Brian Conrad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conrad.
Brian Conrad
Naissance (48 ans)
New York
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Profession

Brian Conrad (né en 1970) est un mathématicien et théoricien des nombres américain, qui travaille à l'université Stanford.

Biographie[modifier | modifier le code]

La plus célèbre réalisation de Conrad est son travail sur la preuve de la conjecture de Shimura-Taniyama-Weil. Il l'a démontrée en 1999 avec Christophe Breuil, Fred Diamond et Richard Taylor[1],[2],[3], tandis qu'il était chercheur postdoctoral à la fois à l'université Harvard et à l'Institute for Advanced Study. Il a enseigné ensuite à l'université du Michigan et à l'université Columbia.

Auparavant, Conrad avait obtenu son diplôme de Bachelor's degree de l'université Harvard en 1992 — où il remporta un prix pour sa thèse de premier cycle — et son doctorat de l'université de Princeton en 1996 sous la direction d'Andrew Wiles, avec une thèse intitulée Systèmes de Honda finis et courbes elliptiques supersingulières (en)[4].

Son frère jumeau Keith Conrad, également théoricien des nombres, est professeur à l'université du Connecticut.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Brian Conrad » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) On the modularity of elliptic curves over Q.
  2. (en) Brian Conrad, Fred Diamond et Richard Taylor, « Modularity of certain potentially Barsotti-Tate Galois representations », J. Amer. Math. Soc., vol. 12, 1999, p. 521-567.
  3. (en) C. Breuil, B. Conrad, F. Diamond et R. Taylor, « On the modularity of elliptic curves over Q: wild 3-adic exercises », J. Amer. Math. Soc., vol. 14, 2001, p. 843-939.
  4. (en) « Brian Conrad », sur le site du Mathematics Genealogy Project.

Liens externes[modifier | modifier le code]