France, et constituèrent une nouvelle obédience, sous le nom de Grande Loge symbolique écossaise. Certaines de ces loges approuvèrent le principe de l'initiation des femmes, mais ne purent aller plus loin.

C'est pourquoi la loge Les Libres Penseurs du Pecq proclama son autonomie le 9 janvier 1882, afin d'initier le 14 janvier 1882, selon les pratiques du rite écossais ancien et accepté, Maria Deraismes, journaliste et militante féministe, remarquée par les frères pour ses talents de conférencière et son engagement militant pour la reconnaissance des droits des femmes et des enfants[2].

Son initiation, symbole de toute une avancée sociale, fut une transgression au regard des règles de la franc-maçonnerie et des textes fondateurs anglo-saxons. Néanmoins, irréversible évolution, elle ouvrit la voie à l'initiation féminine et à l'égalité initiatique de l'homme et de la femme, à une époque de volonté d'émancipation intellectuelle et sociale de la femme : la société traitait alors la femme adulte en mineure.

Maria Deraismes, aidée de Georges Martin, médecin, sénateur, conseiller général, initié le 21 mars 1879 à la loge Union et Bienfaisance de la Grande Loge centrale de France et l'un des fondateurs de la Grande Loge symbolique écossaise. — après avoir initié 17 femmes le 14 mars 1893 — fonda le 4 avril 1893 une Loge nommée Grande Loge symbolique écossaise mixte de France : « Le Droit humain ».

C'est cette dernière qui donna naissance, en 1901, à l'Ordre maçonnique mixte international « Le Droit humain ».

Principes[modifier | modifier le code]

En créant Le Droit Humain ses deux fondateurs affirment l'égalité de l'homme et de la femme devant l'initiation maçonnique. Leur volonté est également de transcender, par-delà les frontières, les ethnies, les cultures et les religions.

Depuis, Le Droit Humain s'étend sur tous les continents où il œuvre pour les droits de la femme et de la citoyenne. Il comporte des fédérations, juridictions et loges pionnières en fonction de l'importance de son développement dans les différents pays. Son but est de rapprocher et de défendre de façon égale les deux moitiés du genre humain qui ont les mêmes besoins et les mêmes intérêts, dans la famille comme dans la société. Il s'agit pour lui de dépasser les particularismes, germes de ségrégation, d'exclusion et de barbarie et de lutter pour la Paix entre les nations.

Son siège social est à Paris, au 5, rue Jules-Breton, dans le 13e arrondissement.

Le Droit Humain s'est doté d'une Constitution Internationale affirmant ces valeurs. La première version fut promulguée au Convent international de 1920.

Le Droit Humain se distingue des autres obédiences maçonniques françaises par trois spécificités : « La mixité - l'internationalisme - la continuité initiatique des 33 degrés du R.E.A.A ».

Le Suprême Conseil universel mixte « le Droit humain »[modifier | modifier le code]

La conservation des principes de l'Ordre Maçonnique Mixte International « Le Droit Humain » est confiée au Suprême Conseil.

Présence de l'Ordre Maçonnique Mixte du Droit Humain dans le monde[modifier | modifier le code]

Quelles soient loges pionnières, juridictions ou fédérations :

  • en Afrique : Maroc (Rabat), Bénin (Cotonou), Rwanda, Sénégal (Dakar), Congo, Côte d'Ivoire, Cameroun (Douala, Yaoundé), Togo, Nigéria, Tchad, Mali, Burkina Faso, Guinée, Afrique du Sud (Le Cap, Durban, Johannesbourg,Prétoria), La Réunion, Madagascar, Île Maurice ;
  • en Amérique : Canada (Québec,Montréal), États-Unis, Mexique, Guadeloupe, Martinique, Guyane, Brésil, Argentine, Chili (Santiago,Valparaiso), Colombie, Paraguay, Pérou, Uruguay, Venezuela ;
  • en Asie-Océanie : Liban, Israël, Japon ; Australie, Nouvelle Calédonie, Tahiti ;
  • en Europe : Islande, Finlande, Danemark, Suède, Norvège, France, Belgique, Luxembourg, Grande-Bretagne, Suisse , Allemagne, Autriche, Italie, Espagne, Portugal, Lituanie, Estonie, Bulgarie, Roumanie, République Tchèque, République Slovaque, Pologne, Ukraine, Hongrie, Grèce, Chypre (Nicosie).

Aujourd'hui l'Ordre international couvre les cinq continents avec un total de 816 loges symboliques implantées dans 57 pays. Cet Ordre est à l’image de nations unies.

La Fédération française du « Droit Humain »[modifier | modifier le code]

C'est la première fédération en nombre d'adhérents (environ 16 500).

Article détaillé : Le Droit Humain (France).

La Fédération belge du "Droit Humain"[modifier | modifier le code]

C'est la deuxième en importance par le nombre de ses adhérents (environ 6 000[3])

Article détaillé : Le Droit Humain (Belgique).

Les autres fédérations[modifier | modifier le code]

  • américaine
  • australienne
  • autrichienne
  • brésilienne
  • britannique
  • bulgare
  • canadienne
  • colombienne
  • espagnole
  • finlandaise
  • hellénique
  • islandaise
  • italienne
  • néerlandaise
  • ouest-africaine
  • polonaise
  • portugaise
  • scandinave
  • slovaquie
  • sud-africaine
  • suisse : [1]
  • tchèque

Annexes[modifier | modifier le code]

Classement aux monuments historiques[modifier | modifier le code]

Au Journal Officiel du 8 mai 2014 : " Paris 13e arr. – Le siège du Droit humain international sis 5, rue Jules-Breton, en totalité (cad. AR. 36, cf. plan annexé à l’arrêté) : inscription par arrêté du 1er juin 2013." Cet immeuble était la demeure de Georges MARTIN, le Co fondateur de l'Ordre.(legs)

Ce bâtiment construit entre 1912 et 1914 est l’œuvre de l'architecte Charles Nizet. L’Égypte était à la mode à cette époque comme en témoigne le Palais de l’Égypte qui a été érigé à l'occasion de l'Exposition universelle de Paris de 1900 et qui a peut-être inspiré l'architecte. La façade soutenue par des colonnes palmiformes, est ornée de triangles ailés qui symbolisent Horus.
Plusieurs inscription ornent la façade :

  • LE DROIT HVMAIN
  • DANS L'HVMANITE LA FEMME A LES MEMES DEVOIRS QVE L'HOMME ELLE DOIT AVOIR LES MEMES DROITS DANS LA FAMILLE ET DANS LA SOCIETE
  • Au-dessus de la porte d'entrée la devise de l'Ordre : "ORDO AB CHAO"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andrée Prat, L'ordre maçonnique, le Droit Humain, « Que sais-je » no 3673, PUF, 2003 (ISBN 2130532411).
  • Daniel Ligou (sous la direction de), Histoire des Francs-Maçons en France, tome 2 : 1815-2000, Privat, Toulouse, 2000 (ISBN 2-7089-6839-4).
  • Roger Dachez, Histoire de la franc-maçonnerie française, PUF, Paris, 2003 (ISBN 2-13-053539-9).
  • Gilbert Garibal, Être franc-maçon aujourd'hui, Marabout, Alleur (Belgique), 1994 (ISBN 2-501-02029-4).
  • Sébastien Galceran, Les Franc-maçonneries, éd. La Découverte, Collection Repères, 2004.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source: site officiel
  2. Daniel Ligou, Histoire des francs-maçons en France de 1815 à nos jours, Privat,‎ 2000, p. 154.
  3. Source: /1 secrétariat fédération belge 2009