Musée grenoblois des sciences médicales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée grenoblois des sciences médicales
Image dans Infobox.
Informations générales
Type
Ouverture
Dirigeant
Sylvie Bretagnon
Site web
Collections
Collections
peinture, sculpture, dessins, instruments médicaux, lecture
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
site du CHU, rue du musée, La Tronche
Coordonnées
Localisation sur la carte de Grenoble
voir sur la carte de Grenoble
Red pog.svg

Le musée grenoblois des sciences médicales est le musée du centre hospitalier universitaire Grenoble-Alpes situé sur le campus santé à La Tronche.

Il est installé dans l'ancienne chapelle de l'Asile des Vieillards construite en 1894, du nom de l'ensemble pavillonnaire dans lequel elle se situe. Elle recevra par la suite le nom de chapelle des tuberculeux.

Origines[modifier | modifier le code]

Le musée grenoblois des sciences médicales créé en 1992[1], se trouve au cœur du centre hospitalier, ce qui en fait un lieu insolite. La gestion du musée a été confiée à une association loi de 1901 en collaboration avec le Centre hospitalier universitaire.

Il accueille des expositions temporaires et retrace le développement de la médecine, des instruments médicaux, et des infrastructures hospitalières.

Un des objectifs du C.H.U. de Grenoble et une des missions du Musée des sciences médicales sont de montrer la richesse de l'hôpital, la grande diversité culturelle de cette institution, mais aussi de faire évoluer les mentalités et casser les idées reçues, faire de l'hôpital un lieu comme un autre. Il s'agit, en somme de montrer ce qu'a été l'hôpital de Grenoble, ce qu'il est aujourd'hui, à la fois conforme à d'autres hôpitaux, mais spécifique en raison de son implantation hors de la ville centre.

À noter que tout près de l'entrée du musée, est exposé le fronton de l'ancien hôpital civil de Grenoble, transféré en 1913 de l'avenue Félix-Viallet de Grenoble vers La Tronche. Ce fronton est l'œuvre du sculpteur grenoblois Aimé Charles Irvoy.

Expositions temporaires[2][modifier | modifier le code]

  • De la charité aux soins, l’histoire de l’hôpital à Grenoble (1996-1997)
  • Médecine et secours en montagne (1998-1999)
  • Mémoire de soignant, les grandes étapes qui ont marqué les pratiques médicales au XXe siècle (2001-2002)
  • hommage au professeur Jean-Marie Champetier (2003)
  • Infirmière, une profession à l'Hôpital (2004)
  • Vaincre la tuberculose (2004-2005)
  • De la mesure à la robotique (février à )
  • Le corps (2008)
  • L'hôpital, évolutions et mutations, 1850-2009 de mars à )
  • Parkinson créativité ( au )
  • Technologie et médecine 1900-1960 (2013)
  • Peintures d'Honoré Chatard, peintre dauphinois et dermatologue ()
  • Dominique Villars, botaniste médecin en Dauphiné (1745-1814) (janvier à )[3]
  • La pharmacie de l'hôpital de Grenoble à l'aube du XXe siècle (mars à )[4]

Accès[modifier | modifier le code]

En voiture, le parking Dauphiné est gratuit pendant une heure. Le musée est desservi par la ligne B du tramway de Grenoble.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Bordier, La médecine à Grenoble : notes pour servir à l'histoire de l'École de médecine et de pharmacie, Grenoble, Imprimerie Rigaudin, 1896, 295 p.
  • Henri Daudignon, Hôpitaux de Grenoble, Grenoble, éditions de la Société de Presses alpines, 1972, 89 p.
  • Paul Dreyfus, La faculté de médecine de Grenoble, 1990, 172 p.
  • De la charité aux soins : l'histoire de l'hôpital à Grenoble, Grenoble, Musée grenoblois des sciences médicales, 1996, 20 p.
  • « Histoire des hôpitaux de Grenoble », in L'Hospitalier no 61, , CHU de Grenoble, p. 1-15.
  • Médecines et secours en montagne, Grenoble, Musée grenoblois des sciences médicales, 1998, 109 p.
  • Vaincre la tuberculose, un fléau en Isère au XXe siècle, Grenoble, Musée grenoblois des sciences médicales, 2004, 91 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]