Marguerite Lobsiger-Dellenbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marguerite Lobsiger-Dellenbach
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directrice
Musée d'ethnographie de Genève
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
100elles 20190625 Rue Marguerite Dellenbach - Rue des Bains 122033.jpg
plaque commémorative

Marguerite Lobsiger-Dellenbach, née Marguerite Dellenbach le et morte en 1993, est une ethnologue, ethnomusicologue et directrice de musée suisse. Elle a dirigé le musée d'ethnographie de Genève de 1952 à 1967[1].

Elle était entre autres spécialiste des bambous kanaks[2], on lui doit d’avoir rassemblé au musée de Genève la deuxième collection la plus importante au monde de ces bambous, après celle du musée du quai Branly[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Marguerite Dellenbach commence à travailler comme secrétaire dactylo d’Eugène Pittard en 1922[2]. Elle se passionne alors pour l’anthropologie et l’archéologie, et devient l’assistante de Pittard, puis sa vice-directrice du MEG entre 1947 et 1952. Lorsque celui-ci part à la retraite, elle lui succède jusqu’en 1967[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle épouse Georges Lobsiger en 1936 ; le couple étudie ensemble certains bambous des collections genevoises ou européennes[4]. Ils publient ensemble quelques analyses à leur sujet[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Lobsiger-Dellenbach, Marguerite », sur www.persee.fr (consulté le 19 août 2018)
  2. a et b Isabelle Leblic, « À propos de Bambous kanak. Une passion de Marguerite Lobsiger-Dellenbach », Journal de la société des océanistes, nos 126-127,‎ , p. 311–317 (ISSN 0300-953X et 1760-7256, DOI 10.4000/jso.1882, lire en ligne, consulté le 19 août 2018)
  3. Roberta Colombo Dougoud, « Les bambous gravés, objets ambassadeurs de la culture kanak », Journal de la Société des Océanistes, nos 136-137,‎ , p. 119–132 (ISSN 0300-953x, DOI 10.4000/jso.6928, lire en ligne, consulté le 31 mai 2020)
  4. a et b (en) Elisabetta Gnecchi-Ruscone et Anna Paini, Tides of Innovation in Oceania, ANU Press (ISBN 978-1-76046-093-8, DOI 10.22459/tio.04.2017, lire en ligne), p. 124-125
  5. Marguerite E. Dellenbach et Georges Lobsiger, « Quelques aspects de l'existence des Néo-Calédoniens d'après leurs bambous gravés », Le Globe. Revue genevoise de géographie, vol. 81, no 1,‎ , p. 33–74 (DOI 10.3406/globe.1942.2998, lire en ligne, consulté le 31 mai 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]