Napoléon-Hector Soult de Dalmatie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Napoléon-Hector Soult de Dalmatie
Image dans Infobox.
Fonctions
Maire de Changy (d)
-
Député de l'Hérault
-
Ambassadeur de France en Prusse
-
Ambassadeur de France
Royaume de Sardaigne
à partir de
Député du Tarn
-
Conseiller général du Tarn
-
Ambassadeur de France aux Pays-Bas
-
Ambassadeur de France en Suède
-
Titre de noblesse
Duc de Dalmatie
Biographie
Naissance
Décès
(à 55 ans)
Paris
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Famille
Père
Mère
Louise Berg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Marie Desprez (d)
Moïna de Salligny de San-Germano (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Geneviève Soult de Dalmatie
Louise Soult de Dalmatie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Château de Changy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parti politique
Grade militaire
Conflit
Distinctions

Napoléon-Hector Soult, duc de Dalmatie (, Paris - , Paris), est un militaire, diplomate et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

La maréchale Soult, duchesse de Dalmatie, avec ses deux enfants, Napoléon-Hector et Josephine-Louise.

Fils du maréchal Soult et de Jeanne-Louise-Élisabeth Berg, Napoléon-Hector Soult entre à l'École polytechnique en 1819, en sortit à l'École d'application d'état-major en 1821, accompagna comme aide de camp le maréchal Maison lors de l’expédition de Morée en 1828 et reçut, à son retour, la croix d'honneur.

Après la Révolution de Juillet, Hector Soult, qui était alors capitaine, renonça au métier des armes et entra dans la diplomatie. Il fut nommé en 1831 ministre plénipotentiaire à Stockholm, d'où il passa à La Haye en , à Turin en 1839, puis en Prusse de 1843 à 1849. Il fut fait grand-officier de la Légion d'honneur en 1843.

Membre du Conseil général du Tarn pour le canton de Saint-Amans-Soult entre 1833 et 1858, il fut député du Tarn du au 1848, puis de l'Hérault du au .

Il siégea dans la majorité conservatrice, vota toutes les lois agréables au pouvoir sous la Monarchie de Juillet, prit place à droite à l'Assemblée législative et opina avec la majorité monarchiste pour l'expédition de Rome, pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement et pour la loi restrictive du suffrage universel.

Le coup d'État du 2 décembre 1851 mit fin à sa carrière politique au niveau national. Il devient ensuite maire de Changy-les-Bois, dans le Loiret, de 1852 à 1857.

Il était propriétaire du château de Changy.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Il épouse en premières noces Moïna de Salligny de San-Germano, fille du duc Charles Saligny de San-Germano, puis en secondes noces Marie Desprez, fille du général François-Alexandre Desprez. Il a de cette dernière :

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]