Michel-Victor Cruchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photo de Michel-Victor Cruchet par Pierre Petit (Paris)
Fauteuil pour le salon d'audience du duc de Nemours (Pavillon de Marsan aux Tuileries), Paris, musée du Louvre
Table livrée par la maison Cruchet pour le salon d’Apollon aux Tuileries en 1860.

Michel-Victor Cruchet, né le à Paris (9ème) et mort le à Paris, est un sculpteur-ornemaniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel-Victor Cruchet a travaillé avec les ébénistes Ringuet-Leprince, Thuiller et Maigret.

Sculpteur et ornementaliste, il est un des premiers à avoir utilisé le carton-pierre dans la décoration intérieure. Il connaissait parfaitement les styles du passé et avait une grande aptitude à se les approprier et d'en faire des copies. Il a participé avec d'autres décorateurs, dès la fin du règne de Louis-Philippe au mélange de différents styles qui a conduit à l'éclectisme du style Second Empire.

Il a été fournisseur du Garde-meuble pendant le règne de Louis-Philippe. Il a fourni le salon d'audience du duc de Nemours (1814-1896) au pavillon de Marsan, dans un style néo-Louis XV, en 1842[1] quand ce dernier est devenu successeur au trône après la mort accidentelle de son frère, le duc d'Orléans.

Il avait auparavant travaillé au palais des Tuileries pour le salon gothique de la princesse Marie d'Orléans, sœur du duc de Nemours. Avec le peintre Eugène Lami (1800-1890), ancien professeur de dessin des enfants royaux, il a aussi fourni en ameublement le duc d'Aumale, au château de Chantilly.

Il a été le sculpteur attitré de l'impératrice Eugénie. Elle lui confiait le soin de faire des copies des meubles anciens conservés au Garde-meuble, et parfois d'enrichir de motifs supplémentaires des sièges anciens.

Il réalise en 1856 la décoration du petit salon de l'empereur à l'orangerie à Saint-Cloud. Auteur des ornements en carton-pierre du plafond, des boiseries sculptés sur bois de tilleul et du chambranle de cheminée en marbre dans le style Louis XVI.

Il participa à plusieurs Expositions. En 1849, il obtient la médaille d'argent, en 1851, à l'Exposition universelle de 1851, à Londres, une médaille de seconde classe.

Il a participé à la décoration du ministère des Affaires Étrangères, en 1852.

Il avait acheté en 1853 un terrain à l'actuel no 22 rue de Douai en regroupant plusieurs parcelles[2]. Il a fait construire plusieurs bâtiments sur ce terrain et y a installé ses ateliers et son salon d'exposition. Il y a habité. Il y a loué des appartements Léon Halévy, à Georges Bizet qui y meurt en 1875[3].

Il a laissé son entreprise à son fils ainé en 1869.

Il meurt au 3 rue Ballu à Paris et est enterré au Cimetière de Montmartre.

L'inventaire fait après sa mort révèle son aisance. Un appartement confortable avec un mobilier en acajou et en bois sculpté mais surtout un atelier pour les estampes, un pour les modeleurs, un autre pour les sculpteurs, avec un laboratoire, un cabinet de travail, et un salon d'exposition qui ont constitué la valeur de son entreprise.

Famille[modifier | modifier le code]

Michel-Victor Cruchet s'est marié le 17 septembre 1840 en l'église Notre-Dame-de-Lorette, avec Catherine Clair.

Son fils Albert Claude Philippe Cruchet reprend l'entreprise à la fin du Second Empire. Il a décoré l'hôtel Rothschild de l'avenue de Marigny.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Valérie Canestrier, Les Cruchet, ornemanistes et menuisiers du XIXe, p. 64-71, L'Estampille-L'Objet d'art, mai 2004, no 391

Article connexe[modifier | modifier le code]