Principe de continuité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le principe de continuité est un principe de philosophie naturelle suggérant que, dans la nature, les choses changent graduellement. Cette idée a été énoncée par Aristote, puis élevée au rang d'axiome en sciences par Gottfried Wilhelm Leibniz (sous la forme Natura non facit saltus : « la Nature ne fait pas de saut ») et Isaac Newton, inventeurs du calcul infinitésimal.

Le principe de continuité est également à la base des réflexions de Linné pour la classification, de Charles Darwin pour sa théorie de l'évolution des espèces, de Ferdinand de Saussure en linguistique...

Ce principe a été contesté par Hegel et sa dialectique, puis par la physique quantique[1], avec le saut quantique, et par la biologie de l'évolution, avec les mutations génétiques.[réf. nécessaire]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Von Neumann affirme, dans Les fondements mathématiques de la mécanique quantique : « l’existence du principe de continuité - natura non facit saltus - [...] n’est au fond qu’une illusion », cité par Chevalley, p. 327.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Lassegue, L’intelligence artificielle et la question du continu : Remarques sur le modèle de Turing (lire en ligne)
  • Jean-Michel Salanskis (dir.) et Hourya Sinaceur (dir.), Le Labyrinthe du continu: colloque de Cerisy, Springer-Verlag, , 452 p. (ISBN 9782287003899)