Domenico Fetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Domenico Fetti
DomenicoFetti.jpg
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître
Sœur
Lucrina Fetti (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Domenico Fetti ou Domenico Feti (né à Rome en 1589 et mort en 1623 à Venise) est un peintre italien baroque du début du XVIIe siècle appartenant à l'école vénitienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fetti fut, à Rome, l’élève de Ludovico Cigoli de 1604 à 1613. De 1613 à 1620-1621, il travailla à la cour de Mantoue sous la protection du cardinal, futur duc Ferdinando Gonzaga. C’est là qu’il sera influencé par un ensemble de styles et de peintres, en particulier par Rubens et les Vénitiens du XVIe siècle, qui figuraient dans les collections de son protecteur[1]. Il développera, grâce à cela, un style de peinture très original.

À la suite d'un grave incident avec un noble Mantouan, il déménagera pour Venise en 1621. Là, il travaillera avec Bernardo Strozzi et Jan Lys. Il y fut influencé par Le Caravage et changea de style pour se rapprocher de l’art vénitien, qu’il affectionna.

Ses peintures deviennent plus colorées, plus imagées. Il se consacrera à la réalisation d’œuvres à thème religieux, ainsi que des toiles de petit format qui feront sa renommée, telles que la série des Paraboles, aujourd'hui dispersées entre les galeries de Dresde et de Venise et les Histoires mythologiques conservées à Vienne[1].

Son pinceau est léger, sa peinture lumineuse et cela évoque un univers poétique qui s’inspire d’une vision née d’une imagination à la fois inquiète et romantique. Cette nouvelle façon de peindre semble être influencée par Rubens  ; il améliora toujours ce nouveau style, jusqu’à sa mort vers 1624 et grâce à cela, sera classé comme membre de l’école vénitienne alors qu’il n’y a passé que deux ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le retour du fils prodigue (Gemäldegalerie de Dresde)

 ;Attribution

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gianni Papi, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Éditions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 639
  2. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXe siècle, Musée du Louvre Editions, , 576 p. (ISBN 2-35031-032-9), p. 341
  3. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 450
  4. (en) John Murdoch, The Courtauld Gallery : à Somerset House, Thames & Hudson, (ISBN 0-500-28091-6), p. 44
  5. Conservé au Louvre-Lens en 2013
  6. a et b Wolfgang Prohaska, Le Kunsthistorisches Museum de Vienne : Peinture, C.H. Beck/Scala Books, (ISBN 3 406 47459 4), p. 44-45
  7. Laure Adler et Stefan Bollmann, Les femmes qui lisent sont dangereuses, Flammarion, , p. 50

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De Carrache à Guardi. La peinture italienne des XVIIe et XVIIIe siècles dans les musées du Nord de la France, p. 72-74, Édition de l'Association des Conservateurs de la Région Nord-Pas-de-Calais, Lille, 1985 (ISBN 978-2-90209-205-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :