Le Droit humain (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Droit humain.
Fédération belge du Droit Humain
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association sans but lucratif
But Obédience maçonnique
Zone d’influence Drapeau de la Belgique Belgique
Fondation
Fondation 24 mai 1912
Fondateur Georges Martin
Origine Ordre maçonnique mixte international « le Droit humain »
Identité
Siège Rue Marconi 207 bte 2, 1190 Bruxelles
Structure 98 loges bleues et 24 de hauts grades
Affiliation internationale CLIPSAS
Membres 7 000 (mixte)
Site web http://www.droit-humain.be

La Fédération belge du Droit humain (officiellement Fédération belge de l'Ordre international maçonnique mixte « Le Droit humain ») est la deuxième fédération en nombre d'adhérents de l'Ordre maçonnique mixte international « le Droit humain » et aussi la deuxième en nombre des obédiences maçonniques belges.

Elle travaille aux trois premiers degrés de la maçonnerie symbolique du Rite écossais ancien et accepté (REAA) pour ses loges bleues et aux trente autres degrés du REAA pour les ateliers supérieurs, assurant ainsi la continuité initiatique de l'ordre.

Histoire[modifier | modifier le code]

De la création aux hauts grades[modifier | modifier le code]

La première loge belge de l'Ordre maçonnique mixte international "Le Droit humain" fut installée à Bruxelles, le 24 mai 1912, en présence du fondateur de l'ordre, Georges Martin, et avec le soutien des frères d'une loge du Grand Orient de Belgique.

D'autres loges se créent rapidement et, dès 1928, les six loges existantes et un chapitre de hauts grades forment le noyau de la fédération belge du "Droit humain".

En 1979, la fédération belge comptait 2 345 membres.

La Fédération belge au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La fédération belge du Droit humain est la branche belge de l'Ordre maçonnique mixte international « le Droit humain ». Elle est avec le Grand Orient de Belgique, la Grande Loge de Belgique et la Grande Loge féminine de Belgique une des quatre principales obédiences maçonniques présentes en Belgique et la deuxième par son nombre de membres. Ces quatre obédiences sont dites adogmatiques, car elles n'exigent de leurs membres aucune croyance en un être supérieur. Elles ont noué des liens de fraternité et de confiance entre elles.

La fédération belge est la plus importante après la fédération française. La fédération belge fait partie d’un ordre international qui couvre les cinq continents avec un total de 816 loges symboliques implantées dans 57 pays. Cet ordre, dont fait partie la fédération belge, est à l’image de nations unies (que sont les fédérations, juridictions et loges pionnières qui le composent). C'est ce qui le différencie des obédiences nationales comme le Grand Orient de Belgique ou de France.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Rite[modifier | modifier le code]

Comme dit en introduction, la Fédération belge du Droit humain travaille comme tout l'Ordre maçonnique mixte international "le Droit humain" au Rite écossais ancien et accepté qui compte trente-trois degrés.

Membres et pratique des « hauts grades maçonniques »[modifier | modifier le code]

La Fédération belge du Droit humain regroupe en 2013 7 000 membres répartis dans

  • 98 loges symboliques (70 loges francophones, 25 néerlandophones et 3 bilingues travaillant du premier au troisième degré),
  • 11 loges de perfection (travaillant du quatrième au quatorzième degré),
  • 9 chapitres (travaillant du quinzième au dix-huitième degré),
  • 3 aréopages (travaillant du dix-neuvième au trentième degré),
  • un consistoire (travaillant aux trente-et-unième et trente-deuxième degrés),
  • et un grand conseil (du trente-troisième degré).

Le nombre de ses membres est en augmentation constante, passant de 2 345 en 1979 à 6337 en 2003 et à 7 000 en 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]