Muhammad Abd-el-Rahman Barker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Muhammad Abd-el-Rahman Barker
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
MinneapolisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Phillip BarkerVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Randolph D. CalverhallVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Université du Minnesota (à partir de )
Université du Panjab
McGill University Institute of Islamic Studies (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Religion
Distinction
Œuvres principales
Tékumel (d), tsolyániVoir et modifier les données sur Wikidata

Muhammad Abd-al-Rahman Barker, né Phillip Barker le 3 novembre 1929 à Spokane et mort le 16 mars 2012 à Minneapolis, est un linguiste, professeur, écrivain et concepteur de jeu de rôle américain. Il est notamment connu pour avoir créé, en 1974, l'un des premiers jeux de rôle, Empire of the Petal Throne. Il est également l'auteur de plusieurs romans de fantasy et de science-fiction, prenant place, comme son jeu de rôle, dans un univers de son invention, Tékumel.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Spokane, Washington, descendant d'ancêtres qui s'étaient initialement installés en Amérique en 1626, Barker a passé son enfance autour de Washington et de l'Idaho. Dans sa jeunesse, il s'intéressait « aux contes de fées, à l'histoire et à la littérature », et fut aussi influencé par des films tels que Le Voleur de Bagdad. Ces passions orientent ses "jeux de guerre" d'enfant vers la fantasy. C'est dans ces premiers jeux que se trouve l'origine des terres fictives de Tsolyanu et autres lieux imaginaires, qui deviendront plus tard Tékumel. Au cours de ses années collège et lycée, Barker continue de développer son univers et s'attèle également à la conception manuelle d'armées de figurines pour représenter ses créations. Toujours à un âge précoce, l'intérêt de Barker pour les langues fut piqué par les enfants de voisins d'origine basque, qui pouvaient exclure les autres de leurs conversations secrètes en utilisant leur langue maternelle[1],[2].

Vie académique et relations artistiques[modifier | modifier le code]

Alors que Barker étudiait à l'université de Washington sous la direction de Melville Jacobs, il était impliqué dans de petites publications de presse, écrivant des articles, des nouvelles et contribuant à des critiques pour les fanzines Fanscient et Sinisterra[3]. Dans ce dernier, il publie une critique et des articles à propos de Jack Vance, concernant son livre récemment publié, La terre mourante[4],[5],[6],[7]. Toujours à cette époque, Barker correspondait avec d'autres auteurs qui contribuaient à ces mêmes publications, notamment Lin Carter, qui était, comme lui, intéressé par la linguistique[8]. C'est avec lui qu'il commencera à coucher sur papier les histoires qu'il imaginait depuis sa jeunesse[9],[10],[11].

En 1951, il reçoit la bourse Fulbright pour étudier les langues de l'Inde et, lors de son premier voyage en Inde, également en 1951, il se convertit à l'islam « pour des raisons purement théologiques. Cela semblait être une religion plus logique », selon ce que rapporte Gary Fine, auteur et sociologue américain[12]. Barker a quant à lui déclaré avoir ressenti un « sentiment [inimaginable] de crainte et d'extase religieuse » en entendant les récitations des 99 noms d'Allah au Taj Mahal[13].

Études universitaires ultérieures et carrière[modifier | modifier le code]

Barker a fréquenté l'université de Californie à Berkeley pour des études supérieures. Il y a rédigé une thèse sur la langue klamath, rassemblant des mythes traditionnels, des légendes, des contes et des histoires orales modocs, et publia plus tard un précis grammatical ainsi qu'un dictionnaire de la langue[14],[15].

Il a enseigné à l'Institut d'études islamiques de l'Université McGill à partir de 1958 environ et jusqu'en 1972. À partir de 1960, alors qu'il était rattaché à l'Université du Panjab, il participa au développement de matériel d'instruction en ourdou et en baloutche pour les étudiants anglophones. Certains de ces supports sont toujours recommandés pour l'enseignement universitaire en 2010[16]. En 1972, il déménagea pour enseigner à l'Université du Minnesota à Minneapolis, où il a présidé le Département d'études sud-asiatiques jusqu'à sa retraite au début des années 1990, quelques années après la dissolution de ce département en raison d'un financement réduit[17].

« Le Tolkien oublié »[modifier | modifier le code]

Pendant son séjour à Berkeley, Barker n'avait pas mis de côté son projet d'univers de fantasy. En effet, malgré un rôle moins actif dans la communauté de la science-fiction et de la fantasy[18], il avait commencé une ébauche de jeu avec un groupe de fans de science-fiction partageant la même vision que lui, dont ses collègues linguistes Bill Shipley [19] et Victor Golla, produisant des documents élaborés pour soutenir l'exploration de ce monde commun[20].

Après avoir pu observer le lancement de Dungeons & Dragons par Mike Mornard, l'un des testeurs originaux de D&D, alors qu'il déménageait à Minneapolis depuis le lac Léman, Wisconsin, Barker décida de créer un ensemble de règles basé sur son propre monde en utilisant les mécanismes de jeu de D&D. Après six semaines de travail, il l'auto-publia en août 1974 sous le nom d'Empire of the Petal Throne. Les sessions de jeu commencèrent immédiatement, avec des membres occasionnels tels que Dave Arneson - qui désigna Barker et Tékumel comme étant respectivement son meneur de jeu et son jeu de rôle préférés[21].

Le jeu attira l'attention de Gary Gygax, cocréateur de D&D, et il fut décidé que l'entreprise Tactical Studies Rules publierait une version révisée des mécanismes du jeu ainsi qu'une version condensée de son décor de campagne. La version d'Empire of the Petal Throne par TSR fut publiée en 1975 lors de la Gen Con VIII, ce qui en fait le troisième jeu de rôle de TSR à être publié[22]:8.

Dans un éditorial de Dragon Magazine de décembre 1976, l'éditeur Tim Kask a comparé le monde de Tékumel et la Terre du Milieu de J. R. R. Tolkien, non pas en termes de littérature créée, ni en estimant que le travail de Barker était dérivé de celui de Tolkien, mais plutôt par rapport à la profondeur de l'univers, des mythes et de la linguistique. Il conclut qu'« en termes de précision des détails, [...] EPT [Empire of the Petal Throne] surpasse la Terre du Milieu dans les questions qui intéressent le plus les joueurs[2] ». Cela s'explique notamment par le fait que l'univers d'Empire of the Petal Throne fut créé par un habitué des wargames et des jeux de rôle, tandis que Tolkien, étant décédé peu de temps avant l'avènement de D&D, ne disposait pas d'une telle expérience[23].

Barker n'appréciait pas le peu de soutien que TSR donnait au décor de campagne et, après 1977, reprit les droits sur son monde à TSR. Il partagera ensuite Tékumel avec de multiples éditeurs supplémentaires : Imperium Publishing (1978), Adventure Games (1981), Gamescience (1983–1984), Tékumel Games (1983–1986), Different Worlds Publications (1987–1988), TOME (1991–1994), Tita's House of Games (1997–2002), Zottola Publishing (2002–2003) et Guardians of Order (2005)[22]:8. En raison de l'amitié qui unissait Dave Arneson et Barker, Adventures Games, fondée par Arneson, a publié plusieurs livres liés à Tékumel, notamment des listes d'armées, des cartes et d'autres documents de référence généraux[22]:39. Le roman de Barker se déroulant à Tékumel, The Man of Gold, a été publié par DAW en juillet 1984[22]:238.

Bien que l'univers de Tékumel ait eu une longueur d'avance sur d'autres vastes campagnes de jeu de rôle, et bien que Barker ait vu son jeu sortir pas moins de quatre fois (avec divers suppléments et articles de magazines) et écrit cinq livres prenant place dans ce monde, Tékumel, encore aujourd'hui, n'est connu en littérature et dans le monde des JDR que de manière confidentielle. Cela a conduit le magazine allemand Der Spiegel à publier, en 2009, un article sur la vie de Barker, intitulé « Der vergessene Tolkien » (« Le Tolkien oublié »). L'article cite des amis et des connaissances, qui affirment que cela est peut-être dû, au moins en partie, à l'exotisme de ce monde par rapport aux cutures et sociétés occidentales[24], faisant écho aux observations de Gary Fine. Certains avancent que le jeu aurait été lancé trop tôt, alors que les pratiquants de JDR commençaient tout juste à exploiter les mondes qu'ils inventaient et ne voyaient pas nécessairement l'intérêt de cadres de jeu préconstruits ou d'arrière-plans d'origine littéraire[12].

En 2008, Barker fonda la Fondation Tékumel, en collaboration avec plusieurs de ses joueurs de longue date, afin de préserver et gérer les droits relatifs à ses créations à l'avenir.

Barker mourut le 16 mars 2012 à l'âge de 83 ans. Il laissa derrière lui sa femme, Ambereen.

Bibliographie partielle[modifier | modifier le code]

Textes linguistiques[modifier | modifier le code]

Barker étudia et enseigna plusieurs langues à l'université. Il participa également à la rédaction de diverses publications relatives à certaines d'entre elles (notamment le klamath, le baloutchi et l'ourdou), dont les suivantes :

Publiés par University of California Press :

  • Klamath Texts (1963)
  • Klamath Dictionnary (1963)
  • Klamath Grammar (1964)

Publiés par l'Institut universitaire d'études islamiques de McGill :

  • A course in Urdu (1967)
  • An Urdu newspaper reader (1968)
  • A reader of Modern Urdu poetry (1968)
  • A course in Baluchi (1969)

Jeux de rôle[modifier | modifier le code]

L'univers de Tékumel a engendré cinq jeux de rôle, publiés au fil des ans. Il aurait également eu une influence majeure sur d'autres créations telles que Hârn et Jorune.

  • Empire of the Petal Throne (1975), édité par TSR, faisant suite à une version autopubliée en 1974, réimprimé en 1987 sous forme de livre par Different World
  • Sword & Glory (1983/4), en deux volumes, édités par Gamescience
  • Gardásiyal: Adventures on Tékumel (1994), édité par Theatre of the Mind Enterprises, avec Neil R. Cauley
  • Tekumel: Empire of the Petal Throne (2005), édité par Guardians of Orders
  • Bethorm: The Plane of Tékumel (2014), édité par UNIGames, avec Jeff Dee

Romans[modifier | modifier le code]

Barker a écrit cinq romans se déroulant dans le monde de Tékumel, ici dans l'ordre chronologique de lecture :

  • The Man of Gold (1984)
  • Flamesong (1985)
  • Lords of Tsámara (2003)
  • Prince of Skulls (2002)
  • A Death of Kings (2003)

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Barker, « Tsolyani Names Without Tears », Strategic Review, TSR, no 4,‎ , p. 7–9 (lire en ligne, consulté le )
  2. a et b Kask, « Dragon Rumbles (Editorial) », The Dragon, TSR, no 4,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  3. Barker's world, later known as Tékumel, was placed as the fourth planet in the Sinistra system.
  4. Barker, « Egyptian Mythology in Fantastic Literature », Fanscient, Portland, Oregon, Donald B. Day, no 9,‎ fall 1949, p. 41–44 (lire en ligne [archive du ])
  5. Barker, « The Language Problem », Fanscient, Portland, Oregon, Donald B. Day, no 11,‎ , p. 28–30 (lire en ligne, consulté le )
  6. Barker, « -and the STRONG Shall INHERIT », Fanscient, Portland, Oregon, Donald. B. Day, no 12,‎ , p. 28–31 (lire en ligne, consulté le )
  7. Barker, « An Appreciation of The Dying Earth (with a letter from Jack Vance) », Sinisterra, Seattle, Washington, The Nameless Ones. (Gertrude Carr and Richard Frahm), no 4,‎ , p. 21–23
  8. Lin Carter, The Tursai os Llani Alphabet and some remarks on Grammar, St. Petersburg, Florida, 1949–1950
  9. « Tékumel :: The World of the Petal Throne », Tekumel.com, (consulté le )
  10. Phillip Barker, A History of the Nations of the Universe, Seattle, , 1–7 p.
  11. Phillip Barker, Remarks Upon the Ts Solyani (by Messìliu Badàrian), Seattle, , 1–15 p.
  12. a et b Gary Fine, Shared Fantasy: Role Playing Games As Social Worlds, Chicago, University of Chicago Press, (ISBN 0-226-24944-1)
  13. Barker, « A Letter from Phil Barker/'India Barks' », Sinisterra, Seattle, Washington, The Nameless Ones (Gertrude Carr and Richard Frahm), vol. 2, no 1,‎ , p. 14–25
  14. M. A. R. Barker, Klamath Texts. University of California Publications in Linguistics (No. 30), Berkeley, University of California, , 7–117 p.
  15. « OLAC resources in and about the Klamath-Modoc language », Language-archives.org, (consulté le )
  16. Pritchett, « Readings in Urdu Literature (Spring 2010 Syllabus) », Columbia University (consulté le )
  17. « Indira Junghare: Voices From the Gaps: University of Minnesota », Voices.cla.umn.edu, (consulté le )
  18. Raymond, « A Brief History of Roleplaying Games », (consulté le )
  19. Sydney M. Lamb et Webster, Jonathan, Language and Reality (Open Linguistics), London & New York, Continuum International Publishing Group Ltd., (ISBN 0-8264-6820-9, lire en ligne), p. 23
  20. Barker, « Land grant to the Shipali Family of the Protectorate of Kerunan (Cover) », Dragon, TSR, no 4,‎ , p. 1
  21. « Interview with Dave Arneson », Fight On!, Ignatius Umlaut, no 2,‎ , p. 63–64
  22. a b c et d Shannon Appelcline, Designers & Dragons, Mongoose Publishing, (ISBN 978-1-907702-58-7)
  23. M. A. R. Barker, Empire of the Petal Throne, Lake Geneva, Wisconsin, TSR, (ASIN B000G9WH5Q)
  24. Brady, « You're not in Kansas anymore », The Eye of All-Seeing Wonder, Dave Morris, no 4,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]