Marcel Bascoulard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcel Bascoulard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
BourgesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Marcel Bascoulard[1],[2], né le à Vallenay (Cher) et mort le à Asnières-lès-Bourges (Cher), est un dessinateur et poète français, « artiste clochard », utilisateur du pastel et de l'encre de Chine[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcel Bascoulard est le fils de Léon Bascoulard et de Marguerite, née Mulet. Il associera souvent le nom maternel à sa signature, ajoutant un tréma sur le « u » de Mület, lors de la Seconde Guerre mondiale, en signe de dérision à l'adresse de l'occupant. Alors qu'il a dix-neuf ans, il est marqué par le meurtre de son père, le , meurtre perpétré par sa mère qui, de ce fait, est internée.

Marcel Bascoulard choisit très tôt la marginalité. Il loge dans des abris précaires (cabane de jardin, grenier, ruines) comme dans le quartier Avaricum, à Bourges. Il finira ses dernières années à Asnières-lès-Bourges (Cher) dans la cabine d'un camion offert par le propriétaire d'une casse.

Dans les années 1930, il commence à dessiner à Saint-Florent-sur-Cher (Cher) puis dans les rues de Bourges. Marcel Pinon, architecte de la maison de la culture de Bourges, le remarque et l'invite à suivre des cours à l'école municipale des beaux-arts. Expérience très éphémère pour le jeune artiste qui de fait est autodidacte. Témoin du changement de Bourges dans les années 1950-1960, il immortalise bon nombre de rues et de monuments du cœur de Bourges, notamment la cathédrale Saint-Étienne. Ses œuvres sont très majoritairement des dessins de paysages à la plume comportant exceptionnellement des personnages. Ce sont rarement des toiles peintes en couleur.

Il devient vite une figure de Bourges, vivant comme un clochard, connu par son curieux accoutrement, ainsi que par sa façon de se déplacer sur un étrange tricycle couché. Souvent vêtu en femme dans des tenues de sa production, il fait l'objet de quelques arrestations et procès-verbaux, auxquels il aime répondre par des lettres aux agents de police, invoquant la liberté de se vêtir comme bon lui semble.

Éclectique, il écrit aussi de nombreux poèmes, réalise plusieurs cartes géographiques.

Le 12 janvier 1978, il est assassiné à Asnières-lès-Bourges, au lieu-dit Les Gargaudières, étranglé par un marginal de 23 ans, qui est condamné à quinze ans de prison l'année suivante.

La ville de Bourges, choquée par sa mort, décide de prendre en charge ses obsèques et la concession au cimetière Saint-Lazare (massif 7, ligne 11, fosse 152).

Hommages[modifier | modifier le code]

Son nom est donné à une place de la ville dans le quartier Avaricum qu'il a fréquenté, puis un buste en bronze dû à Marcel Bézard y est érigé et inauguré par la municipalité.

En 2013, un auteur-compositeur et interprète berrichon, Fred Daubert, lui rend hommage dans sa chanson Marcel B, et l'auteur de bandes dessinées Bernard Capo lui dédie un album biographique.

Des expositions de ses œuvres sont régulièrement organisées par l'Association « Souvenir Marcel Bascoulard » de Bourges.[réf. nécessaire]

En 2000, une première biographie lui est consacrée par Patrick Martinat (Arts & Photo Éditions), puis une seconde en novembre 2014, du même auteur, (Éditions Les Cahiers dessinés)[4]

Il compte parmi les dessinateurs regroupés dans l'exposition « Les Cahiers dessinés » se tenant à la Halle Saint-Pierre à Paris, du 21 janvier au 14 août 2015[5],[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Martinat, Bascoulard, Arts & Photo Éditions, décembre 2000, (ISBN 2-912850-06-1)
  • Bernard Capo, Monsieur Bascoulard, BulleBerry éditions, 2013, (ISBN 978-2-7466-6510-1)
  • Jean Favière, Bascoulard, imprimerie Desquand à Bourges,
  • Patrick Martinat, « Bascoulard. Dessinateur virtuose, clochard magnifique, femme inventée », Les Cahiers Dessinés,‎ (ISBN 979-10-90875-21-0)
  • Delfeil de Ton, « Bascoulard : le clochard était un génie », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catherine Simon, « Sur les traces d'un rare Berruyer », in Le Monde des Livres, 5 décembre 2014.
  2. « Prix Mauvais Genre (France Culture - L'Obs), 17 janvier 2015.
  3. Nicolas Santolaria, « Bascoulard dessinateur virtuose, clochard magnifique, femme inventée », in Technikart, décembre 2014-janvier 2015.
  4. Patrick Martinat, Bascoulard, dessinateur Virtuose, Clochard Magnifique, Femme Inventée, Éditions Les Cahiers dessinés, 2014, prix Mauvais Genre 2015 (France Culture - L'Obs).
  5. Étienne de Montety, « Bascoulard, le franciscain de Bourges », in Le Figaro littéraire, 18 décembre 2014.
  6. [PDF] « Les Cahiers dessinés », communiqué de presse.

Reproductions des œuvres de M Bascoulard avec des insertions de poèmes.