Ofer Gabber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ofer Gabber
Description de cette image, également commentée ci-après
Ofer Gabber à Oberwolfach en 2004
Naissance (63 ans)
Nationalité Drapeau d'Israël Israélien
Domaines Mathématiques, géométrie algébrique
Institutions CNRS (IHÉS)
Institut de recherches mathématiques d'Oberwolfach
Diplôme université Harvard
Directeur de thèse Barry Mazur
Distinctions Prix Erdős (1981), prix Thérèse-Gautier (2011)

Ofer Gabber (en hébreu עופר גאבר ; né le ) est un mathématicien israélien, travaillant dans le domaine de la géométrie algébrique.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1978, Gabber obtient son doctorat à l'université Harvard et le titre de Ph.D pour sa thèse Some theorems on Azumaya algebras, thèse dirigée par Barry Mazur. Il entre en 1984 à l'Institut des hautes études scientifiques (IHÉS) de Bures-sur-Yvette près de Paris, où il devient l'un des chefs de file de la géométrie algébrique, suivant en cela le chemin tracé par Alexandre Grothendieck depuis les années 1960 au sein de l'institution. Il est actuellement directeur de recherche au CNRS.

Travaux[modifier | modifier le code]

En 1982, il travaille avec Joseph Bernstein, Pierre Deligne et Alexander Beilinson sur les faisceaux pervers (en). Au sein de cette équipe, il établit le « théorème de décomposition Beilinson, Bernstein, Deligne et Gabber » qui prouve, grâce à son propre « théorème de pureté (en) », le très complexe théorème de Lefschetz sur les hyperplans (en) et établit un théorème de semi-simplicité évaluant les caractéristiques et l'existence d'un groupe de Galois[1]. Ces travaux correspondent à de grands progrès dans la maîtrise des variétés algébriques en topologie algébrique.

Gabber a également travaillé sur la cohomologie étale des schémas.

Écrits[modifier | modifier le code]

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

En 1981, il reçoit le prix Erdős.
En 2011, il reçoit le prix Thérèse-Gautier de l'Académie des sciences[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mark Andrea A. de Cataldo et Luca Migliorini, « The decomposition theorem, perverse sheaves and the topology of algebraic maps », Bulletin of the American Mathematical Society, vol. 46,‎ , p. 535-633 (ISSN 0273-0979, lire en ligne).
  2. « Prix Thérèse Gautier 2011 », sur www.ihes.fr, Institut des hautes études scientifiques, (consulté le 7 juillet 2014).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Luc Illusie, Yves Laszlo et Fabrice Orgogozo, « Travaux de Gabber sur l’uniformisation locale et la cohomologie étale des schémas quasi-excellents. (Séminaire à l’École polytechnique 2006–2008) », Astérisque, Société mathématique de France, nos 363-364,‎ , xxiv+619 (ISBN 978-2-85629-790-2, ISSN 0303-1179, résumé). Avec la collaboration de F. Déglise, A. Morau, V. Pilloni, M. Raynaud, J. Riou, B. Stroh, M. Temkin et W. Zheng.