Nicolas Genka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'homme politique, voir Eugène Nicolas.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicolas.
Nicolas Genka
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Eugène Nicolas
Naissance
Quimper
Décès (à 71 ans)
Nogent-sur-Marne
Nationalité Français
Allemand
Activité principale
Distinctions
Prix des Enfants-Terribles 1961
Prix Fénéon 1964
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Nicolas Genka, né Eugène Nicolas le à Quimper et mort le à Nogent-sur-Marne, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un Breton et d'une Allemande nommée Höhn[1], Nicolas Genka naît le à Quimper[2]. Français par son père, il dispose également de la nationalité allemande[3]. Il a une sœur, Renée[4].

Il vivra une enfance difficile, son père devenant alcoolique et sa mère perdant la raison et mourant en 1951[4]. La même année, à 14 ans, il part vivre chez un oncle russe à Douarnenez[4].

L'Épi monstre[modifier | modifier le code]

Nicolas Genka fait son entrée en littérature avec L’Épi monstre, roman centré sur l’inceste père-fille, écrit à son retour de la guerre d’Algérie. Préfacé par Marcel Jouhandeau, le livre est édité par Françoise d'Eaubonne chez Julliard.

Publié en , L’Épi monstre connaît un certain succès de librairie avant d’être interdit par le ministère de l’Intérieur par un arrêté du [5]. Il devait être à l’origine traduit par Pier Paolo Pasolini, Yukio Mishima et Vladimir Nabokov, des parrainages significatifs.

Jean Cocteau lui décerne le prix des Enfants-Terribles, créé pour l’occasion. Cet ouvrage vaut également à son auteur de voir sa maison en Bretagne mise à sac et un procès par son beau-frère qui l’accusa d’avoir écrit non pas un roman mais une autobiographie[6]. À partir de 1999, date de sa réédition, le livre semblait toléré, sans toutefois que l’arrêté d’interdiction n’ait été abrogé[7] ; il ne le fut que par un arrêté du 25 juillet 2005[8], à la suite d'une décision d'annulation du Conseil d'État du 27 juin 2005[9].

Jeanne la pudeur[modifier | modifier le code]

En 1964, Nicolas Genka publie Jeanne la pudeur, soutenu par Louis Aragon et Jean Paulhan. Il obtient le prix Fénéon. En 1968 paraît L’Abominable Boum des entrepôts Léon-Arthur.

Par la suite, Nicolas Genka se retire en Beauce et cesse de publier pour une longue période.

Dernières années[modifier | modifier le code]

En 1999, Nicolas Genka est redécouvert lorsque L’Épi monstre et Jeanne la pudeur sont réédités. En 2001 devait paraître son quatrième ouvrage, Les Premières Maisons de la ville, supposé constituer le premier tome d’un cycle romanesque de neuf romans, intitulé Sous l’arbre idiot, qu'il avait rédigé tout au long des trente années de son isolement ; il n'est jamais sorti ni aucun des autres romans de la fresque.

Il meurt le à Nogent-sur-Marne, à l’âge de 71 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Genka (préf. Marcel Jouhandeau), L'Épi monstre : roman, Paris, Julliard, (réimpr. 1999), 191 p. (ISBN 2912969034, notice BnF no FRBNF33023130)
  • Nicolas Genka, Jeanne la pudeur : roman, Paris, Julliard, (réimpr. 1999 ; 2001), 207 p. (notice BnF no FRBNF33023131)
  • Nicolas Genka, L'Abominable Boum des entrepôts Léon-Arthur, Paris, Christian Bourgois, , 93 p. (notice BnF no FRBNF33023129)

Autres[modifier | modifier le code]

  • Max Wechsler et Nicolas Genka (préf. Pierre Gaudibert), Max Wechsler, peintures : Musée d'art moderne de la ville de Paris, animation, recherche, confrontation, novembre-décembre 1968, suivi d'un poème de Nicolas Genka, Paris, Musée d'art moderne de la ville de Paris, , 50 p. (ASIN B0000DPVEQ)
    Le poème en question se nomme « Narimasu ».
  • Yves Lenoir et Nicolas Genka, Narimasu ou La Jeune Fille et la Mort, précédé du Retour d'Ariane, Paris, L'Île verte, , 78 p. (ISBN 2912617022, présentation en ligne)

Prix[modifier | modifier le code]

  • Prix des Enfants-Terribles pour L’Épi monstre
  • Prix Fénéon pour Jeanne la pudeur

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]