Louise Myriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louise Myriel
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Activité
Autres informations
Maîtres

Louise Myriel, née au XIXe siècle et morte au XXe siècle, est une chanteuse « légère  » française d'opéras et d'opérettes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Limoges, elle fait ses études au conservatoire de Bordeaux où elle obtient trois premiers prix (chant, opéra-comique et solfège), puis vient pour se perfectionner au conservatoire de Paris où elle suit les cours d'Eugène Crosti et Léon Achard. Elle fait ses débuts en 1898 à Bruxelles, au théâtre des Galeries, dans le rôle de Lilia des Amours du Diable. Louis Debruyère, directeur du théâtre de la Gaité, la choisit pour chanter le rôle de Marie dans Les Mousquetaires au Couvent[1].

Elle fait partie de la troupe du Grand-Théâtre de Reims pour la saison 1904-1905[2] et 1905-1906[3], de la troupe du casino des fleurs de Vichy en 1913[4].

Représentations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Photo-programme », sur Gallica, (consulté le )
  2. « Le Monde artiste », sur Gallica, (consulté le )
  3. « Le Monde artiste », sur Gallica, (consulté le )
  4. « Le Bulletin de Vichy », sur Gallica, (consulté le )
  5. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  6. « Le Ménestrel », sur Gallica, (consulté le )
  7. « Le Monde artiste », sur Gallica, (consulté le )
  8. « Le Figaro », sur Gallica, (consulté le )
  9. « Le Figaro », sur Gallica, (consulté le )
  10. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  11. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  12. « Le Figaro », sur Gallica, (consulté le )
  13. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  14. « Le Figaro », sur Gallica, (consulté le )
  15. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  16. Édouard Noël Edmond Stoullig, Les Annales du théâtre et de la musique, Librarie Paul Ollendorff, (lire en ligne)
  17. « Le Figaro », sur Gallica, (consulté le )
  18. « La Jeune Champagne », sur Gallica, (consulté le )
  19. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : documents utilisés comme source pour la rédaction de cet article :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :