Mursili II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mursili II (écrit aussi Murshili ou Muršili) est un roi hittite du Nouvel Empire qui régna de 1321 à 1295 av. J.-C. (en chronologie courte[1]) [2]. Il était un fils cadet de Suppiluliuma Ier, l'un des souverains les plus puissants de l’époque.

Vie[modifier | modifier le code]

Localisation de Hatti et des principaux sites de l'Anatolie hittite.

Ce prince monta sur le trône après le décès prématuré de son frère Arnuwanda II, qui, comme leur père, avait été victime de l'épidémie (on suppose de peste) qui avait ravagé le Hatti dans les années 1320 av. J.-C.. Il fut accueilli avec mépris par les ennemis de Hatti et dut faire face à de nombreuses rébellions au début de son règne ; Les plus graves furent celles qui avaient été fomentées par les Gasgas des montagnes d'Anatolie, mais aussi par le royaume d’Arzawa dans le sud-ouest de la Turquie. Mursili II était en effet considéré comme un chef inexpérimenté devenu roi seulement par la mort de son frère aîné. Mursili consigne le mépris de ses ennemis dans ses Annales :

« Tu es un enfant, tu ne sais rien et ne suscite aucune crainte de moi. Ta terre est aujourd'hui en ruines, ton infanterie et tes chars de guerre sont peu nombreux. Contre ton infanterie, j'ai beaucoup de fantassins; contre tes chars j’ai beaucoup de chars. Ton père avait beaucoup de fantassins et de chars. Mais toi qui es un enfant, comment peux tu rivaliser avec lui ? »

Bien que Mursili II fut un roi jeune et inexpérimenté, il n’était certainement pas un enfant lorsqu’il monta sur le trône hittite et il devait avoir atteint l'âge d'être capable de gouverner lui-même[3]. S’il avait été un enfant, d'autres dispositions auraient été prises pour assurer la stabilité de l'empire ; Mursili avait deux frères vivants plus âgés qui avaient été vice-rois, respectivement, de Karkemish et d'Alep[3]. Mursili se révéla être plus que l’égal de son père, à la fois dans ses actions militaires et sa diplomatie.

Les Annales des dix premières années de son règne ont été conservées et elles rapportent qu'il a d'abord mené pendant deux années des campagnes punitives contre les tribus Gasgas, afin de sécuriser les frontières nord de son royaume. Il se tourna ensuite vers l'Occident pour résister à l'agression d’Uhha-Ziti, roi d’Arzawa qui tentait de rallier dans son camp les alliés des Hittites. Les Annales ont également révélé que le présage du soleil (une éclipse solaire) eut lieu pendant la dixième année de son règne, alors qu’il était sur le point de lancer sa campagne contre les Gasgas. Il a également affronté les assyriens qui tentaient de profiter de l’effondrement du Mitanni[4]. Il est prouvé que Mursili II régna pendant au moins vingt-deux ans[5], mais on suppose qu'il a vécu quelques années encore et qu'il mourut après un règne de 25 à 27 ans. Son fils Muwatalli II lui succéda, qui combattit le pharaon Ramsès II à Qadesh en 1274 av. J.-C.

Lignage[modifier | modifier le code]

Mursili était peut-être le troisième des fils que Suppiluliuma Ier eut de la reine Henti. Il était le cadet de Arnuwanda II. Il paraît qu'il eut aussi une sœur et un frère puinés.

On sait que Mursili eut de nombreux enfants de sa première épouse Gassulawiya, dont trois fils : Muwatalli II, Hattusili III et Halpasulupi ; une fille nommée Massanauzzi (dont il est fait question, dans une correspondance avec Ramsès II sous le nom de Matanaza) fut donnée en mariage à Masturi, un vassal. Mursili eut plusieurs fils de sa seconde épouse, Tanuhepa, mais leurs noms ne sont pas rapportés par les chroniques connues[6]

Par son fils Muwatalli II, Mursili eut un petit-fils, Mursili III qui régna aussi sur l'empire. Il fut également le grand-père de la reine Maathorneferure et du roi Tudhaliya IV.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

L'arbre généalogique ci-dessous est une reconstruction possible, parmi d'autres, du lignage de la famille royale de l'empire hittite. La nomenclature des souverains, les liens de parenté demeurent obscurs par de nombreux aspects[3],[7],[8].

L’éclipse solaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éclipse de Mursili.

L’éclipse solaire de l’an X du règne de Mursili a une grande importance pour la datation absolue de l'Empire hittite dans la chronologie du Moyen-Orient ancien. Il n'existe que deux dates possibles pour l'éclipse : le 24 juin 1312 ou le 13 avril 1308 avant notre ère. La première de ces date est généralement retenue par les hittitologues[3] ; d'autres suggèrent une date ultérieure[9].

Si la plupart des chercheurs acceptent l’hypothèse d'une éclipse solaire partielle au-dessus du Péloponnèse et de l'Anatolie, où Mursili faisait campagne, le 24 juin 1312 av. J.-C.[10] autour de midi, l'astronomie, en revanche calcule que cette éclipse solaire partielle aurait eu lieu entre 19 et 22 heures. D'autre part, l'éclipse solaire partielle de 1308 a commencé en Arabie et s'est déplacée vers l'est, en direction du nord et elle a atteint son maximum sur la Mongolie et l'Asie centrale ; selon les calculs astronomiques, elle aurait été visible sur l'Anatolie entre 14 et 17 heures. Ces faits sembleraient légitimer, pour l'éclipse de Mursili, la date de 1308[11]. Les vérifications de ces éclipses solaires partielles ont été faites avec le logiciel Stellarium. Toutefois, les spécialistes estiment que les correspondances ont, pour des dates aussi anciennes, des incertitudes (dues, quant aux témoignages, à la localisation précise de l'observation, à la précision de l'heure et, quant aux calculs astronomiques, aux irrégularités de la rotation de la Terre, de l'orbite lunaire, etc.) ; aussi l'écart de quelques heures entre témoignages et calculs ne constitue pas un argument décisif[12].

Références littéraires[modifier | modifier le code]

Mursili II est le personnage principal du manga Anatolia Story/Red River (en) (天は赤い河のほとり : Sora wa Akai Kawa no Hotori) ; il y est dépeint comme un jeune chef romantique. Ce manga raconte une grande partie du règne de Mursili mais se concentre sur les conflits des premières années suivant accession au trône. Bien que les sources historiques de la série datent de l'époque de sa rédaction (1990), elle constitue une fenêtre sur la culture et l'histoire hittite. S'il ne peut-être considéré comme une source historique, ce manga s'appuie cependant sur une riche documentation du règne de Mursili II : conflits avec les Égyptiens; rivalité avec sa belle-mère d'origine babylonienne ; passage de l'âge de Bronze à l'Âge de Fer[13].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir : Chronologie du Moyen-Orient ancien.
  2. Voir [1] en bibliographie, p. xiii.
  3. a, b, c et d Voir [1] en bibliographie.
  4. Voir [5] en bibliographie.
  5. Voir [1] en bibliographie.
  6. Voir en bibliographie [4].
  7. Voir [2] en bibliographie.
  8. Étant donné l'incertitude des connaissances actuelles, on ne s'étonnera pas des désaccords entre cet arbre généalogique et les notices détaillées des rois.
  9. Voir [3] en bibliographie..
  10. Par convention, on ne rétropole pas le calendrier grégorien avant le 15 octobre 1582 de notre ère ; cette date est donc donnée dans le calendrier julien proleptique, c'est-à-dire le calendrier julien rétropolé aux dates antérieures à l'année de son introduction en 45 av. J.-C..
  11. [1]
  12. Voir [6] en bibliographie, le site de l'Observatoire de Paris.
  13. Voir [7] en bibliographie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [1] (en) Trevor Bryce, The Kingdom of the Hittites., Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-924010-4) ;
  • [2] (en) Trevor Bryce, Life and society in the Hittite world, Oxford University Press, (ISBN 0-19-924170-8) ;
  • [3] (en) Paul Astrom, « The Omen of the Sun in the Tenth Year of the Reign of Mursilis II », Horizons and Styles: Studies in Early Art and Archaeology in Honour of Professor Homer L. Thomas,‎ 1993 ;
  • [4] (en) Trevor Bryce, « How Old Was Matanazi? », The Journal of Egyptian Archaeology, vol. 84,‎ 1999 ;
  • [5] (en) Arianna Sacco, « The Hittites and their successors: Historical introduction », Ancient Warfare Magazine,‎ (lire en ligne) ;
  • [6] « Ressources libres Lumières sur l’Univers », sur https://media4.obspm.fr/ ;
  • [7] Jacques Freu et Michel Mazoyer, L'apogée du nouvel Empire hittite, Paris, L'Harmattan, (ISBN 978-2-296-06812-4).

Liens externes[modifier | modifier le code]