Louis Garin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis Garin
Naissance
Décès
(à 71 ans)
Val-d'Izé
Nationalité
Activité
Formation
Lieu de travail
Influencé par

Louis Garin, né le à Rennes (Ille-et-Vilaine), et mort le au Val-d'Izé (Ille-et-Vilaine), est un peintre et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Garin est né dans une famille modeste dont le père est cheminot. Il travaille avec son père à la Compagnie des chemins de fer jusqu'en 1935. Il s'inscrit aux cours du soir de l'école régionale des beaux-arts de Rennes. Louis Garin se marie et devient père de famille. Il peint à ses heures de loisirs et pendant ses congés. Illustrateur et peintre de paysages et de sujets lyriques, il est réputé pour ne peindre que la région bretonne. En 1922, il expose au Salon de la Société nationale des beaux-arts.

Entre 1928 et 1938, il travaille pour la Manufacture de la Grande Maison de la Hubaudière à Quimper dite « H.B », en compagnie de René Quillivic et d'autres peintres bretons comme Georges Brisson, Alphonse Chanteau, Georges Renaud, Paul Fouillen et le Toulousain René Beauclair, ceci pendant la pleine productivité de la marque Odette (Les Ateliers de l'Odet).

En 1935, comme Mathurin Méheut, Jean Dupas, Lalique, Jean Dunand, Louis Dejean et d'autres, il participe pour sa part à la décoration de la salle de jeux de la classe tourisme du paquebot Normandie. C'est à cette même époque qu'il quitte son emploi de cheminot pour devenir peintre à temps complet, après avoir reçu la commande de la décoration de l'église Sainte-Thérèse de Rennes.

Il conçoit le décor du pavillon breton de l'Exposition universelle de 1937 à Paris. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il trouve refuge à Landavran, où il peint les murs de l'église.

Il peint également de nombreux décors de restaurants, dont Le Menach au Bono, l'hôtel Du Guesclin à Rennes, Manche-Océan à Vannes, l'hôtel Bellevue à Trébeurden ainsi que dans quelques églises comme Saint-Joseph à La Trinité-sur-Mer, ou l'église Saint-Lézin à La Chapelle-Janson.

Il travaille également pour la faïencerie de Sarreguemines, pour laquelle il réalise des services de table à décors bretons. Il meurt dans le petit village de Val d'Izé le .

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Landavran, église : L'Éducation de la Vierge et Sainte-Philomène, 1940, fresques ;
  • Rennes, église Sainte-Thérèse : fresque, 1935 ;
  • Rennes, hôtel Du Guesclin :
    • Le Chemin du Pardon, 1922, fresque ;
    • La Rivière et La Danse, 1922, fresques dans la salle à manger ;
  • Rennes, musée des beaux-arts :
    • Un Jour de Pardon, 1932, pastel[1] ;
    • Le Défilé, gouache, sur carton[2] ;
    • La Route goudronnée, avant 1933, huile sur toile ;
    • Portrait du curé de Toussaints, huile sur toile[3] ;
  • Trébeurden, ancien hôtel Bellevue (bar), deux fresques Le port de Trébeurden et Un pardon à la chapelle de Penvern.
  • Vannes, salle du conseil municipal de la mairie : Les Vénètes, fresque.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Salon de la Société nationale des beaux-arts :

  • 1922 : Le Mois de Marie, gouache sur carton ;
  • 1923 : Enterrement à Penmarc'h, huile sur toile.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1929 : galerie Bagge, Paysages et figures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]