Pierre Gaudibert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Gaudibert ( - ) est un conservateur, un critique d'art et un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 3 mars 1928 à Paris, Pierre Gaudibert est animateur culturel dans le 15e arrondissement de Paris au début des années 1960[1], avant de devenir conservateur au Musée d'art moderne de la Ville de Paris en 1966[2]. Il y créé en janvier 1967 l'A.R.C. (Animation - Recherche - Confrontation), un des premiers départements d'art contemporain en France[3].

Proche des philosophes Louis Althusser et Gilles Deleuze, et de Félix Guattari, il s'intéresse à l'art conçu comme un terrain expérimental, où l'engagement politique fait partie intégrante de l'action culturelle. Il accueille ainsi à l'A.R.C. en juin 1966 une exposition préfacée par le critique Gérald Gassiot-Talabot, « Le Monde en question ou 26 peintres de contestation ». Cherchant à attirer de nouveaux publics, et en particulier la classe moyenne, Pierre Gaudibert met en œuvre une offre muséale à la fois participative et pluridisciplinaire, introduisant la musique, la poésie, la danse, le théâtre, le cinéma au sein de l'A.R.C.[4] À la suite des incidents lors de l'exposition « 72-72 », organisée par le Président Georges Pompidou, à laquelle Pierre Gaudibert avait refusé de participer, celui-ci démissionne de son poste au Musée d'art moderne de la Ville de Paris.

Pierre Gaudibert publie plusieurs ouvrages engagés comme Action culturelle : intégration et/ou subversion en 1972 et De l'ordre moral en 1973. Sur le modèle des Kunsthalle allemandes, il impulse en 1977 la création à Grenoble du Centre d'Art Contemporain, Le Magasin, qui sera lancé par Jacques Guillot[5].

Son intérêt se porte ensuite sur l'art contemporain africain, dont il devient un des plus importants spécialistes. Responsable du Musée des arts africains et océaniens de Paris, il publie, en 1991, L'art africain contemporain. Pierre Gaudibert est mort le 17 janvier 2006.

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Ingres, Paris, Flammarion, 1970    
  • Musées d'art moderne ou musées comportant une section importante d'art moderne, Paris, Peuple et culture, 1971, 72 p.
  • Action culturelle : intégration et/ou subversion, 1972, Tournai, Casterman, 139 p.
  • De l'ordre moral, Paris, Bernard Grasset, 1973, 148 p. (notice BnF no FRBNF35190422)
  • Du culturel au sacré, Tournai, Casterman, 1981, 163 p. (ISBN 2-203-23174-2)
  • Cremonini  : douze ans de peinture, 1970-1982 [exposition, Musée de Grenoble, 14 avril-6 juin 1983], Grenoble, Musée de Grenoble, 1983.
  • L'Arène de l'art, avec Henri Cueco, Paris, Éd. Galilée, 1988 
  • Ipoustéguy, Paris, Ed. Cercle d'art, 1989 
  • L'art africain contemporain, Paris, Ed. Cercle d'Art, 1991  (ISBN 2-7022-0298-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pierre Gaudibert. Le conservateur et critique d'art est décédé le 17 janvier à Paris. », sur Jeune Afrique, (consulté le 22 janvier 2015)
  2. « Mlle Cacan est nommée conservateur du Petit Palais », sur Le Monde,
  3. « Pierre Gaudibert, écrivain et critique d'art », sur Le Monde, (consulté le 22 janvier 2015)
  4. « L'ARC - Animation - Recherche - Confrontation », sur Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris (consulté le 22 janvier 2015)
  5. Hélène Lallier, « Le Magasin de Grenoble », Archistorm,‎ (lire en ligne)