Nathacha Appanah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nathacha Appanah
Naissance
Mahébourg, île Maurice
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Nathacha Appanah née le à Mahébourg, île Maurice, est une journaliste et romancière mauricienne qui vit en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ayant le créole mauricien comme langue maternelle, Nathacha Devi Pathareddy Appanah, dont la famille descend d'engagés indiens immigrés à Maurice, écrit en français[1]. Elle travaille d'abord à l'île Maurice comme journaliste pour Le Mauricien et Week-End Scope. Elle s'installe en 1998 en France, où elle poursuit sa carrière de journaliste dans la presse écrite et en radio. Ses articles sont publiés dans Géo Magazine, Air France Magazine, Viva Magazine et elle fait des reportages pour la Radio suisse romande, RFI, France Culture.

Son premier roman, Les Rochers de Poudre d’Or[2], publié en 2003 aux Éditions Gallimard raconte l’épopée des travailleurs indiens venus remplacer les esclaves dans les champs de canne à sucre à l’île Maurice. Son deuxième roman Blue Bay Palace (Gallimard, 2004) a pour cadre un hôtel de luxe pour touristes, qui cristallise les différences de classe, de caste, à travers l'histoire d'amour impossible d'une jeune employée pour le fils du patron.

Dans La Noce d'Anna, publié en 2005 aux éditions Gallimard, la narratrice, tout en vivant la journée du mariage de sa fille, Anna, s’interroge sur la transmission entre mère et fille.

Le Dernier Frère, publié en 2007, aux éditions de l’Olivier, raconte l’histoire de Raj, un garçon mauricien et de David, un jeune juif qui se retrouve enfermé à la prison de Beau-Bassin pendant la Seconde Guerre mondiale[3]. Il a reçu plusieurs prix littéraires dont le prix du roman Fnac 2007, le prix des lecteurs de L'Express 2008, le Prix Culture et Bibliothèques pour tous, le prix de la Fondation France-Israël. Il a été traduit dans plus de quinze langues.

En 2013, les éditions Payot ont publié Indigne d'Alexander Maksik, le roman qu'elle a traduit de l'américain.

En attendant demain, paru aux éditions Gallimard en 2015, et qui se déroule en France, penche du côté du thriller psychologique, en décrivant l'emprise d'une femme sur un jeune couple avec enfant.

Paru en 2016, son roman Tropique de la violence est issu de l'expérience[4] de son séjour à Mayotte où elle découvre une jeunesse à la dérive[5]. Ce livre figure dans la première sélection du prix Goncourt[6] (mais également du prix Femina et du prix Médicis) et remporte finalement le tout premier prix Femina des lycéens[7], le premier Prix Patrimoines 2016[8], le Prix France Télévisions 2017[9], le Prix du roman métis des lecteurs 2017 et le Prix du roman métis des lycéens 2017[10].

En 2018 paraît Une année lumière, recueil de chroniques parues dans le journal La Croix en 2017, qui portent à la fois sur son métier d'écrivain et sur ses origines mauriciennes[1].

Son dixième roman, Le ciel par-dessus le toit, est édité en 2019[11]. Il figure sur la première sélection du prix Goncourt 2019[12].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Le Dernier Frère. Traduction de l'anglais de The Last Brother par Geoffrey Strachan
  • 2014 : Indigne. Traduction de l'anglais de You Deserve Nothing par Alexander Maksik
  • 2014 : Le voyage de Ruth - La Mama d'Autant en emporte le vent. Traduction, avec Aurélien Blanchard, de l'anglais de Ruth's Journey: A Novel of Mammy from Margaret Mitchell's Gone with the Wind par Donald McCaig
  • 2018 : En attendant demain. Traduction de l'anglais de Waiting For Tomorrow par Geoffrey Strachan

Distinctions[modifier | modifier le code]

Jury

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-François Staszak, « Nathacha Appanah, tropisme des tropiques », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. D'après le village de Poudre d'Or au bord de l'océan
  3. Sur le contexte historique, on peut lire Jewishtraces, Une île lointaine [1] et Michèle Ash, Les prisonniers de l’île Maurice [2]
  4. Christine Marcandier, « Nathacha Appanah : « La marche du monde et on ne peut lui échapper, c’est aller vers l’ailleurs » », sur DIACRITIK, (consulté le 22 juin 2017)
  5. Valérie Marin la Meslée, « Nathacha Appanah : "Si je venais des Comores, je ferais la même chose" », lepoint.fr, (consulté le 26 août 2016)
  6. « L'académie Goncourt dévoile sa première sélection… sans surprise », lci.fr, (consulté le 21 septembre 2016)
  7. Nathacha Appanah, prix Femina des lycéens par Mohammed Aissaoui dans Le Figaro du 7 décembre 2016.
  8. a et b « Nathacha Appanah, première lauréate du prix Patrimoines », article du site livreshebdo.fr du 19 septembre 2016.
  9. a et b « Nathacha Appanah et Patrizia Paterlini-Bréchot lauréates des Prix France Télévisions 2017 », sur Livres Hebdo, (consulté le 23 mars 2017)
  10. a et b « [PHOTOS/SAINT-DENIS] Prix du Roman Métis des lycéens : Nathacha Appanah récompensée », Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2018)
  11. « Nathacha Appanah enchante la rentrée littéraire 2019 avec "Le ciel par-dessus le toit", son 10e roman », sur Franceinfo, (consulté le 25 août 2019)
  12. « [Goncourt 2019] "Le ciel par-dessus le toit" de Nathacha Appanah chez Gallimard », sur Livres Hebdo (consulté le 5 septembre 2019)
  13. « critiquesLibres.com : critiques de livres », sur www.critiqueslibres.com (consulté le 21 octobre 2016)
  14. Liste des prix sur prix-litteraires.net
  15. « Le premier prix Femina des lycéens attribué à Nathacha Appanah pour "Tropique de la violence" », sur La Première,
  16. Le Prix Patrimoines BPE 2017, sur le site officiel bpe.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]