Joseph Décembre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joseph Décembre
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Joseph Décembre, dit Décembre-Allonier, né en 1836 à Metz et mort en 1906, est un écrivain, historiographe et franc-maçon français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Apprenti compositeur dans sa ville natale, il s'installe à Paris à 19 ans. Il est embauché comme ouvrier compositeur chez Allard, puis au même poste chez Dupray de la Mahérie où il évolue en tant que chef d’atelier puis de l’imprimerie et plus tard directeur de la librairie Dupray[1].

Il est l'auteur d'un certain nombre de traités ou de dictionnaires, publiés en collaboration avec son beau père Edmond Allonier[2], sous le nom collectif de Décembre-Allonier et souvent confondus avec une seule et unique personne.

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Joseph Décembre est initié dans en franc-maçonnerie au Grand Orient de France en 1867, à Dreux, au sein de la loge « La Franche union ». Il s'affilie ensuite à une loge parisienne de cette même obédience, en 1870, la loge « Les Zélés Philanthropes ». Il prend la présidence de cette loge en 1871, il est réélu à ce poste jusqu'en 1887.

Élu conseiller de l'ordre de 1871 à 1874, il tient l'office d'orateur durant le convent de 1873[2], où il prononce une discours remarqué sur l'histoire de la franc-maçonnerie[3].[réf. à confirmer].

Reçu au 33e degré du Rite écossais ancien et accepté et membre du Suprême Conseil en 1886, il fait partie de la commission Amiable, chargée de la révision des rituels. En 1899 il confère ce grade terminal au docteur Georges Martin, fondateur du « Droit humain », lui permettant ainsi de créer le suprême conseil de cette obédience[2]. Joseph Décembre assume la présidence de ce conseil jusqu'en 1903, date à laquelle Georges Martin lui succède comme suprême commandeur[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les merveilles du nouveau Paris (1867)
  • La Bohème littéraire
  • Typographie et gens de lettres, 1864
  • Journal général de l'imprimerie et de la librairie
  • Dictionnaire populaire illustré d'histoire, de géographie, de biographie, de technologie, de mythologie, d'antiquités, des beaux-arts et de littérature, 1864.
  • Dictionnaire de la Révolution française, 1789-1799, 1866, 1868
  • Les merveilles du nouveau Paris, 1867.
  • Histoire des conseils de guerre de 1852, 1869
  • Le coup d'état du 2 décembre 1851, 1868

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Viera Rebolledo-Dhuin, La librairie et le crédit. Réseaux et métiers du livre à Paris (1830-1870), thèse de doctorat d'histoire, volume I, 2011
  2. a b et c Ligou 1998, p. 347.
  3. a et b Biographie sur le Site Si Fodieris Invenies

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie au XIXe siècle, Éditions du Rocher,
  • Daniel Ligou, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, PUF, (réimpr. 1998) (ISBN 2130486398)
  • Gisèle Hivert-Messeca et Yves Hivert-Messeca, Comment la Franc-Maçonnerie vint aux femmes : Deux siècles de Franc-Maçonnerie d'adoption, féminine et mixte en France 1740-1940, Éditions Dervy,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]