Nachtigall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le bataillon Nachtigall (« Rossignol », en français) était la première unité étrangère de la Wehrmacht, elle fut créée peu de temps avant l'opération Barbarossa par le Hauptmann Professeur Theodor Oberländer. Le bataillon Nachtigall est avec le bataillon Roland, une des composantes de la légion ukrainienne.

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Le 25 février 1941, à la suite de tractations avec le chef de l'Abwehr Wilhelm Canaris, Stepan Bandera reçoit au nom de l'OUN la promesse de deux millions et demi de marks pour former la Légion ukrainienne et délègue à Roman Choukhevytch le commandement du bataillon Nachtigall[1] dont l'effectif comprenait 350 personnes toutes d'origine ukrainienne. C'est une des unités du régiment école Brandebourg, qui regroupe alors tous les commandos de la Wehrmacht. Presque tous les documents la concernant ont été détruits.

Le 8 mai, la somme convenue versée, l'unité de Roman Choukhevytch devient, sous le contrôle d'un officier de liaison, le futur ministre des réfugiés de Konrad Adenauer Theodor Oberländer[2], le bataillon Nachtigall[1], jumeau du bataillon Roland basé en Autriche. Ce nom de rossignol a été choisi en référence aux chants grandioses de ses soldats qui « auraient pu en remontrer à toute chorale de cosaques du Don »[2]. Durant l'hiver, l'entrainement au camp de Liegnitz[2] en Silésie a été émaillé d'incidents entre soldats ukrainiens et sous-officiers allemands.

Opération[modifier | modifier le code]

Le bataillon se distingua lors de la prise de Lviv la nuit du dimanche 29 juin dans la place abandonnée par l'armée rouge[2].

En représailles des exécutions des prisonniers par le NKVD[3], deux progroms, le 30 juin et le 25 juillet 1941 à Lviv, seront déclenchés sans discontinuer durant quatre semaines, 4000 juifs seront tuées[4]. Le 30 juin, ce sont les hommes du bataillon Nachtigall, qui rassemblent un demi millier de Juifs, qu'ils ont arrêtés dans la rue à des barrages de contrôle[5] ou à domicile[6]. Ils sont aidés par des civils portant un brassard, qui seront organisés ultérieurement, le 1er août, en un corps de police auxillaire, l'UP. Les personnes arrêtées sont réquisitionnées pour porter les cadavres hors des cellules[5],[6]. Une fois le travail accompli, elles subissent le supplice de la course des piques. Sur ordre d'un officier, elles sont battues à mort entre deux rangs de baïonnettes ukrainiennes[6].

Le même jour, un millier de Juifs est livré aux injures et aux coups d'une foule[7] qui couvre de fleurs les soldats allemands en acclamant Hitler et Bandera[2]. La participation de la population et l'enthousiasme des participants sont surveillés[8], ce qui traduit une politique calculée de terreur. L'autorité abolit les ultimes freins de la conscience individuelle que sont les règles morales en manipulant et confondant victimes et bourreaux. La foule est invitée impérieusement à une manifestation festive qui culmine par un massacre.

Sept mille arrestations[7] sont conduites systématiquement dans les semaines suivantes à partir de listes préparées de longue date par le Sicherheitsdienst. Jusqu'à son départ vers l'est pour Ternopil le 7 au matin, le bataillon Nachtigall, jusque là principalement affecté à la garde de marchandises[2], participe à ces arrestations[9]. Environ trois mille des personnes interpellées seront exécutées dans le stade municipal[10].

Le bataillon Nachtigall a aussi commis des massacres contre juifs et les polonais de la ville de Zloczow[11].

Dissolution de l'unité[modifier | modifier le code]

Dès le mois de juillet, l'annonce du rattachement au 1er août 1941, quoique dans une situation militaire encore incertaine, de la Galicie au Gouvernement général de Pologne a annihilé les espoirs d'une Ukraine indépendante et suscité des désertions dans l'unité. Le bataillon reste à Vinnytsia, où l'amiral Canaris mène une enquête sur les désertions[12]. Celui-ci décide le 30 juillet de rapatrier l'unité à Cracovie et la désarmer.

Le 15 août 1941, le bataillon Nachtigall est reversé au Schutzmannschaft[13], dont le commandement supérieur appartient à la Waffen SS. L'uniforme de la Wehrmacht est troqué pour celui de la gendarmerie polonaise. Roman Choukhevytch y prend le poste de capitaine de la première compagnie du 201e bataillon que commande le major polonais Eugène Pobihuchtchy sous le contrôle d'un officier de liaison du SD, Wilhelm Mocha[14]. La mission de cette unité est de mater la résistance ukrainienne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b S. Chuyev, Ukrainskyj Legion, p. 179-184, Moscou, 2006.
  2. a, b, c, d, e et f Oberländer : Nachtigall in Lemberg“, in Der Spiegel, 24 février 1960.
  3. Y. Nakonechny, Шoa у Львові, p. 143, Bibliothèque scientifique V. Stefanyka - NAN, Lviv, 2004
  4. G. Motyka, Ukraińska partyzantka, 1942-1960, p. 98, Rytm pour Institut d'études politiques de Académie polonaise des sciences, Varsovie, 2006, (ISBN 83-7399-163-8).
  5. a et b Eliahu Jones, Témoignage, cité in Der Spiegel, op. cité.
  6. a, b et c A. Goldberg, Témoignage, cité in Der Spiegel, op. cité.
  7. a et b Chef local du SD, Alerte événement URSS no 24, cité in Der Spiegel, op. cité.
  8. Cn. Liphshiz, French priest interviews Hitler's willing executioners in Ukraine. Father Patrick Desbois was a member of Pope Benedict XVI's entourage in Israel last week., Haaretz, Tel Aviv, 18 mai 2009.
  9. T. Segev, Simon Wiesenthal, p. 369, Siedler (en), Berlin, 2010.
  10. R. Breitman, Himmler and the "Terrible Secret" among the Executioners, in Journal of Contemporary History, vol. XXVI, no. 3 & 4 "The Impact of Western Nationalisms : Essays Dedicated to Walter Z. Laqueur on the Occasion of His 70th Birthday", p. 431-451, septembre 1991.
  11. Nazi Europe and the Final Solution de David Bankier et Israel Gutman page 267
  12. H. Raschhofer (de), Der Fall Oberländer, p. 20, Fritz Schlichtenmayer, Tübingen, 1962.
  13. I. Kazymyrovych Patryliak, Військова діяльність ОУН(Б) у 1940—1942 роках., p. 361-362, Institut d'histoire ukrainienne de l'université Chevtchenko - NAN, Kiev, 2004.
  14. I. Kazymyrovych Patryliak, Військова діяльність ОУН(Б) у 1940—1942 роках., p. 371-282, Institut d'histoire ukrainienne de l'université Chevtchenko - NAN, Kiev, 2004.