Oliver Wendell Holmes Jr.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Oliver Wendell Holmes, Jr)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Oliver Wendell Holmes Jr.
Oliver Wendell Holmes Jr circa 1930.jpg
Holmes vers 1930.
Fonction
Juge assesseur de la Cour suprême des États-Unis
-
Horace Gray (en)
Benjamin N. Cardozo (en)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
WashingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Oliver Wendell Holmes, Jr.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Amelia Lee Jackson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjointe
Fanny Bowditch Dixwell Holmes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
signature d'Oliver Wendell Holmes Jr.
signature

Oliver Wendell Holmes Jr. dit The Great Dissenter (le grand dissident), né le à Boston dans le Massachusetts, mort le à Washington (District de Columbia) est un juriste américain qui fut nommé par le président Theodore Roosevelt et confirmé par le Sénat juge à la Cour suprême des États-Unis de 1902 à 1932.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Oliver Wendell Holmes Jr[1] est le fils de l'écrivain et médecin Oliver Wendell Holmes[2]. Après ses études secondaires, il est admis à l'Université Harvard en 1857. Holmes participe à la Guerre de Sécession, blessé par trois fois au feu, il est démobilisé en 1864. Il reprend ses études à la Faculté de droit de Harvard, d'où il sort diplômé en 1866[3] Il devient avocat, professeur de droit à Harvard, puis juge à la Cour suprême du Massachusetts[4]. Il est enfin nommé à la Cour suprême des États-Unis par Theodore Roosevelt en 1902 à l’âge de 61 ans[5].

Carrière et regards sur son oeuvre[modifier | modifier le code]

Il est considéré comme un théoricien du droit[6], sujet auquel il a consacré plusieurs ouvrages avant de devenir juge, notamment The common law et The path of the law[7]. Dans ses livres, il aborde une approche sceptique vis-à-vis du droit et des règles, critiquant aussi bien le formalisme juridique que le jusnaturalisme : « L'évolution du droit n'est pas le fruit de la logique mais de l'expérience », « Ce que les juges font, rien de plus, rien de moins, voilà ce que j’appelle le droit ». On le considère à ce titre comme un précurseur du réalisme juridique (en)[8]. En résumé, Holmes reconnaît le pouvoir créateur de droit des juges pour mieux exiger sa limitation : « les juges légifèrent, et ils doivent le faire, mais uniquement de manière interstitielle » (Southern Pacific Company v. Jensen, 1917).

Cette philosophie sceptique se ressent dans son approche du contrôle de constitutionnalité : Holmes n'accepte que très rarement d'invalider une loi, sauf lorsqu'est en jeu la liberté d'expression protégée par le Premier amendement. Parce qu'il n'y a pas de vérité absolue, les juges ne doivent pas s’immiscer dans des choix de sociétés pour lesquels les élus du peuple sont plus légitimes ; mais pour la même raison, tout un chacun peut faire valoir son point de vue, la compétition étant « le meilleur test de la vérité ».

Dans l'affaire Abrams v. United States de 1919, Holmes écrit un éloge de la liberté d'expression, arguant que seul le " libre échange d'idées" pouvait garantir la réalisation de la vérité[9],[10].

À ce titre Holmes s'oppose à la majorité anti-New Deal de la Cour de son époque lorsque celle-ci annule un par un des pans de la législation sociale en faveur des ouvriers. Par exemple dans l'affaire Lochner v. New York (1905), la Cour invoque la « liberté » des cocontractants pour invalider la limitation à 60 heures du travail hebdomadaire, ce à quoi Holmes répond dans son opinion dissidente : « Les propositions générales ne décident pas les affaires concrètes »[11].

D'un autre côté, Holmes critique la Cour pour avoir laissé passer le refus de naturalisation d'étrangers en raison de leur refus de faire allégeance aux armes : « s'il y a un principe auquel la Constitution attache le plus d'importance parmi tous les autres c'est celui de la liberté de pensée — pas pour les pensées que nous approuvons, mais pour celles que nous haïssons » (United States v. Schwimmer, 1929)[12].

En 1927, rejoint par sept des huit autres juges, il rédige l'opinion de la Cour dans l'affaire Buck v. Bell où il valide la stérilisation forcée des malades mentaux avec un humour noir que l'on jugerait aujourd'hui déplacé : « trois générations d'imbéciles sont assez »[13].

Malgré cette tache, par la longévité de son mandat à la Cour, par ses opinions concises et lapidaires et ses aphorismes percutants, Oliver Wendell Holmes est l'un des juristes américains les plus cités et admirés dans l'histoire aux États-Unis. En le juge en chef des États-Unis John G. Roberts Jr., nommé par George Bush, applique dans son opinion validant l'Obamacare le principe dégagé par Holmes selon lequel lorsqu'une loi est susceptible de deux interprétations dont l'une est constitutionnelle et l'autre non, le juge doit adopter l'interprétation qui sauve la loi ; au grand dam des quatre autres juges conservateurs qui votent dans la dissidence (NFIB v. Sebelius). Roberts écrit également que « ce n’est pas notre travail de prémunir le peuple contre les conséquences de ses choix politiques » édulcorant ainsi une phrase de Holmes dans sa correspondance privée : « si mes concitoyens voulaient aller en Enfer, je les aiderais. C'est mon travail. ».

Vie privée[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

Les archives d'Oliver Wendell Holmes Jr., sont déposées à la bibliothèque de l'Université Harvard et consultables en ligne[19],[20].

Œuvres (rééditions)[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Touched With Fire Civil War Letters And Diary Of Oliver Wendell Holmes, Jr., Harvard University Press, , 190 p. (lire en ligne)
  • (en-US) Holmes-Pollock Letters: The Correspondence of MR Justice Holmes and Sir Frederick Pollock, 1874-1932, Two Volumes in One, Second Edition, Belknap Press, , 686 p. (ISBN 9780674405509)
  • (en-US) The Oliver Wendell Holmes, Jr., Papers, University Publications of America, , 72 p. (ISBN 9780890938034),
  • (en-US) The Mind and Faith of Justice Holmes: His Speeches, Essays, Letters, and Judicial Opinions, Routledge, , 549 p. (ISBN 9780887387654),
  • (en-US) The Common Law, Dover Publications, , 480 p. (ISBN 9780486267463),
  • (en-US) Opinions, and Other Writings of Oliver Wendell Holmes, Jr., University of Chicago Press, , 374 p. (ISBN 9780226675541),
  • (en-US) The Path of the Law, Applewood Books, , 32 p. (ISBN 9781557091741),
  • (en-US) The Collected Legal Papers, Dover Publications, , 320 p. (ISBN 9780486454443),

Bibliographie (sélection)[modifier | modifier le code]

Livres, études et essais[modifier | modifier le code]

  • (en-US) David Henry Burton, Oliver Wendell Holmes, Jr.: What Manner of Liberal?, Krieger Publisher Company, , 159 p. (ISBN 9780882757933),
  • (en-US) Gary J. Aichele, Oliver Wendell Holmes, Jr.--Soldier, Scholar, Judge, Twayne Publishers, , 212 p. (ISBN 9780805777840),
  • (en-US) Robert W. Gordon, Neil MacCormick, William Twining, The Legacy of Oliver Wendell Holmes, Jr, Stanford University Press, , 336 p. (ISBN 9780804719896),
  • (en-US) David Rosenberg, The hidden Holmes : his theory of torts in history, Harvard University Press, , 304 p. (ISBN 9780674390027, lire en ligne)
  • (en-US) Albert W. Alschuler, Law without values : the life, work, and legacy of Justice Holmes, University of Chicago Press, , 344 p. (ISBN 0-226-01520-3, lire en ligne)
  • (en-US) G. Edward White, Oliver Wendell Holmes : sage of the Supreme Court, New York, Oxford University Press, , 168 p. (ISBN 9780195116670, lire en ligne)
  • (en-US) Sophie W. Littlefield & William M. Wiecek, Oliver Wendell Holmes Jr:: The Supreme Court and American Legal Thought, PowerPlus Books, , 112 p. (ISBN 9781404226524, lire en ligne),
  • (en-US) Susan-Mary Grant, Oliver Wendell Holmes, Jr.: Civil War Soldier, Supreme Court Justice, Routledge, , 224 p. (ISBN 9780415656535),
  • (en-US) Frederic R. Kellogg, Oliver Wendell Holmes Jr. and Legal Logic, University of Chicago Press, , 224 p. (ISBN 9780226523903),
  • (en-US) Stephen Budiansky, Oliver Wendell Holmes: A Life in War, Law, and Ideas, W. W. Norton Company, , 592 p. (ISBN 9780393634723),

Revues[modifier | modifier le code]

  • (en-US) M. H. Fisch, « Justice Holmes, the Prediction Theory of Law, and Pragmatism », The Journal of Philosophy, Vol. 39, No. 4,‎ , p. 85-97 (lire en ligne),
  • (en-US) Irving Bernstein, « The Conservative Mr. Justice Holmes », The New England Quarterly, Vol. 23, No. 4,‎ , p. 435-452 (lire en ligne),
  • (en-US) David H. Burton, « The Intellectual Kinship of Oliver Wendell Holmes, Jr., Frederick E. Pollock, and Harold J. Laski », Proceedings of the American Philosophical Society, Vol. 119, No. 2,‎ , p. 133-142 (lire en ligne)
  • Michaut Françoise, « L’École de la "sociological jurisprudence", le réalisme américain et la "théorie de la prédiction », Revue interdisciplinaire d'études juridiques, (Volume 17),‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Kunal Parker, « The History of Experience: On the Historical Imagination of Oliver Wendell Holmes, Jr. », Political and Legal Anthropology Review, Vol. 26, No. 2,‎ , p. 60-85 (lire en ligne),
  • (en-US) Robert Danisch, « Aphorisms, Enthymemes, and Oliver Wendell Holmes, Jr. on the First Amendment », Rhetoric Review, Vol. 27, No. 3,‎ , p. 219-235 (lire en ligne),
  • (en-US) Brad Snyder, « The House that Built Holmes », Law and History Review, Vol. 30, No. 3,‎ , p. 661-721 (lire en ligne),

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Oliver Wendell Holmes, Jr., 1902-1932 », sur supremecourthistory.org (consulté le 16 mars 2020)
  2. (en) « Oliver Wendell Holmes, Jr. | United States jurist », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 16 mars 2020)
  3. (en-US) « Oliver Wendell Holmes Jr. Biography - life, family, school, young, book, old, information, born, college, tall », sur www.notablebiographies.com (consulté le 16 mars 2020)
  4. (en) History com Editors, « Oliver Wendell Holmes », sur HISTORY (consulté le 16 mars 2020)
  5. (en-US) « Oliver Wendell Holmes Jr. », sur Biography (consulté le 16 mars 2020)
  6. (en-US) « Oliver Wendell Holmes | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 16 mars 2020)
  7. (en-US) Elizabeth R. Purdy, « Oliver Wendell Holmes Jr. », sur www.mtsu.edu (consulté le 16 mars 2020)
  8. « Le réalisme et le juge constitutionnel », sur Conseil constitutionnel (consulté le 16 mars 2020)
  9. « Oliver Wendell Holmes Jr Facts », sur biography.yourdictionary.com (consulté le 16 mars 2020)
  10. (en) « Abrams v. United States », sur LII / Legal Information Institute (consulté le 16 mars 2020)
  11. (en-US) « Lochner v. New York », sur LII / Legal Information Institute (consulté le 16 mars 2020)
  12. (en-US) « UNITED STATES v. SCHWIMMER. », sur LII / Legal Information Institute (consulté le 16 mars 2020)
  13. (en-US) « Buck v. Bell », sur LII / Legal Information Institute (consulté le 16 mars 2020)
  14. (en-US) CHRISTINE W. LAIDLAW, « Painting with Silken Threads: Fanny Dixwell Holmes and Japanism in Nineteenth-Century Boston », Studies in the Decorative Arts, Vol. 10, No. 2,‎ , p. 42-68 (lire en ligne)
  15. (en-US) « Fanny Bowditch Dixwell Holmes », sur Find a Grave
  16. (en-US) Noah Feldman, « The Many Contradictions of Oliver Wendell Holmes », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 16 mars 2020)
  17. (en-US) « Oliver Wendell Holmes », sur Find a Grave
  18. (en-US) « Oliver Wendell Holmes, Jr., Associate Justice, US Supreme Court », sur www.arlingtoncemetery.net (consulté le 16 mars 2020)
  19. (en) « Oliver Wendell Holmes Digital Suite by Harvard Law School Library », sur library.law.harvard.edu (consulté le 16 mars 2020)
  20. « Collection: Oliver Wendell Holmes, Jr. addenda | HOLLIS for », sur hollisarchives.lib.harvard.edu (consulté le 16 mars 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]