Méotes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de l'empire romain sous Hadrien (gouverné 117-138 AD), montrant l'emplacement de la Maeotae sur la rive orientale du Lacus Maeotis éponyme (mer d'Azov)

Les Méotes (grec Μαιῶται, Maiōtai; latin Mæotæ[1]) sont un peuple scythe vivant dans l'Antiquité d'agriculture, pêche et élevage autour de la Μαιῶτις λίμνη ou « liman Méotide »[2],[3].

Identité[modifier | modifier le code]

L'étymologie du nom et l'identité de ce peuple restent floues, leur langue n'ayant pas été préservée et étant inconnue. Les écrivains antiques les caractérisent comme des tribus scythes ou sarmates, ce qui pourrait signifier que d'anciens groupes nomades parlant iranien auraient pu s'installer ici. Cette conclusion semble confirmée archéologiquement du fait de similitudes observables dans la culture matérielle avec les nomades du Nord, en particulier dans la culture funéraire (visage et genoux à l'est), dans des céramiques qui ont été retrouvés ou des styles de vêtements, de sorte que cette hypothèse est relativement commune dans la recherche. Edward James[3] et William Smith étaient d'avis que le terme Méotes (Maeotian) a été appliqué de façon plus large à divers peuples autour de la Mer d'Azov, plutôt que le nom de la mer ait dérivé d'un certain peuple. Leurs subdivisions comprenaient les Sindi, les Dandarides, les Toreatae, les Agri, les Arrechi, les Tarpetes, les Obidiaceni, les Sittaceni, les Dosci, et d'autres encore[4]. Parmi ceux-ci, les Sindi sont les mieux attestés, et étaient probablement le peuple dominant parmi les Méotes[5]. La langue des Méotes ou même la famille linguistique à laquelle elle appartenait est incertaine. Une princesse des Ixomates s'appelait Tirgatao[6], similaire à Tirgutawiya, un nom découvert sur une tablette trouvée chez les Hourrites de la cité d'Alalakh[7].

Karl Eichwald pensait que les méotes étaient originaires d'une colonie "hindou" [8], mais cette opinion est rejetée par la majorité des érudits. Les archéologues soviétiques, les historiens et les ethnographes ont conclu que les Maeotiens étaient l'une des tribus circassiennes. [10][12] L'histoire ancienne de Cambridge, quant à elle, classifie les méotes comme étant soit un peuple d'ascendance cimmérienne, soit un peuple aborigène caucasien sous la domination iranienne[5]. Sur le plan international, les débats continuent: En effet, appartenir à une union tribale ne signifie pas nécessairement que toutes les tribus avaient la même origine et la même langue.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première référence connue est celle du logographe Hellanicos de Lesbos[13]. Selon Strabon, les méotes vivaient en partie de la pêche et en partie de l'agriculture, mais étaient aussi belliqueux que leurs voisins nomades. Ces hordes sauvages étaient parfois tributaires du facteur de la rivière Tanais (l'actuel fleuve Don) et d'autres fois aux Bosphores. Plus tard, surtout sous Pharnace II, Asandre et Polémon Ier , le royaume du Bosphore s'étendit jusqu'au Tanaïs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. d'autres transcriptions incluent Mæotians, Maeotae, Maeotici, et Mæotici.
  2. Pline l'Ancien, Histoire naturelle IV, 24 ; VI, 6 : palus Maiotis.
  3. a et b James, Edward Boucher. "Maeotae" and "Maeotis Palus" in the Dictionary of Greek and Roman Geography, 1st ed., Vol. II. Walton & Maberly (London), 1857. Accessed 26 Aug 2014.
  4. Strabon. Geographica, xi. latin.
  5. a et b Boardman et Edwards 1991, p. 572
  6. Polyen Stratagèmes, 8.55.
  7. AT 298 II.11
  8. Eichwald, Karl. Alt Geogr. d. Kasp. M - p. 356
  9. La Grande Encyclopédie soviétique. "Adyghe people".
  10. "Les tribus Kuban (peuple Adyghe) sont généralement désignées par les écrivains antiques sous le nom collectif Méotes"[9]
  11. Piotrovsky, Boris. Maeotae, the Ancestors of the Adgyghe (Circassians). 1998.
  12. "L'étude de la langue, de la toponymie et de l'onomastique du nord-ouest du Caucase attribue aux terres de l'ancienne population de méotes le spectre ethnique Adyghe-Kassogiens, qui correspond également aux monuments archéologiques méotes et à ses liens avec les cultures subséquentes de l'Adyguée médiévale (Circassiens)."[11]
  13. La référence actuelle d'Hellanicos est Maliōtai (Μαλιῶται), que Sturz a retranscrit comme Maiōtai