Operation Flashpoint: Dragon Rising

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Operation Flashpoint
Dragon Rising
Operation Flashpoint Dragon Rising Logo.svg

Développeur
Éditeur
Réalisateur

Début du projet
Date de sortie
PlayStation 3 et Xbox 360

Drapeau : États-Unis 6 octobre 2009
Drapeau : Europe 9 octobre 2009

Windows
Drapeau : États-Unis 6 octobre 2009
Drapeau : Europe 9 octobre 2009
Genre
Mode de jeu
Un joueur, Multijoueur (LAN et internet)
Plate-forme

Moteur
Version
1.02Voir et modifier les données sur Wikidata

Évaluation
PEGI : 18 ?
Site web

Operation Flashpoint: Dragon Rising (souvent abrégé OPF:DR ou encore OPF2) est un jeu vidéo de tir tactique développé et édité par Codemasters sorti début . Après un développement brumeux et tourmenté ajouté à de multiples retard de sa date de sortie officielle, le jeu fut commercialisé sur PC, Xbox 360 et PlayStation 3. Le jeu se veut une suite spirituelle d'Operation Flashpoint, sorti en 2001. Il existe plusieurs modes multijoueurs.

Trame[modifier | modifier le code]

Le jeu se déroule sur l'Île de Skira. Cette île a changé plusieurs fois d'appartenance depuis sa découverte; les chinois y ont d'abord débarqué en 1409, puis le Shogunat japonais colonise le sud de l'île en 1610, suivi par la Russie qui colonise le nord en 1700. La Guerre russo-japonaise a pour conséquence l'appropriation complète de l'île par l'empire japonais, en 1905; mais à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, Sirka retombe dans le giron de Moscou. La fin de la Guerre froide est marquée par la découverte de gisements pétrolifères difficiles à l'extraction; toutefois, grâce à l'amélioration des techniques de forage, de nombreuses infrastructures pétrolières recouvriront bientôt Skira au début des années 2000.

En 2004, la Chine connait une très forte croissance économique, ce qui a pour conséquence l'appauvrissement des réserves nationales et une hausse toujours croissante de la demande en pétrole. En 2008, la crise économique se traduit en Chine par une forte baisse des exportations de produits manufacturés, entrainant ainsi une augmentation massive du chômage en 2010. Des tensions politiques commencent à apparaître, déstabilisant le gouvernement chinois modéré et provoquant l'adhésion croissante aux politiques extrémistes.

En , la Chine mobilise ses troupes qu'elle stationne dans le nord près de sa frontière orientale avec la Russie, qui réplique en en amassant ses propres forces dans la région. Le , la Chine envahit l'île Skira, mettant ainsi la main sur le pétrole qui s'y trouve. La Russie tente la diplomatie,exigeant le retrait des forces chinoises, mais la Chine clame l'appartenance originelle des lieux. Face à la perspective de plus en plus probable d'une guerre continentale entre les deux puissances, la Russie demande l'aide des Américains, qui débarquent sur l'île, le à 14h30.

Développement[modifier | modifier le code]

Titre exact[modifier | modifier le code]

Bien qu'il existe un Operation Flashpoint sorti en 2001 par le même éditeur, ce jeu n'est pas la suite d'Operation Flaspoint, il n'y a aucune continuité dans l'action. On préfère parler de suite spirituelle de par la similitude du gameplay du premier jeu. Cette ambiguïté amène par exemple Jeuxvidéo.fr à qualifier le jeu de « vraie / fausse suite »[1].

De son côté, BIS (Bohemia Interactive Studio) projetait de développer une suite d'Operation Flashpoint, d'abord désignée par le terme Game 2, ce projet est devenu le jeu ARMA II.

Le titre anglais Operation Flashpoint: Dragon Rising peut se traduire par Opération Point-chaud: le soulèvement du dragon. La présence de "Dragon" dans le titre renvoie à l'animal légendaire asiatique, et plus particulièrement à la Chine qui dans le jeu, attaque l'île. Au sens plus large, on peut interpréter le symbole du dragon par la présence des trois plus grosses puissances militaires présentes sur l'île.

Entre annonce et sortie[modifier | modifier le code]

Codemasters avait dès 2003[2] divulgué son intention de produire une suite d'Operation Flashpoint, mais le projet fut suspendu, Bohemia Interactive Studio ayant à l'époque préféré travailler sur d'autres projets[3]. Remis à l'ordre du jour, le jeu fut annoncé lors de l'E3 de 2008. Celui-ci était censé être attendu pour l'hiver 2008-2009[4]. Plusieurs vidéos avaient été divulguées. Bien qu'aucune date officielle n'ait été communiquée, le jeu a été d'abord repoussé au printemps 2009, le d'après certains sites[5], puis le [6], avant d'être officiellement retardé à nouveau cette fois-ci, pour l'été 2009[7]. Les développeurs se sont contentés de faire durer le suspens en postant sur le net plusieurs artworks et diverses vidéos montrant des phases de jeu plus ou moins "In-Game" et des phases conceptuelles. En , Bohemia est entré en conflit avec Codemasters pour des questions de copyright : en effet, selon Bohemia, Codemaster n'avait pas le droit de brandir la licence OFP comme argument car le jeu ne pouvait être la suite (N'utilisant pas les mêmes technologies et pas la même équipe de développement)[8]. Ce "scandale" suivant l'affaire Clive Lindop (un des développeurs d'OFP:DR) qui avait falsifié son profil en rajoutant qu'il avait travaillé sur OFP, ce qui était faux. Le , la couverture officielle de la boîte du jeu dans sa version Européenne et américaine pour les 3 consoles a été divulguée[9]. Le , Codemaster annonce qu'une démo sera disponible avant la sortie du jeu complet[10], sans toutefois en définir la date. Le jour de la sortie du jeu fut à nouveau officiellement repoussée, la plaçant désormais pour l'automne 2009[11]. Cette annonce de retard fut accompagnée d'une vidéo. Ce retard s'expliquerait par un gros travail sur l'Intelligence Artificielle, en effet, lors d'une entrevue, Sion Lenton, le producteur exécutif de Codemasters affirmait:

« Créer cette île si vaste et la peupler de forces militaires à l'intelligence artificielle non scriptée n'est pas une mince affaire. Nous pouvons désormais nous y consacrer à 100 % et ce rendu est possible puisque nous avons le temps pour y arriver. Nous allons nous y consacrer tout l'été pour délivrer le jeu sur tous les formats cet automne, et créer ainsi l'expérience la plus aboutie possible, les gens vont adorer et vont en redemander encore et encore[12]. »

Bien que la crédibilité certains sites internet soit douteuse, le jeu était déjà affiché à la vente sur century-soft.com à partir du [13]. Le jeu était affiché au prix de 46  avec une pochette différente de l'originale. Alors même qu'aucune configuration minimale n'ait été publiée par Codemasters, le site mentionnait Pentium 4 à 2,5 GHz et 1 Go de ram. Toutefois, à la mi-mai, le jeu était proposé en pré-commande sur Alapage.com et sur One Game.fr au prix de 49,99 . Alapage.com donnait comme date de sortie le .

Le salon de l'E3 a été pour Codemasters l'occasion de faire tester une partie du jeu au public. Une vidéo d'environ cinq minutes du gameplay a été filmée et publiée par Jeuxvideo.fr[14]. Cette vidéo a été jugée décevante par certains forums qui jugeaient la qualité des couleurs pâles, les décors différents des vidéos officielles, et le gameplay perfectible[15],[16], tout en admettant qu'il s'agissait d'une vidéo filmée sur un écran, ce qui ne reflète guère la réalité. En revanche, le sifflement des balles et les effets sonores ont été jugés réussis[17]. Par ailleurs, deux autres vidéos non officielles du gameplay ont circulé sur internet. Une autre vidéo était une entrevue du producteur exécutif de Codemasters[18]. L'été 2009 est marqué par la publication d'images, de vidéos et enfin, d'une nouvelle date de sortie : le . Quelques jours un peu plus d'une semaine avant sa sortie, Codmaster annonce que la démo ne sera disponible qu'après la sortie du jeu[19].

Vidéos diffusées[20]
  •  : Explication des effets de réalisme (4 min 02 s)
  •  : Eagle mission offense (1 min 54 s)
  •  : Trailler des développeurs (4 min 20 s)
  •  : Vidéo du mode multijoueur. (1 min 23 s)
  •  : Présentation du contexte historique (2 min 52 s)
  •  : Mode coopération (1 min 57 s)
  •  : Gameplay en véhicules (1 min 40 s)
  •  : Mode hard core (3 min 35 s)
  •  : Vidéo d'une bataille (1 min 14 s)
  •  : Vidéo in-game de nuit (1 min 56 s)
  •  : Vidéo sur les techniques (1 min 14 s)
  •  : Nouvelle bande d'annonce (en français)
  •  : Work in progress
  •  : Une grenade en teaser (22 secondes)
  •  : Tir de tank (22 secondes)
  • Teaser (22 secondes)
  • E3 2008 (2 min 13 s)
  • GC 2007 : Trailer (1 min 08 s)
Images diffusées[21],[22]
  •  : 6 screenshots
  •  : 6 screenshots
  •  : 9 screenshots
  •  : 6 screenshots en multijoueurs
  •  : 6 illustrations
  • :6 images d'action
  •  : 4 images de nuit
  •  : 8 images publiées
  •  : 6 images publiées
  •  : 6 images publiées
  •  : 6 images publiées
  •  : Diffusion d'images
  • : GC 2008 : Diffusion d'images
  • : Image : Diffusion d'images
  • : GC 2007 : Présentation du jeu
  • : GC 2007 : Divers images


Système de jeu[modifier | modifier le code]

Les lieux[modifier | modifier le code]

L'île sur laquelle se déroule OPF2.

L'action se déroulera sur l'île de Kiska, (renommée Skira) située dans un archipel en Alaska, sur le sol américain, ce qui offre une carte ouverte de 220 km2. Dans le jeu, il faudrait 9 heures pour traverser l'île à pied, 4 heures en véhicule ou 20 minutes avec un avion rapide[23]. La longueur maximale de l'île avoisine les 50 kilomètres. Divers types de terrains seront accessibles, de la forêt aux reliefs montagneux en passant par de vastes plaines et des littoraux. Ceux-ci subiront divers aléas météorologiques naturels. Une petite ville, quelques villages ainsi qu'un complexe industriel seront présents sur l'île dans laquelle un aérodrome est implanté. La végétation est un domaine clef du jeu qui permet d'approcher le photoréalisme. Les plaines sont recouvertes d'herbes folles, des buissons sont répartis çà et là, et plus d'1 500 000 arbres ont été "plantés" sur l'île[24].

Mouvement des forces sur Skira[modifier | modifier le code]

Les forces armées disposeront d'un très vaste choix de véhicules, d'avions, de chars, d’hélicoptères, de blindés et de bateaux. Le joueur est totalement libre de choisir son moyen de locomotion vers le front...

L'Intelligence Artificielle[modifier | modifier le code]

Codemasters souhaite développer une Intelligence artificielle des plus novatrices de son genre. Elle sera non scriptée et plus autonome. Le joueur pourra coopérer efficacement avec des IA sans avoir en permanence à se soucier d'elles. Le jeu a été retardé d'un trimestre pour permettre d'y travailler.

« Il y a d'autres titres dont je tairai le nom - des titres où l'on joue une section – où il vaut mieux laisser ses hommes derrière une poubelle et revenir à la fin de la mission pour les récupérer, parce qu'ils se comportent de façon totalement aléatoire. Par contre, dans notre jeu vous oublierez fréquemment que vous avez des équipiers, parce qu'ils font leur travail et que vous n'avez pas à vous soucier d'eux en permanence[25]. »

— (Clive Lindop, designer en chef de l'IA)

Le mode multijoueur[modifier | modifier le code]

Dans une ancienne entrevue, Codemaster donnait comme base quatre joueurs pour la campagne multijoueurs, et 16 en multijoueurs "ordinaire". Toutefois, Codemaster avait précisé que le mode multijoueurs évoluerait sans doute. La version commercialisée offre un mode multijoueur contenant 3 genres.

  1. Coopération : Permet de jouer une mission de la campagne solo à 4 joueurs.
  2. Infiltration : Une petite escouade de marines américains doit remplir un objectif avec des armes à silencieux.
  3. Annihilation : C'est un match à mort par équipe.

Accueil[modifier | modifier le code]

Avant même sa sortie, le jeu a fait beaucoup parler de lui de par le succès d'Operation Flashpoint, considéré comme une révolution dans le jeu vidéo[réf. nécessaire], et ainsi, les attentes se sont donc fait grandes. Codemaster, lors de ses communiqués, n'a cessé de prôner la qualité inédite de son jeu avec de bien nombreux superlatifs[26],[27],[28], et par la publication d'artwork très (voir trop) poussés. Plus d'un forum a émis des doutes quant à la faisabilité de décors avec un tel niveau de réalisme[29].[réf. nécessaire] Certains des premiers médias diffusés se sont révélés avoir été retouchés[30],[31] provoquant le désenchantement et l'inquiétude[32],[31]

Critique[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse numérique
Média Note
Eurogamer (UK) 7/10

(en)[33]

Gamekult (FR) 6/10

[34]

GameSpot (US) 7.5/10 (PS3, X360)
7,5/10 (PC)[35]
IGN (US) 8.2/10[36]
Jeuxvideo.com (FR) 14/20[37]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 76 %[38]

Operation Flashpoint : Dragon Rising a d'abord été évalué par la presse vidéoludique sur les points forts que Codemaster a mis en exergue à de nombreuses reprises.

  • L'intelligence artificielle, un des points forts voulu, n'a que peu convaincu. Micromania.fr affirme « Quant à vos partenaires, ils ont un don certain pour mal obéir aux ordres et se faire tirer comme des lapins debout au milieu d'une route. Le temps qu'à trois ils n'abattent un homme, vous aurez zigouillé un peloton entier. »[39], ce qui contredit la position de Codemaster à ce sujet. D'après Jeuxvidéo.fr, « [...] l'IA ne gère pas trop mal les choses » mais « Hélas, ces équipiers sont également capables des pires imbécilités [...] »[1].
  • Le réalisme, autre point phare, reste un domaine dans lequel les avis sont mitigés. Les blessures ont un effet aléatoire sur le gameplay, tantôt ininfluentes, tantôt incohérente avec les événements joués. Par ailleurs, le fait que le retour à un checkpoint supprime les blessures et ressuscite les compagnons est incompatible avec le réalisme dont se veut le jeu. Il reste néanmoins possible, en augmentant la difficulté du jeu, de ne pas ressusciter ces derniers aux checkpoints. Jeuxvidéo.fr qualifiera ce phénomène d'« entorses grossières au réalisme. »[31]. Il en va de même avec l'efficacité des ennemis qui est jugée trop variable[31].

Accueil du public[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Ventes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Test Operation Flashpoint : Dragon Rising », sur www.jeuxvideo.fr, (consulté le )
  2. « Operation Flashpoint 2, c'est désormais officiel ! », sur www.micromania.fr, (consulté le )
  3. Dossier du jeu et de son historique sur Gamekult
  4. Dr.Loser, « Operation Flashpoint 2 sortira cet hiver », sur www.nofrag.com, jeudi 20 mars 2008 à 16 h 37 (consulté le )
  5. Date de sortie d'après un compte à rebours sur le site officiel annulé
  6. Page descriptive annonçant la date de sortie exacte
  7. Netsabes, « Flashpoint 2 maintenant prévu pour l'été 2009 », sur www.nofrag.com, lundi 9 février 2009 à 19 h 17 (consulté le )
  8. L'affaire du titre entre Bohemia et Codemasters résumée sur Jeuxvideo.com
  9. News de XBoxfrance annonçant la jaquette.
  10. Jeuxvideo.com annonce l'existence d'une démo dévoilée sur le forum officiel du jeu
  11. Article annonçant le nouveau retard du lancement du jeu
  12. Citation reprise de Clubic
  13. Page de vente certainement fausse sur century-soft.com
  14. La vidéo du gameplay publiée le 3 juin 2009
  15. L'avis de Nofrag sur la vidéo filmée lors l'E3
  16. Autre avis d'un forum sur la vidéo filmée lors de l'E3
  17. D'après blog.play3-live.com
  18. L'interview du producteur exécutif de Codemaster publiée le 7 juin 2009
  19. « Operation Flashpoint 2 : Demo retardée », sur www.tctf.fr, à 20h25 (consulté le )
  20. Historique des apparitions de vidéos d'après Jeuxvideo.com
  21. « Historique des apparitions d'images », sur Jeuxvideo.com (consulté le )
  22. Dossier d'images sur OPF:DR recensant les parutions d'images et screenshots
  23. Diverses données concernant le jeu
  24. Dr Chocapic, « GC> Operation Flashpoint 2 rassure », sur www.gamekult.com, (consulté le )
  25. Extrait du dossier de synthèse sur le jeu réalisé par Eurogamer
  26. Nerces, « Operation Flashpoint 2 illustre ses engins (MàJ) », sur www.clubic.com, (consulté le )
  27. www.jeuxvideo.fr, « Operation Flashpoint 2 : ni LAN ni DX11, mais des engins », le 14 août 09 à 11h53 (consulté le )
  28. Dr.Loser, « Operation Flashpoint 2 revient sur le devant de la scène », sur www.nofrag.com, mardi 27 novembre 2007 à 18 h 20 (consulté le )
  29. « [GC] Operation Flashpoint 2 et photoshop : une grande histoire d'amour », sur www.zeden.net, 22 août 2008 à 16h46 (consulté le )
  30. Dr.Loser, « Le trailer d'Operation Flashpoint 2 n'était pas tiré du jeu », sur www.nofrag.com, jeudi 23 août 2007 à 11 h 35 (consulté le )
  31. a b c et d Dr.Loser, « Operation Flashpoint 2 : artworks et publireportage », sur www.nofrag.com, vendredi 4 juillet 2008 à 14 h 47 (consulté le )
  32. Dr.Loser, « Deux nouveaux screenshots retouchés d'Operation Flashpoint 2 », sur www.nofrag.com, mardi 25 mars 2008 à 14 h 52 (consulté le )
  33. Tim Stone, « Operation Flashpoint: Dragon Rising PC Review », sur www.eurogamer.net,
  34. (fr) Dr Chocapic 07/10/2009 à 17h19, « Operation Flashpoint : Dragon Rising », sur Gamekult, (consulté le )
  35. (en) Chris Watters, « Operation Flashpoint: Dragon Rising Review », sur www.gamespot.com, (consulté le )
  36. (en) Erik Brudvig, « Operation Flashpoint: Dragon Rising Review », sur www.uk.pc.ign.com, (consulté le )
  37. (fr) Hiro, « Operation Flashpoint : Dragon Rising », sur Jeuxvideo.com, (consulté le )
  38. « Operation Flashpoint: Dragon Rising (2009) », sur Metacritic (consulté le )
  39. Arnaud Papeguay, « Operation Flashpoint : Dragon Rising (Xbox 360) », sur www.micromania.fr, (consulté le )