Anitta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le roi hittite. Pour la chanteuse, voir Anitta (chanteuse).
Anitta
Museum of Anatolian Civilizations045 kopie1.jpg
Biographie
Décès
Activité
Père
Enfants
Peruwa (d)
Q15764706Voir et modifier les données sur Wikidata

Anitta, fils de Pithana, était roi de Kuššar, une ville qui n'a pas encore été localisée.

Les annales d'Anitta[modifier | modifier le code]

Tentative de placement géographique des principales villes citées dans les annales d'Anitta en Anatolie Centrale. Les cercles oranges indiquent les villes modernes, les points rouges avec noms en italique indiquent les sites archéologiques. Enfin, en noir sont indiqués les noms anciens qui, hormis pour Hattuš, Kaniš, et Šamuḫa, sont placés approximativement et sujets à vives discussions.

Ses annales, qui relatent ses faits d'armes et ceux de son père, sont rédigés à la première personne est partialement conservés grâce à plusieurs fragments de tablettes cunéiformes découvertes dans la capitale hittite Hattuša[1]. En effet, le texte a été recopié plusieurs fois à travers les siècles, soulignant l’intérêt que celui-ci a suscité à travers l'histoire hittite. Le plus souvent, on suppose qu'il s'agit en fait d'une compilation à partir de plusieurs documents anciens[2]. L'exemplaire le plus ancien connu (A) est par ailleurs considéré comme le plus ancien document en langue hittite. Ce fragment, VAT 7479, est daté entre la fin du XVIIe siècle av. J.-C. et le milieu du XVIe siècle av. J.-C. Les trois autres copies connues (B, C et D) datent de la période de l'Empire hittite[3]. Le première édition complète a été publiée par E. Neu en 1974[4].

Le texte indique que le père d’Anitta, Pithana, a conquis Nesa (Kültepe), et que son fils y installa le trône dynastique. Lui succédant, Anitta a agrandi le royaume de Pithana, et conquit notamment le pays de Zalpa. Les passages conservés relatent également la défaite du roi du pays de Hatti, Piyušti, qui a été vaincu et dont la ville principale Hattuš (qui deviendra Hattuša, la future capitale hittite), a été détruite et maudite.

Autres sources[modifier | modifier le code]

Poignard en bronze portant l'inscription du roi Anitta

Le nom d’Anitta apparaît dans une inscription sur un poignard trouvé à Kültepe en 1954. Celle-ci se transcrit par «É.GAL a-ni-ta ru-ba-im», c'est-à-dire, « palais d'Anitta, le prince » et on trouve également des mentions de son nom dans des textes contemporains à son règne, découverts à Kültepe et à Alişar Höyük.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jost Gippert, « TITUS Didactica: Hethitische Textbeispiele / Hittite Sample Texts », sur titus.uni-frankfurt.de (consulté le 11 juin 2018)
  2. Klinger 2005.
  3. « CTH 1, Konkordanz der hethitischen Keilschrifttafeln », sur www.hethport.uni-wuerzburg.de (consulté le 11 juin 2018)
  4. Neu 1974.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Jörg Klinger, « Herrscherinschriften und andere Dokumente zur politischen Geschichte des Hethiterreiches. 1. Der sogennante Anitta-Text; 2. Das Testament Ḫattušilis I.; Der Tatenbericht des Šuppiluliumas I. - Auszug », Texte der Umwelt des Alten Testaments, Neue Folge. Band 2: Staatsverträge, Herrscherinschriften und andere Dokumente zur politischen Geschichte,‎ 2005, p. 139-150

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]