Nouveaux Essais sur l'entendement humain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nouveaux Essais sur l'entendement humain
image illustrative de l’article Nouveaux Essais sur l'entendement humain

Auteur Gottfried Wilhelm Leibniz
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Philosophie
Date de parution 1765

Les Nouveaux Essais sur l'entendement humain est un ouvrage de Gottfried Wilhelm Leibniz rédigé en 1704 et publié en 1765. Il s'agit d'une réfutation chapitre par chapitre de l’ouvrage de John Locke de 1689 l'Essai sur l'entendement humain. Le texte a la particularité de reprendre en son sein le texte de l'ouvrage de Locke qu'il critique. Leibniz intègre en effet à son propre texte d'importants passages directement issus de l'Essai.

Les Nouveaux Essais prennent forme d’un dialogue imaginaire entre deux personnages : Philalèthe et Théophile. Philalète défend la position empiriste, et ses répliques sont souvent des emprunts directs à l'Essai de John Locke. Théophile défend lui l'option rationaliste et oppose des arguments rationalistes forgés par Leibniz.

Les Nouveaux Essais sont, avec la Théodicée, les deux seuls ouvrages majeurs que Leibniz a complétés[a]. La mort de Locke, survenue lorsque Leibniz en finissait la rédaction différa sa publication. Lorsqu’il parut finalement, quelque soixante ans plus tard[2], la philosophie de Leibniz n'était guère en vogue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Henri Lachelier : « Leibniz n'a jamais exposé systématiquement sa doctrine dans un ouvrage de longue haleine. Les deux seuls grands traités que nous ayons de lui, les Nouveaux Essais et la Théodicée, ne contiennent, ni l'un ni l'autre, toute sa pensée métaphysique. »[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Lachelier, « Introduction », dans Gottfried Wilhelm Leibniz, Nouveaux Essais sur l'entendement humain, (lire en ligne), p. 7.
  2. Œuvres philosophiques, latines et françoises, de feu Mr. de Leibnitz, tirées de ses manuscrits, qui se conservent dans la bibliothèque royale à Hanovre, et publiées par Rud. Eric Raspe, Amsterdam et Leipzig, 1765.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :