Grotte des Voleurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mugharet el-Zuttiyeh)

Grotte des Voleurs
Image dans Infobox.
Entrée de la grotte de Zuttiyeh
Localisation
Coordonnées
Adresse
Photographie du site entre 1900 et 1920

Mugharet el-Zuttiyeh (ou grotte des Voleurs en français) est un site préhistorique de Galilée, en Israël. C'est là que fut trouvé en 1925, par l'archéologue britannique Francis Turville-Petre, le crâne fossile connu sous le nom d'« Homme de Galilée »[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la Galilée

Le site de Mugharet el-Zuttiyeh se trouve à 800 m du débouché du ruisseau Nahal Amud dans le lac de Tibériade, en Israël. La grotte se situe à environ 30 m au-dessus du lit de l'oued, et à 148 m au-dessous du niveau de la mer[3]. Elle surplombe le début d'un ravin calcaire où le Nahal Amud s'oriente vers l'est. On trouve à 250 m une grotte plus petite connue sous le nom de Mugharet el-Emireh (ou « grotte de la Princesse » en français)[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'« Homme de Galilée » exposé au musée d'Israël (moulage)

La grotte fut fouillée en 1925-1926 par Francis Turville-Petre[5]. C'était la première fouille paléontologique dans la région[6]. Découvert en 1925, le crâne est le premier fossile humain ancien trouvé au Moyen-Orient, et est longtemps resté le fossile humain le plus ancien trouvé dans cette région[7]. Avec les fossiles découverts quelques années après dans les grottes de Es Skhul et Tabun, près de Haïfa, en Israël, l'Homme de Galilée fut classé en 1939 par Arthur Keith et Theodore D. McCown dans une nouvelle espèce, Palaeoanthropus palestinensis[8],[9],[10], ce qui revenait à mélanger dans le même taxon trois formes fossiles aujourd'hui considérées comme des espèces humaines distinctes : Sapiens, Néandertal, et Heidelberg.

Attribution[modifier | modifier le code]

L'Homme de Galilée est aujourd'hui attribué à l'espèce Homo heidelbergensis, des études ayant conclu que la face ne présentait pas la même morphologie que celle des néandertaliens[11],[5].

Culture et datation[modifier | modifier le code]

Les archéologues ont trouvé sur le site plusieurs industries lithiques successives, en fonction des couches stratigraphiques. Une des couches les plus récentes a livré une industrie de type moustérien, et on a d'abord cru que l'Homme de Galilée en était issu. On l'a finalement réattribué à une couche plus ancienne de type acheuléo-yabroudien. Cette industrie du Paléolithique inférieur fait au Moyen-Orient la transition entre l'Acheuléen et le Moustérien local, dénommé Yabroudien (culture définie par Alfred Rust en 1950[3]). Les fouilles de 1925-1926, menées à une époque où n'existait pas de méthode de datation précise, ne permettent pas de donner un âge fiable à l'Homme de Galilée. On peut seulement indiquer que les fouilles modernes de la grotte de Qesem, en Israël, ont conclu que la culture acheuléo-yabroudienne s'étageait entre environ 350 000 et 200 000 ans avant le présent.

Conservation[modifier | modifier le code]

Le crâne de Galilée, comme nombre d'autres découvertes de Francis Turville-Petre, est conservé au musée Rockefeller à Jérusalem-Est[2],[7]. Un moulage est exposé au musée d'Israël[12]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Human Evolution, « The Zuttiyeh specimen from Israel, Galilee Skull », Pfpuech.newsvine.com,
  2. a et b (en) Walter E. Rast, Through the ages in Palestinian archaeology : an introductory handbook, Philadelphie, Continuum International Publishing Group, , 221 p. (ISBN 978-1-56338-055-6, lire en ligne), p. 50
  3. a et b Francis Hours, « La période de l'Homo habilis et de l'Homo erectus en Asie occidentale », in Histoire de l'humanité, volume I, De la préhistoire aux débuts de la civilisation, UNESCO, Paris, Edicef, 2000, 1658 p. (ISBN 92-3-202810-7) (lire en ligne p. 208)
  4. D. E. A. Garrod, « The Mugharet el-Emireh in Lower Galilee : Type-Station of the Emiran Industry », Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, vol. 85, nos 1/2,‎ , p. 141–162 (JSTOR 2844188)
  5. a et b (en) Cartmill Matt et Smith Fred H., The Human Lineage, Oxford, John Wiley & Sons, , 609 p. (ISBN 978-0-471-21491-5 et 0-471-21491-4, lire en ligne), p. 320
  6. (en) « Excavations in Wadi Amud », Persee.fr
  7. a et b (en) Getzel M. Cohen et Martha Joukowsky, Breaking Ground : Pioneering Women Archaeologists, University of Michigan Press, (lire en ligne)
  8. Paul Pettitt, The Palaeolithic Origins of Human Burial, Routledge, (lire en ligne), p. 59
  9. Ryan J. Rabett, Human Adaptation in the Asian Palaeolithic: Hominin Dispersal and Behaviour during the Late Quaternary, Cambridge University Press, (lire en ligne), p. 90
  10. The stone age of Mount Carmel : report of the Joint Expedition of the British School of Archaeology in Jerusalem and the American School of Prehistoric Research, 1929–1934, p. 18
  11. (en) « A comprehensive morphometric analysis of the frontal and zygomatic bone of the Zuttiyeh fossil from Israel »
  12. (en) « The Israel Museum Permanent Exhibitions: Archaeology Wing – The Dawn of Civilization », New York, The Ridgefield Foundation, (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :