Neige visuelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Effet de la neige visuelle

La neige visuelle, appelée « visual snow » en anglais, est un phénomène visuel persistant faisant apparaître de nombreux petits points clignotants dans le champ de vision, de manière continue et quel que soit le degré de luminosité perçu.

Les personnes qui en souffrent décrivent un voile neigeux semblable à celui produit par une télévision à tube cathodique mal réglée. Le symptôme est plus marqué dans la pénombre, mais peut être vu dans toutes les conditions d'éclairage et persiste les yeux fermés. La densité, ainsi que luminosité des points varient d'une personne à l'autre; dans certains cas, ce phénomène peut affecter sévèrement la vie quotidienne, pouvant rendre difficile voir impossible de simples taches comme lire ou conduire. La neige visuelle est souvent accompagnée d'autres phénomènes optiques ou non (image rémanente, phosphène, corps flottants, migraine, acouphène...) qui perturbent d'autant plus le champ visuel. Elle est décrite comme "incapacitante" et "débilitante" dans la littérature médicale à son sujet.

Peu d'informations sont disponibles à ce sujet, qui est souvent considéré comme une aura visuelle accompagnant une migraine - bien que cette croyance ait été récemment démentie suite à des recherches effectuées sur le sujet. L'ignorance entourant ce sujet est source de nombreuses erreurs de diagnostique.

La neige visuelle est à présent considérée en tant que syndrome à part entière, et non plus en tant que symptôme.    

Causes et recherche[modifier | modifier le code]

En mai 2014, les résultats de la première étude menée sur la neige visuelle décrivent un hypermétabolisme dans le lobule lingual droit du cerveau et le lobe gauche antérieur du cervelet. Il a été suggéré qu'identifier l'endroit précis du dysfonctionnement cérébral menant à ce syndrome pourrait ainsi ouvrir des possibilités quand aux possibles traitements.

La neige visuelle peut se manifester à travers de nombreux phénomènes ophtalmologiques qui peuvent être diagnostiqués grâce à la présence de signes cliniques et le témoignage des personnes touchées.

Lorsqu'elle est sans interruption, la neige visuelle peut être un symptôme additionnel d'un phénomène appelé aura persistante. Il est toutefois important de souligner le fait qu'il existe plusieurs sous-types de migraines, où la douleur peut être absente, et l'aura accompagnante peut ne pas se manifester sous une forme classique de zigzag ou taches visuelles, mais par de nombreuses manifestations neurologiques différentes.

Une inflammation du nerf optique peut parfois être à l'origine de neige visuelle. Différentes maladies (Maladie de Lyme, maladie auto-immune) ont été identifiées par des personnes atteintes de ce phénomène comme causes, mais aucune de ces affirmations n'a été confirmée par la recherche. Cependant, la Maladie de Lyme peut provoquer une inflammation du nerf optique. Il est cependant matière courante pour les personnes atteintes de ne pas pouvoir identifier de cause ayant pu provoquer l'apparition de ce symptôme visuel.

Le rôle des hallucinogènes dans l'étiologie de la neige visuelle n'a pas été confirmé. Le syndrome post hallucinatoire persistant, un phénomène causé par l'usage de drogues hallucinatoires, y est parfois relié. Cependant, le lien entre ces deux symptômes ainsi que l'étiologie et la prévalence du syndrome post hallucinatoire persistant sont controversés.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Diagnostique actuel pour le syndrome de la neige visuelle:

  • Les symptômes ne sont pas obligatoirement reliés à une migraine accompagnée d'aura visuelle
  • Les symptômes ne sont pas attribués à un autre désordre (ophtalmologique, surconsommation de drogue)

Comorbidité[modifier | modifier le code]

La migraine ainsi que la migraine accompagnée d'aura sont communément expériences de pair avec le phénomène de neige visuelle. Cependant, les migraines peuvent être source d'aggravation des symptômes additionnels présents. Ce phénomène pourrait être un bias poussant les personnes atteintes de neige visuelle et de migraines à participer aux études menées, à cause de la souffrance et l'impairment additionnels causés par cette comorbidité.

Traitements[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de traitement établi pour le syndrome de neige visuelle, bien qu'un traitement pharmacologique semble être la meilleure option. Il est difficile de soigner ce syndrome avec un traitement classique, mais il est possible de réduire les symptômes et d'améliorer la qualité de vie des personnes atteintes.

Concernant le syndrome post hallucinatoire persistant, le clonazépam est recommandé. Pour les migraines accompagnées d'auras persistantes, l'acetazolamide, l'acide valproïque ou encore la lamotrigine sont communément administrés.    

Pour la neige visuelle à proprement parlée, la lamotrigine a été testée avec un certain succès.[1]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]