Musée d'ethnographie de Genève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée d'ethnographie de Genève
Ethno Museum Geneva.JPG

Façade du nouveau bâtiment du musée d'ethnographie de Genève

Informations générales
Surface
2 000 m2 dédiés aux collections
Site web
Collections
Collections
Ethnographie
Nombre d'objets
70 000 objets et plus de 300 000 documents
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Commune
Adresse
65, boulevard Carl-Vogt
1205 Genève
Coordonnées
Localisation sur la carte du canton de Genève
voir sur la carte du canton de Genève
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Genève
voir sur la carte de Genève
Red pog.svg

Le musée d'ethnographie de Genève (abrégé MEG) est un musée suisse situé à Genève et dédié à l'ethnographie, lauréat du prix du musée européen 2017[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Inauguré le , il est fondé à l'initiative du professeur Eugène Pittard qui fonde également une chaire d'anthropologie à l'université de Genève. Il s'installe d'abord dans la villa de Mon Repos. Pittard y réunit des collections publiques et privées, principalement les collections ethnographiques du musée archéologique et du musée Ariana, la collection du musée de la Société des Missions évangéliques et des armes du Musée historique genevois.

En 1939, le musée déménage et rouvre dans le bâtiment désaffecté de l'école primaire du Mail situé au boulevard Carl-Vogt. Ouvert le , il y cohabite avec le département d'anthropologie de l'université jusqu'en 1967. Le bâtiment est agrandi en 1949 puis la ville acquiert en 1975 la villa Lombard qui devient l'annexe de Conches.

En 1995, un concours d'architecture prévoit l'implantation d'un nouveau musée à la place Sturm mais le plan est refusé par référendum le . Dès lors, la ville envisage la rénovation et l'extension du bâtiment à son emplacement actuel. Le projet est approuvé à l'unanimité par le Conseil municipal le [2] et par le people le [3].

Le nouveau bâtiment du MEG, en forme de pagode, est inauguré le 31 octobre 2014, au terme d'un chantier d'une durée de quatre ans. Il s'agit d'une réalisation du bureau Graber Pulver Architekten AG, en collaboration avec le bureau ACAU, associé au bureau d'ingénieurs civils Weber + Brönnimann AG. Les salles d'exposition, ainsi qu'un auditorium se trouvent en sous-sol; le rez-de-chaussée accueille une cafétéria, une boutique, ainsi que la billetterie. Dans les étages, des ateliers de restauration et de médiation culturelle, ainsi que la bibliothèque qui porte le nom d'une mécène, Marie Madeleine Lancoux. Dans la bibliothèque, se trouve un espace permettant d'écouter de la musique du monde entier. L'ancien bâtiment a également été rénové. Une esplanade arborée s'étend entre les trois constructions qui forment cet ensemble: l'ancien et le nouveau bâtiment, ainsi qu'une école primaire[4].

Le musée est inscrit comme bien culturel d'importance nationale et a remporté le prix du musée européen en avril 2017.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2017, le MEG s’est vu attribué le prix 'EMYA' (European Museum of the Year Award, prix du musée européen), la plus haute distinction pour un musée européen[réf. nécessaire]. Le MEG a été récompensé en 2015 d’un Red Dot Award par le Design Zentrum Nordrhein Westfalen pour la qualité et l’originalité de la scénographie de son exposition permanente.

Collections[modifier | modifier le code]

Casque japonais du XVe siècle.

Aujourd’hui deuxième musée de Suisse par l’importance de ses collections[réf. nécessaire], le MEG conserve 70'000 objets provenant de 1500 cultures de toute la planète et plus de 300'000 documents témoins des civilisations traditionnelles des cinq continents. Le MEG a fait le choix d’exposer dans le parcours permanent 1 000 pièces qui ont fait l’objet d’une sélection.

Faisant écho à l’Arche de Noé, le plateau flottant de l’entrée de l’exposition permanente regroupe des objets exotiques, des objets d’art perçus pour leur valeur marchande ou encore des objets récoltés par des missionnaires et scientifiques. À son côté, l’installation vidéo magistrale de l’artiste contemporain Ange Leccia prend forme, comme un sablier définissant le temps autour du motif universel de la mer, qui se rencontre dans tous les continents. Les œuvres d’Ange Leccia sont présentes dans de nombreux musées internationaux.[réf. nécessaire]

Afrique[modifier | modifier le code]

Entre les masques et les sculptures, quelques œuvres en deux dimensions. Elles sont signées par des artistes précurseurs du grand courant d’art pictural africain, peintres et dessinateurs : fresque politique de Bähaylu (Éthiopie), toiles de Rajonah, artiste malgache du début du XXe siècle, ou encore l’aquarelliste congolais Albert Lubaki, dont on exposa les œuvres colorées en Europe dans les années 1920 et 1930. Le célèbre[réf. nécessaire] artiste camerounais Ibrahim Njoya (1890-1960) est aussi représenté par plusieurs de ses grands dessins historiques[Quoi ?].

Asie[modifier | modifier le code]

Fonds d’objets en provenance du Japon et collection de sculptures d’Inde du Sud. Le bodhisattva (chinois) de la compassion Avalokitasvara, avec ses 190 cm de hauteur.

Amériques[modifier | modifier le code]

Jarre en forme de tête humaine (Pérou, entre IIIe et IVe siècles).

Des objets précolombiens ou de cultures amazoniennes. Mais aussi des objets en provenance du Grand Nord, comme ce seau cérémoniel finement décoré provenant d’une société Inuit et qui était utilisé lors de la chasse à la baleine.

Océanie[modifier | modifier le code]

La Nouvelle-Guinée et l’Australie sont représentées. Eugène Pittard considérait la cape en plume ‘ahu’ula’ comme la pièce la plus précieuse de son musée[réf. nécessaire]: elle est composée de milliers de petites plumes d’oiseaux qui vivaient dans les îles Hawaï. Portée par le chef à l’occasion de cérémonies ou de combats, elle était supposée avoir un pouvoir protecteur.

Europe[modifier | modifier le code]

Le Vieux Continent n’est pas oublié : déjà Pittard avait œuvré pour que des objets issus des cultures populaires européennes figurent à l’inventaire. Grâce[non neutre] aux collaborations et aux échanges scientifiques, le département conserve des collections issues de 46 pays ou aires culturelles, les Balkans et l’arc alpin étant représentés : un objet en provenance des Grisons  : un traîneau pour enfant, sculpté et peint comme une figure de manège.

L'ethnomusicologie[modifier | modifier le code]

Nagasvaram ou Nadasvaram (hautbois), Inde, fin du XXe siècle.

Le musée possède un département d’ethnomusicologie doté d’un salon de musique dans la médiathèque, avec l’un des plus importants fonds d’enregistrement de musique du monde[réf. nécessaire] (16’000 heures de musique).

Expositions passées[5][modifier | modifier le code]

  • Sous la griffe du Dragon, Costumes de cour de la dynastie Qing (à la collection Baur) (2004)
  • Another Passage to India (2004)
  • Cent objets - le choix du public (2004)
  • Sans objet - Cent objets (2004)
  • Goulag, le peuple des zeks (2004)
  • Le Musée s'emballe... (rendez-vous hebdomadaire dans les collections) (2003)
  • ...pour les piqués de la Tarentule (2003)
  • ...pour l'«Art et les enfants» (2003)
  • ...pour les fêtes : santons, crèches et jouets (2003)
  • OBJECTIFS TERRE, Photographies de Monique Jacot et Gustave Roud (2003)
  • Fernand Grébert au Gabon (1913-1932) (2002)
  • Objets... avez-vous donc une âme ? (2002)
  • Bharatanâtyam, la danse des dieux (2002)
  • Gabès (flèche avec deux pointes gauche-droite) Genève. Sources et ressources d'un Tunisien de Gabès à Genève (2002)
  • Pâtamodlé, l'éducation des plus petits, 1815-1980 (2001)
  • Les otages oubliés, photographies de Zalmaïd Ahad (2001)
  • PAIX, 100e anniversaire du premier Prix Nobel de la Paix à Henry Dunant (2001)
  • Les extrêmes du triangle polynésien, côte à côte. Îles Hawaï, île de Pâques, (2001) Nouvelle-Zélande, 1994-2001 Photographies de Muriel Olesen et Gérald Minkoff George Huebner 1862-1935 : um fotografo em Manaus (Manaus, Brésil)
  • Temps de pause, photographies de Fausto Pluchinotta (2001)
  • Kua et Himba, deux peuples traditionnels du Botswana et de Namibie face au nouveau millénaire (2001)
  • Derrière le miroir, photographies de Jean Mohr (2001)
  • La Reine de Saba - Bilqîs - Mâkedâ : une légende noire et dorée (2001)
  • Peintures murales des monastères bouddhiques du Cambodge (2001)
  • Pygmées : d'un regard à l'Autre (2001)
  • Bons baisers de la Jonction, photographies de Simone Oppliger (2000)
  • George Huebner 1862-1935 : un photographe à Manaus (2000)
  • La Route vers Samarcande, L'Asie centrale dans l'objectif des voyageurs d'autrefois (2000)
  • "Un musée pour une ville monde" (2000)
  • "Mémoire kanak, les bambous gravés de Nouvelle-Calédonie" (au Palais des Nations) (2000)
  • Le mandala du Bouddha de Médecine (2000)
  • Le Monde et son double, Trésors du Musée d'ethnographie de Genève (au Musée Rath) (2000)
  • Vive l'Espérance!: Le Brésil, au regard de 500 ans d'exclusion, photographies de Douglas A. Mansur (2000)
  • La mort à vivre, Petit manuel des rites mortuaires (1999)
  • Le Feu. Feu dévorant, feu domestique, feu sacré (1999)
  • Fremdes Wien et Xenographische Bilder (1999) Photographies de Lisl Ponger
  • Mondes du travail - Images du Sud (1999)
  • Frechal, terre africaine au Brésil. Photographies de Christine Leidgens (1999) Les plis du temps : Science, mythe et Horace Bénédict de Saussure à Annecy Lumières du Tibet à Lyon
  • Mes Arabies, exposition de photographies de Samer Mohdad (Genève - Méditerranée) (1999)
  • L'art et les enfants au Musée d'ethnographie (1999)
  • Fantômes de l'Himalaya (1999)
  • Museums'99 (1999)
  • Diablitos et Carnaval (1999)
  • L'Art brut : de la clandestinité à la consécration (1998)
  • Les plis du temps : Science, mythe et Horace Bénédict de Saussure (1998)
  • Masques Bwaba, masques d'Appenzell : une rencontre (1998)
  • Adieu l'Amazonie (1998)
  • Le Cordel brésilien : Des poèmes pour le peuple (1998)
  • Nicolas Bouvier : «Le vent des routes» (1998)
  • Râgamalâ. Écouter des couleurs, peindre des sons (1998)
  • Objet (1998)
  • En attendant le Prince charmant. L'éducation des jeunes filles à Genève de 1740 à 1970 (1997)
  • Théâtres d'Orient (1997) «Samivel en montage : les visions d'un amateur d'abîmes» à Turin, puis à Chamonix
  • Décider, c'est penser à la septième génération à venir (1997) Photographies de Max Vaterlaus Vivre ensemble à la Jonction Photographies de Simone Oppliger
  • Mémoires d'esclaves (1997)
  • Museum'97 (1997)
  • Freddy Bertrand, 40 ans de photographie de presse à Genève (1997)
  • «La Dech'Art'ge» de Simonet et «Couleurs d'Afrique» de Tchif (1997) Expressions esthétiques contemporaines au Bénin
  • Imageries (1997)
  • Femmes en rouge, l'univers quotidien des femmes Himba (Namibie) (1997)
  • Saris et châles de l'Inde (dans le cadre de Orchidée 97) (1997)
  • Du pays de Vaud au pays du Vaudou, ethnologies d'Alfred Métraux (1996)
  • Polataka, les couleurs de la vie (1996)
  • Samivel en montagne, les visions d'un amateur d'abîmes (1996)
  • Saris et châles de l'Inde (1996)
  • De la Croix au Lotus. L'intinéraire spirituel de Jean Eracle, prêtre et bonze (1996) Les mers du Sud ou l'envers du paradis La vie quotidienne des Amérindiens aux temps précolombiens «Masques du monde» à Martigny
  • Jean Piaget, agir et construire (1996) Aux origines de la connaissance chez l'enfant et le savant
  • La flèche au coeur. Une traversée côte à côte en terre indienne dans le sud-ouest des Etats-Unis (1996) Photographies de Gérald Minkoff et Muriel Olesen
  • «Samivel en montage : les visions d'un amateur d'abîmes» (1996)
  • Autoportraits du Nouveau Monde (collections précolombiennes) (1995)
  • Diversité 95, Genève (1995) Cent masques dans le Pavillon rouge Haut les masques La mosaïque genevoise, modèle de pluriculturalisme ? Musique à la croisée des cultures Des Jumeaux et des autres Quand on a la santé, Genève, 1900-1960 La mort et l'oubli Photographies de Johnathan Watts et Teuvo Lehti «Les secrets d'un almanach» à Martigny
  • L'Amazonie d'une baronne russe. Des Andes à l'Atlantique en 1903 (1994)
  • À vos places! Écoles primaires entre élitismes et démocratie, Genève 1880-1960 (1994)
  • Jouets russes. Collection d'art populaire Anatoly Panine (1994)
  • Trois salles océaniennes d'exposition permanente (1994)
  • Anciennes armes de jet en Afrique au sud du Sahara (1994)
  • Le mandala de Çakrasamvara (1994)
  • Arabiques. Musiques en jeu dans la péninsule (1994) Photographies d'Alain Saint-Hilaire
  • Manu. Biosphère de l'Amazone péruvienne (1994) Photographies d'André et Cornelia Bärtschi
  • La beauté du reste. Confession d'un conservateur de musée (1993)
  • Martín Chambi (1891-1973), photographe des Andes (1993)
  • Thanka de l'Himalaya, images de la sagesse (1993)
  • Fourches en diable au MEG, puis à Annecy (1993)
  • Masques africains, installation du 100e masque (1993)
  • «L'Homme et les Alpes: la traversée des apparences» à Grenoble et à Sion (1993)
  • C'était pas tous les jours dimanche... (1992)
  • Vie quotidienne du monde ouvrier, Genève 1890-1950 (1992)
  • Afriques magiques (1992)
  • Chili indigène (1992)
  • Vies inutiles? Ethnographie d'un couvent (1992) Photographies de Françoise Sautier
  • Le peuple de Raoni (1992) Photographies de Gustaaf Verswijver
  • Vaches d'utopie (1991)
  • Il y a 90 ans, le monde se passionnait pour un biscuit. Biscuits Pernot (1991)
  • Mondes en musique (1991)
  • Armes et armures de l'ancien Japon (1991)
  • «Siwa - Keidas Egyptissä» à Helsinki (1991)
  • Les cahiers au feu... Usages des souvenirs d'école (1990)
  • L'Inde aux mille visages (1987)
  • Égypte, oasis d'Amun-Siwa (1986)
  • La collection Bettina Leopoldo (1986)

Collaborations[modifier | modifier le code]

Le musée collabore avec diverses institutions, dont les Ateliers d'ethnomusicologie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Musée d'ethnographie de Genève reçoit le prix du musée européen 2017 », RTS,‎ (lire en ligne)
  2. Projet d'agrandissement et de rénovation du musée d'ethnographie de Genève (Ville de Genève)
  3. « Votation du 26 septembre 2010 », sur www.ge.ch (consulté le 2 novembre 2017)
  4. Site de la ville de Genève
  5. « MEG », sur www.ville-ge.ch (consulté le 2 novembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]