Nokia (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nokia
Blason de Nokia
Héraldique
Nokia (ville)
Magasin de la brasserie de Nokia
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Pirkanmaa
Maire Markku Rahikkala
Langue(s) parlée(s) finnois
Démographie
Population 33 916 hab.[1] (1.12.2019)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 61° 28′ 40″ nord, 23° 30′ 35″ est
Superficie 34 776 ha = 347,76 km2 [2]
· dont terre 288,18 km2 (82,87 %)
· dont eau 59,58 km2 (17,13 %)
Rang superficie (265e / 336)
Rang population (32e / 336)
Histoire
Province Finlande occidentale
Fondation 1922
Droits de Cité depuis 1977
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Finlande
Voir sur la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Nokia
Géolocalisation sur la carte : Finlande
Voir sur la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Nokia
Liens
Site web http://www.nokiankaupunki.fi

Nokia est une ville du sud-ouest de la Finlande. Elle se situe dans la région du Pirkanmaa, à proximité immédiate de Tampere.

Outre le fait qu'elle est la ville de naissance de Nokia, elle est très connue en Finlande pour abriter l'hôtel balnéaire de Nokia (fi).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac Pyhäjärvi.

La ville fait partie de l'agglomération de Tampere. Elle est construite là où le lac Pyhäjärvi se déverse dans le lac Kulovesi. Le dénivelé est de 20 mètres sur tout juste 5 km. La rivière est donc marquée par d'importants rapides, et l'énergie fournie par les centrales hydroélectriques a permis l'essor de l'industrie.

La direction de ce cours d'eau marque le point de départ de l'écoulement vers la mer qui donne naissance à la Kokemäenjoki quelques dizaines de kilomètres plus à l'ouest (elle débute officiellement à Vammala).

Nokia est traversé par la rivière Lanajoki qui provient de Vesilahti. La commune compte de nombreux petits lac dont le Vihnusjärvi, le Kalliojärvi, l'Ylinenjärvi et, au nord de la Nokianvirta, l'Alinenjärvi ainsi qu'à son sud le Teernijärvi[3].

Outre Tampere à l'est (17 km de centre à centre), la commune est bordée par Ylöjärvi au nord-est, Hämeenkyrö au nord, Mouhijärvi à l'ouest, Vammala au sud-ouest, Vesilahti au sud, et de l'autre côté du Pyhäjärvi Pirkkala au sud-est[3].

Transports[modifier | modifier le code]

Nokianvirta.
Gare de Nokia.
Port de plaisance de Vihola.

Routiers[modifier | modifier le code]

La municipalité est traversée par la route nationale 11 (venue de Pori) et la route nationale 12 (venue de Rauma).

La route nationale 11 s'arrête à Tampere et la route nationale 12 continue jusqu'à Kouvola via Lahti. La route nationale 3 passe également à la limite orientale de Nokia ou elle s'appelle voie périphérique de Tampere.

Distances[modifier | modifier le code]

Ferroviaires[modifier | modifier le code]

Le temps de trajet de la gare de Nokia à la gare de Tampere est de 14 minutes en train et de 20 minutes en bus. Le trajet entre Nokia et Pori prend une heure et 15 minutes en train et une heure et 10 minutes en bus. Le trajet le plus rapide entre Nokia et Helsinki dure une heure et 49 minutes en train et 2 heures et 45 minutes en bus.

Aériens[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Tampere-Pirkkala est à un peu moins de quinze kilomètres du centre de Nokia[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1964, l'évolution démographique de Nokia est la suivante[5],[6]:

Année 1964 1980 1985 1990 1995 2000 2005
population 18 455 23 644 24 325 26 063 26 287 26 905 29 147
Année 2010 2015 2020
population 31 647 33 008 34 294

Étymologie[modifier | modifier le code]

On a prétendu que le mot nois (nokiit au nominatif pluriel, nokia au génitif pluriel) signifiait la fourrure de zibeline, suggérant que Nokia était un site commercial dont les fourrures de zibeline étaient la marchandise la plus précieuse[7],[8]. Des recherches récentes, cependant, ont estimé que la zibeline n'aurait pas appartenu à la faune finlandaise, même dans les temps anciens. Nokia nommerait un castor[9].

D'autres pensent qu'il nommait à l'origine des animaux à fourrure noire ou foncée, ce qui expliquerait son lien avec le mot suie[10],[11],[12].

Historiquement, la plus ancienne référence écrite au mot Nokia remonte à 1505.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'animal se retrouve sur le blason, même s'il a été chassé jusqu'à extinction (on n'y trouve plus aujourd'hui que des martres communes).

Un manoir y est fondé au début du XVIe siècle. En 1596, le manoir royal est pris par les paysans lors de la Guerre des massues (en), la dernière grande révolte paysanne de Finlande.

En 1918, la ville connaît d'importants combats lors de la Guerre civile finlandaise lors de la prise de Tampere par les blancs.

En 1922, la commune, auparavant nommée intégralement Pirkkala, est coupée en deux entre Pirkkala-nord et Pirkkala-sud. Pirkkala-nord devient Nokia en 1938. L'ajout de deux petites municipalités rurales (Suoniemi en 1973 et Tottijärvi en 1976) augmente considérablement sa superficie.

Histoire industrielle[modifier | modifier le code]

Papeterie de Nokia[13]

La ville s'industrialise dès le milieu du XIXe siècle. Le nom Nokia est un nom connu mondialement car la ville est bien le lieu de naissance du géant des téléphones portables Nokia. Tout a commencé avec l'ouverture d'une usine de pâte à papier créée en 1865 par Fredrik Idestam. En 1898 est également fondée dans la même ville la Suomen Gummitehdas Osakeyhtiö, Compagnie des caoutchoucs finlandais. Ces deux compagnies ainsi que la fabrique de câbles de Finlande (Suomen kaapelitehdas Oy) fusionnent en 1967 créant ainsi Nokia Corporation, conglomérat très hétéroclite.

À la fin des années 1980, le conglomérat est au bord de la faillite et est scindé en plusieurs compagnies ou vendu à des sociétés étrangères. C'est ainsi que l'activité téléphonie mobile, alors embryonnaire et issue de la division câbles et réseaux, est devenu le numéro 1 mondial dans son domaine (Nokia n'a cependant plus aucune opération dans la ville de Nokia). La division caoutchouc survit dans la société Nokian Renkaat (pneus Nokia, ayant son siège social dans la ville de Nokia), et la division papier a été cédée à la multinationale américaine Georgia-Pacific.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Hôpital de Pitkäniemi.

En 2019, la population active de Nokia est de 15 922 personnes et le taux de chômage s'élève à 7,7%[4]. Les principaux employeurs de la municipalité sont[4]:

Employeur Emplois
Ville de Nokia 2 058
PSHP - Hôpital de Pitkäniemi 875
Agco Power Oy 760
Nokian Renkaat Oyj 878
Nokian Raskaat Renkaat Oy 252
Purso Oy 232
Patria Aviation Oy 200
Essity Finland Oy 200
S-Ryhmä - Pirkanmaan Osuuskauppa 183
Rengaslinja Oy 104

Éducation[modifier | modifier le code]

Lycée de Nokia.
Bibliothèque municipale de Nokia.

Enseignement primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

À l'automne 2018, 447 enfants ont commencé l'école primaire. Nokia compte 8 écoles primaires (avec 2 375 élèves), 2 lycées (avec 1 026 élèves), 1 lycée avec 329 élèves[4].

Autres établissements d'enseignement[modifier | modifier le code]

Le centre de formation Pirkka accueille 22 731 apprenants[4].

Jumelages[modifier | modifier le code]

En 2020, la ville de Nokia est jumelée avec[14]:

Jumelages et partenariats de Nokia.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Nokia.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePays
COA Blönduósbær.pngBlönduós[15]Flag of Iceland.svgIslande
Coat of arms of Horsens.svgHorsens[15]Flag of Denmark.svgDanemark
Karlstad vapen.svgKarlstad[16]Great coat of arms of Sweden.svgSuède
Rygge komm.svgMoss[15]Flag of Norway.svgNorvège


Parc à Vilhola.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fi) « Väestörakenteen ennakkotiedot alueittain, », Tilastokeskus, (consulté le 3 janvier 2020)
  2. (fi) « Superficie par municipalité au 1er janvier 2011 », Maanmittauslaitos (consulté le 29 décembre 2012)
  3. a et b (fi) Hannu Tarmio, Pentti Papunen, Kalevi Korpela (ed.), Suomenmaa 5: maantieteellis-yhteiskunnallinen tieto- ja hakuteos, Porvoo-Helsinki, WSOY, (ISBN 951-0-00650-5), p. 363–373
  4. a b c d et e (fi) « Tilastotietoa, Suurimmat työnantajat », Ville de Nokia (consulté le 5 janvier 2020)
  5. (fi) « Väestö kielen mukaan sekä ulkomaan kansalaisten määrä ja maa-pinta-ala alueittain 1980–2012 », Tilastokeskus, (consulté le 9 juillet 2014) (au périmètre du 1er janvier 2013)
  6. (fi) « Suomen asukasluvut kuukausittain – Kunnittain aakkosjärjestyksessä », Väestörekisterikeskus, (consulté le 18 mai 2015)
  7. (fi) Elina Wihuri, « Nokian ja rahan vanha yhteys », Helsingin Sanomat,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2020)
  8. (fi) Matti Helminen, « Kuuluiko soopeli Suomen eläimistöön », sur tut.fi (consulté le 21 octobre 2020)
  9. (fi) Larry Huldén, Oliko soopeli karjalainen turkiseläin?, Jyväskylä, , p. 176-178
  10. rarement usité noki signifie suie et nokia est son génitif pluriel
  11. (fi) « Nokian historia », ville de Nokia (consulté le 21 octobre 2020)
  12. (fi) Urpo Lankinen, « Nokia », sur everything2.com (consulté le 21 octobre 2020)
  13. Propriété de Svenska Cellulosa Aktiebolaget en 2015.
  14. (fi) « Ystävyyskaupunkitoiminta », Ville de Nokia (consulté le 5 janvier 2019)
  15. a b et c « Ystävyyskaupunkitoiminta », Nokia (consulté le 20 octobre 2020)
  16. « http://karlstad.se/kommun-och-politik/internationellt-arbete/vanorter/kort-fakta-om-karlstads-vanorter-och-twin-cities/ »