Logis de Sireuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Logis de Sireuil
Image illustrative de l’article Logis de Sireuil
Le logis et sa terrasse vus du sud
Nom local La mairie
Période ou style néo-classique
Début construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Jean Tabuteau
Destination initiale logis seigneurial
Propriétaire actuel commune
Destination actuelle mairie
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1964)[1]
Coordonnées 45° 36′ 55″ nord, 0° 00′ 32″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Angoumois
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Commune Sireuil
Géolocalisation sur la carte : Charente
(Voir situation sur carte : Charente)
Logis de Sireuil
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Logis de Sireuil
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Logis de Sireuil

Le logis de Sireuil est situé sur la commune de Sireuil, en Charente, à 12 kilomètres à l'ouest d'Angoulême.

Situé dans le bourg, cet ancien logis du XVIIIe siècle jouxte l'église et abrite la mairie.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans le centre du bourg, donnant sur la place de l'église et la Charente, l'histoire de ce logis est relativement récente et discrète, à côté de celle du château du Fâ tout proche.

En 1784, Jean Tabuteau, bourgeois et seigneur de Sireuil, en fait sa demeure[3]. Il est édifié sur des constructions plus anciennes. En particulier, il y aurait un souterrain-refuge sous les caves.

Après la Révolution, ce logis devient le presbytère, et ce n'est qu'à la fin du XXe siècle qu'il devient la mairie. Des travaux de restauration sont alors faits dans les années 1960, et la façade est partiellement modifiée : le fronton triangulaire est remplacé par une fenêtre, la balustrade est déposée, puis remontée[4].

Du coup, le , le logis (façades, terrasses et toitures) est inscrit monument historique[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le bâtiment se présente comme un vaste corps de logis rectangulaire avec une aile en retour à l'est dont la façade principale donne au sud, donc du côté opposé à l'église qu'il jouxte[N 1]. Une large terrasse longe cette façade, ainsi qu'en retour côté fleuve à l'ouest. Elle est desservie par un double escalier monumental au centre, et le perron comme l'escalier sont couronnés d'une balustrade. À l'ouest, un escalier moins important conduisait à un jardin à la française, déplacé devant la façade principale plus récemment.

Le bâtiment comprend un étage relativement moins haut en dimension que le rez-de-chaussée. La façade est percée de six fenêtres au rez-de-chaussée, et sept à l'étage, symétriquement par rapport à la porte d'entrée centrale. Elle est surmontée d'une balustrade aveugle. La porte est entourée de colonnes en relief et surmontée par l'amorce d'un fronton triangulaire, remplacé par une fenêtre. À l'intérieur, il y aurait deux belles cheminées en bois du XVIIIe siècle[4].

Un buste de Pierre-Émile Martin, inventeur des aciers du même nom et maire de Sireuil de 1855 à 1874, orne le pied du logis[3].


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'orientation dans le schéma donnée dans le dossier de protection est à tourner de 90°; le perron fait face au sud et non à l'est. Voir carte et photographie aérienne IGN sous Géoportail.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :

Bibliographie[modifier | modifier le code]