Principe de continuité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le principe de continuité est un principe de philosophie naturelle. Il pose que, dans la nature, les choses changent de façon continue. Cette idée, d'abord énoncée par Aristote[1], semble avoir été reprise par au travers la loi d'inertie en tant qu'elle exige qu'un corps « persévère dans son état de repos ou de mouvement uniforme »[2].

Le principe de continuité est repris comme axiome par Leibniz, lorsqu'il écrit par exemple que « la nature ne fait pas de sauts »[3].

Ce principe a été contesté par la physique quantique[4] — ce qui est souvent illustré par le concept de saut quantique —, et par la biologie de l'évolution, avec les mutations génétiques.[réf. nécessaire]

Le principe de continuité est également à la base des réflexions de Linné pour la classification, de Charles Darwin pour sa théorie de l'évolution des espèces, de Ferdinand de Saussure en linguistique[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aristote (trad. Pierre Pellegrin), Physique, Paris, Flammarion, , 560 p. (lire en ligne), chap. VI ; 231a - 231b :

    « De plus, il faudrait nécessairement ou que les points fussent continus, ou qu'ils se touchassent entre eux, pour composer un continu véritable; et cette même observation s'applique à tous les indivisibles (Ἔτι δ' ἀνάγκη ἤτοι συνεχεῖς εἶναι τὰς στιγμὰς ἢ ἁπτομένας ἀλλήλων, ἐξ ὧν ἐστι τὸ συνεχές· ὁ δ' αὐτὸς λόγος καὶ ἐπὶ πάντων τῶν ἀδιαιρέτων) »

  2. Arnaud Pelletier et Cette citation se réfèrerai à J-B Galiani, disciple de Galilée, L'or et la boue, Paris, Sorbonne Université Presses, , 400 p. (ISBN 979-10-231-0668-8), p. 109
  3. Gottfried Wilhelm Leibniz, Specimen dynamicum, p. 228-229 :

    « tout changement doit arriver par des passages inassignables et jamais par sauts (natura non facit saltus) »

  4. Von Neumann affirme, dans Les Fondements mathématiques de la mécanique quantique : « l’existence du principe de continuité — natura non facit saltus — [...] n’est au fond qu’une illusion », cité par Chevalley, p. 327.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]