Francis Turville-Petre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Francis Turville-Petre
Image dans Infobox.
Crâne de l'« Homme de Galilée »
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 41 ans)
Le CaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Oswald Henry Philip Turville-Petre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Margaret Cave (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Gabriel Turville-Petre (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Grotte des Voleurs (vers 1900)

Francis Turville-Petre est un paléoanthropologue britannique, né le et mort le au Caire. Il est connu pour sa découverte en 1925 dans la grotte des Voleurs (Mugharet el-Zuttiyeh) de l'« Homme de Galilée », un crâne fossile humain partiel dont l'attribution taxonomique reste discutée, et pour ses travaux avec Dorothy Garrod au mont Carmel, en Palestine mandataire.

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Francis Adrian Joseph Turville-Petre nait dans une famille catholique de l'aristocratie terrienne anglaise. Il est l'ainé des cinq enfants d'Oswald et Margaret Petre (née Cave) et le frère de Gabriel Turville-Petre (en), spécialiste d'islandais et de scandinave primitif. La famille s'installe dans la maison ancestrale de Bosworth Hall, à Husbands Bosworth, dans le Leicestershire, en 1907.

Il entre en 1920 au Collège d'Exeter à Oxford, où il étudie l'anthropologie physique et culturelle et l'ethnologie, l'archéologie et la technologie au Pitt Rivers Museum (en). Il est diplômé en anthropologie physique en 1924. À la fin de ses études à Oxford, il part travailler sur des fouilles au Levant.

Fouilles[modifier | modifier le code]

En 1925, il dirige les fouilles de deux grottes du Nahal Amud, en Galilée, la grotte des Voleurs (Mugharet el-Zuttiyeh) et la grotte du Prince (Mugharet el-Emirah), près du lac de Tibériade. Dans la grotte des Voleurs, il découvre la partie frontale d'un crâne fossile qu'il suppose d'abord appartenir à un Homme de Néandertal. Le fossile est surnommé l' « Homme de Galilée ». Il sera attribué ultérieurement à l'espèce Homo heidelbergensis[1], ce qui est remis en cause aujourd'hui[2]. L'Homme de Galilée est le premier fossile humain ancien à être exhumé au Moyen-Orient[3].

Le fossile est conservé au musée Rockefeller de Jérusalem[3], et un moulage du crâne est exposé en permanence au musée d'Israël[4].

Francis Turville-Petre est ensuite invité par Dorothy Garrod à se joindre à son équipe de fouilles de la grotte de Kébara, sur le mont Carmel. Il prend également part aux fouilles dans la province de Souleimaniye, au Kurdistan irakien, d'octobre à décembre 1928, fouillant avec Garrod les grottes de Zarzi et de Hazar Merd (en)[5].

Turville-Petre meurt au Caire en 1942 à l'âge de 41 ans. Ses collections archéologiques du Moyen-Orient sont conservées par le Pitt Rivers Museum (en) de l'université d'Oxford.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1927 : Francis A. J. Turville-Petre; Dorothea M. A. Bate; Charlotte Baynes; Arthur Keith, Researches in Prehistoric Galilee, 1925–1926, Londres, Council of the British School of Archaeology in Jerusalem
  • 1932 : « Excavations in the Mugharet el-Kebarah », Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 62, pp. 271–276
  • 1932 : « Excavations at the Cave Mugharet-el-Kebarah, near Zichron Jakob, Palestine », Man 32(20), 15.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Cartmill, Matt and Smith, Fred H., The Human Lineage, Oxford, John Wiley & Sons, , 609 p. (ISBN 978-0-471-21491-5 et 0-471-21491-4, lire en ligne)
  2. (en) Eric Delson, « An early dispersal of modern humans from Africa to Greece », Nature,‎ (DOI 10.1038/d41586-019-02075-9)
  3. a et b (en) Breaking Ground : Pioneering Women Archaeologists, Getzel M. Cohen, Martha Joukowsky
  4. (en) « The Israel Museum Permanent Exhibitions : Archaeology Wing – The Dawn of Civilization », New York, The Ridgefield Foundation,
  5. Soma digest sur soma-digest.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bar-Yosef, O., Bernard Vandermeersch B. Arensburg, A. Belfer-Cohen, P. Goldberg, H. Laville, L. Meignen, Y. Rak, J. D. Speth, E. Tchernov, A-M. Tillier, and S. Weiner, 1992, « The Excavations in Kebara Cave, Mt. Carmel » Current Anthropology 33(5), pp. 497–550
  • (en) Bar-Yosef, Ofer and Callander, Jane, 1997, « A forgotten archaeologist: the life of Francis Turville-Petre » Palestine Exploration Quarterly
  • (en) Lehmann, John, 1976, « Two of the Conspirators », Twentieth Century Literature, Christopher Isherwood Issue 22(3), pp. 264–275
  • (en) Page, Norman, 2000, Auden and Isherwood: The Berlin Years, Palgrave Macmillan, Londres, (ISBN 978-0-312-22712-8).

Liens externes[modifier | modifier le code]