Movie Central

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une chaîne de télévision image illustrant canadien
Cet article est une ébauche concernant une chaîne de télévision canadienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Movie Central
Image illustrative de l'article Movie Central

Création
Disparition
Propriétaire Corus Entertainment
Format d'image 480i, 1080i
Langue Anglais
Pays Drapeau du Canada Canada
Statut télévision payante
Siège social Toronto, Ontario
Ancien nom SuperChannel (1983-2001)
Diffusion
Aire Ouest Canadien

Movie Central était une chaîne de télévision canadienne payante de langue anglaise appartenant à Corus Entertainment, et diffusant des films, téléfilms et séries en avant première sur quatre canaux standards et haute définition dans l'ouest canadien à partir de la frontière Ontario-Manitoba. Elle est souvent distribuée avec Encore Avenue dans le même forfait.

Le , elle a été remplacée par son équivalent dans l'est canadien, The Movie Network, exploité par Bell Media.

Présentation[modifier | modifier le code]

Movie Central était composé de quatre chaînes :

  • Movie Central 1 (HD) : La chaîne principale dont les nouveautés et les séries de Showtime.
  • Movie Central 2 (HD) : Films et séries d'action, thriller, horreur et comédies
  • Movie Central 3 (HD) : Drames et romance, incluant les films indépendants et étrangers
  • HBO Canada (HD) : Les séries et films original de HBO, deux heures après la version de l'est (aussi appelé HBO 2)
  • Movie Central on Demand : service de vidéo à la demande
  • HBO Canada on Demand : service de vidéo à la demande

Historique[modifier | modifier le code]

En 1982, le CRTC a attribué des licences pour les premiers service de télévision payante au Canada. SuperChannel est entré en ondes le par Allarcom. Au printemps 1984, il était clair que les services de télévision payante restantes accumulaient des dettes et les services ont séparé leur territoire respectif. First Choice couvre l'est du Canada à partir de l'Ontario, et SuperChannel couvre l'ouest du Canada à partir du Manitoba. D'après leur entente, les deux services utilisent le nom commun First Choice Superchannel dont l'étoile de Superchannel est prédominant. En 1989, cette pratique s'est terminée et les services ont repris leur nom respectifs.

À la suite du lancement de TSN et MuchMusic en , Superchannel diffusait principalement des films.

Allarcom a été acquis par WIC, qui a lancé le service MovieMax! en 1994. Lorsque la télévision numérique par câble et satellite ont fait leur introduction au Canada, les services Superchannel 2 et 3 sont apparus, ainsi que MovieMax 2, qui étaient essentiellement un délai de quelques heures de la chaîne principale. À la suite d'une dispute avec HBO concernant le marché gris satellite et puisque WIC était un actionnaire significatif du service ExpressVu, HBO a refusé de vendre ses émissions sous licence à Superchannel.

En , Corus Entertainment fait l'acquisition de SuperChannel et MovieMax[1]! à la suite de l'achat de WIC par Canwest. Le , les six chaînes de Superchannel et MovieMax ont été renommés respectivement par Movie Central, Adrenaline Drive (Action), Heartland Road (romance), Shadow Lane (horreur/suspense), Encore Avenue (films classiques), et Comic Strip (comédies). Le , les noms ont été abandonnés et on se retrouvait avec quatre chaînes Movie Central et deux chaînes Encore Avenue. Le , Movie Central 4 et Movie Central HD 1 ont été remplacés par HBO Canada à la suite d'un partenariat avec The Movie Network, ayant essentiellement le même horaire décalé de deux heures et distribués à l'échelle nationale.

Le , Corus ferme le service, les chaînes étant remplacées par The Movie Network de Bell Media.

Films et séries originales[modifier | modifier le code]

Presque toutes les productions originales pour la chaîne étaient financées avec The Movie Network.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Décision CRTC 2000-752 », sur CRTC,‎